Parfois je lis « La Croix » ! Ben oui, c’est un journal catho ! et alors ?

D’abord ils ne sont pas plus cons que les autres, ensuite il y a les mêmes rubriques que dans les autres canards, enfin je le reçois gratuitement.

Et puis, j’ai pas besoin de justifier mes lectures et, comme dirait Johnny, je suis ecclésiastique éclectique ;-)

Donc, dans La Croix, il y a une critique de « Les quatre mystères de la population française » de Hervé Le Bras. Je n’ai pas lu le livre, mais j’aime bien cette remise en cause des croyances démographiques bien établies dans l’inconscient des français.

Extrait de la critique : « Il est habituel de considérer que la France est un pays de vieux, menacé par la dénatalité, dont l’immigration augmente et dont les campagnes se dépeuplent . ». Ce brave monsieur Le Bras (directeur à EHESS tout de même !) démonte ces vieilles croyances une par une.

La période durant laquelle on reste en bonne santé s’allonge plus vite que la durée de vie ; à 60 soixante ans on n’est pas vieux, ça me rassure, j’ai encore un peu de bon temps à prendre. D’ailleurs, dans le même journal, j’apprend que Paul Newman a décidé de prendre sa retraite. Bon, il a quand même 82 ans et des yeux plus beaux que les miens (pour le reste…).

Dépeuplement des campagnes, exode rural,… que nenni, c’est le contraire qui se passe. D’ailleurs j’avais déjà évoqué le sujet dans le même sens sur un autre blog auquel je prête ma plume. Les campagnes se peuplent plus vite que les villes ! Qu’on se le dise une bonne fois pour toutes.

Jusqu’à ce fameux indice de fécondité qui assurerait le remplacement des générations qui est mis à mal. Je veux bien le croire. Notre tribu y a contribué et c’est une des joies de notre vie.

La leçon de l’histoire : ne pas croire tout ce qui se raconte, toujours tout remettre en cause, y compris soi-même.