Qu’est-ce qui ce cache dans cette marmite ?
En tous cas, ça sent vraiment bon !

Bon, je ne vous fais pas languir plus longtemps : c’est le cassoulet. Enfin, plutôt le reste de cassoulet qui a déjà cuit et recuit.

Samedi dernier, nous avons eu plaisir à retrouver S. et L. autour d’un bon repas. Le cassoulet maison, fabriqué entièrement avec ses petites mains (celles de C.), c’est quelque chose. C’est pas le cassoulet WS en boite. Les lingots ont trempés depuis le vendredi, les toulouses ressemblent à des toulouses et la morteau coupée en rondelle ça vous a un fumet… on y ajoute le travers et le canard pour faire bonne mesure...

S., je la connaît depuis plus de 20 ans, et nous avons travaillés ensemble quelques années. L., son mari est un pays, comme on dit. Un vrai picard dont les parents habitaient à quelques kilomètres des miens. Alors on s’est retrouvé après quelques mois de routes parallèles samedi dernier.

Le cassoulet était copieux et, bien que nous soyons plutôt bons mangeurs, il en est resté une quantité. Avec Tom et Antonin, on en a remis une couche mardi soir.

Après il a fallu faire deux jours de pose, parce qu’on saturait un peu !



Ce soir on a profité d’être cinq à table en même temps (c’est pas tous les jours), pour se le finir. Il a bien fallu ajouter quelques saucisses pour faire bon compte, mais on en est venu à bout !