Ministerium, c’est le grand-père latin. Il a eu deux enfants très différents, ministère et métier. A son tour l’aîné a eu des enfants : ministre, ministrable, administrer, administrateur. Le second est resté célibataire, il se contente de fréquenter un groupe d’amis choisis à cause de leur sens et de leur proximité comme travail, profession, fonction, boulot, job, carrière… Pour pénétrer plus avant dans une véritable famille, tu dois remonter sa généalogie jusqu’à l’ancêtre.


Ce texte est un court extrait de « La grammaire en s’amusant », véritable petit bijou pour qui, comme moi, aime les mots.

Ce livre et son frère « La grammaire est une chanson douce » sont le fruit d’un défi.

A l’origine, il y a un amphithéâtre de Rennes en 1997. Des élèves désignent le Goncourt des lycéens. Deux « Goncourt » officiels sont invités : Erik Orsenna et Patrick Rambaud. Devant la complexité de l’explication de la grammaire aux élèves, devant des manuels qui les rebutent, ils (se) lancent ce défi devant les lycéens rassemblés : « Nous allons vous écrire une grammaire lisible ! C’est juré. ».

Quelques temps plus tard, Erik Orsenna a sorti un magnifique conte, lumineux de simplicité. A tel point qu’on se demande pourquoi ce n’est pas le manuel officiel de grammaire.

Un peu plus tard, Patrick Rambaud nous offre sa grammaire, moins poétique, mais avec une façon de décortiquer et de simplifier la grammaire qui vous laisse idiot d’avoir appris tant de règles.

Joli petit duo que je classe dans une partie de notre bibliothèque. « Bibliothèque, racine : bible, c’est l’endroit où on range la bible », c’est ce que nous disait souvent l’abbé quand il venait dîner chez nous. Ces deux livres n’étaient pas encore parus, mais il connaissait la généalogie des mots !