Van Der Meersch
2007, centenaire de la naissance de Maxence Van Der Meersch. Un écrivain bien méconnu, qui a pourtant écrit 18 récits et romans, décroché le prix Goncourt avec « L’empreinte du dieu » à 29 ans, été traduit en 13 langues ; Mais surtout un écrivain qui a su raconté le Nord de l’intérieur, la souffrance des ouvriers (« Quand les sirènes se taisent ») ou celle de la population de la métropole pendant la grande guerre (« Invasion 14 ») ou encore le petit monde de la contrebande.

Van Der Meersch a vécu à Roubaix, Tourcoing, Croix, Wasquehal – pas très loin de chez nous où une plaque figure sur sa maison au bord du canal – et à Mouvaux. Nombre de ses romans ont pour cadre Roubaix, le monde de la filature et les courées.

L’écrivain est mort en 1951. Sa fille, Sarah, décédée en 1998, a légué à la ville de Wasquehal la moitié de son héritage ainsi que le fonds Van Der Meersch composé de plus de 25.000 pièces.