Carnet de vie

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 28 mars 2008

La vie, tout simplement...



Quatre garçons et...

pas de fille, pas d'enterrement, pas de couffin !

C. est au travail. Pendant ce temps-là, le p'tit père Morel est avec ses trois garçons. Chacun vaque à ses occupations (plus ou moins avouables). Pendant ce temps-là, le p'tit père Morel s'est mis un bon vieux Genesis, un vieux vinyl d'avant la guerre. Et il continue à écrire son bouquin.

A suivre...

mardi 25 mars 2008

Les plaisirs tout simples...

...que j'apprécie de plus en plus !


Chercher les oeufs dans le jardin


Apprendre à planter les échalotes
(la quarantaine mène à tout !)


Etre la plus belle pour aller danser


Boire l'apéro avec son frère


Couper le gigot, auréolés de lumière


Liquider un magnum de Bordeaux à trois
(Je vous en remets un p'tit verre ?)


Souffler les bougies de trois anniversaires en même temps


Construire un vaisseau StarWars en Légo avec son frère (ou sa soeur)
(Pendant que les autres font la vaisselle)


Manger les cornichons (maison) comme des bonbons
(je sais ! c'est des haricots verts, les cornichons je les ai déjà mis de côté)


Farfouiller dans les vieux livres de nos ancêtres

Le bonheur, quoi !
what else ... ?

samedi 22 mars 2008

Les vieux ...

Il paraît que les vieux n’y connaissent rien en informatique, qu’ils ne savent pas se servir d’un ordinateur. Il paraît…

Je croise couramment, dans les groupes, sur les listes de news, voire dans des mails qui me sont adressés personnellement des personnes d’un certain âge ; disons entre 65 et 75 ans. certes pas tous les jours, mais cela arrive assez souvent pour que cela se remarque.

Et puis, c’est quoi un vieux ?

Disons qu’une personne qui est née avant la deuxième guerre a déjà atteint un âge que l’on qualifiait, il n’y pas si longtemps, d’avancé et il y a un peu plus longtemps de canonique.

75 ans, on commence à en approcher de la vieillesse. 80 ans, c’est quoi ?

Témoin ce message passé sur le groupe Généa-Meuniers il y a quelques jours :
« Bonjour à tous,
Tout récemment inscrit à Genea-meuniers, et pour faire connaissance.
J'ai commencé des recherches généalogiques sur mes ancêtres en août 2006. J'ai eu 80 ans en décembre 2008. On ne peut parler de vocation précoce ! »

Une personne qui commence la généalogie à 78 ans, qui s’inscrit sur un groupe à 80ans, c’est un vieux ?

Je n’en suis plus si sûr !
Et en même temps complètement admiratif !

lundi 17 mars 2008

Reposez en paix !

De temps en temps, je regarde la télé. Je ne suis pas vraiment fan, mais les 10 dernières minutes du journal de J.P. PERNAULT à 13heures, ça me botte. D’abord il est picard, alors forcément, il ne peut pas être mauvais ;-) Et puis il parle d’autres choses que les autres, et ça, ça m’intéresse.

Ce midi, actualité oblige, la fin du journal c’était un sujet composé à partir des témoignages des derniers poilus. Paroles de poilus.

J’ ai eu l’immense chance de ne pas perdre de famille proche lors de cette grande guerre. Mes grand-parents étaient tout juste nés. La suivante n’a pas fait non plus de dégât (physique du moins), puisque mes grand-parents étaient trop âgés et mes parents tout jeunes. Ce qui ne m’empêche pas d’avoir entendu (et écouté) leur témoignage sur cette connerie qu’est une guerre, sur la terreur quotidienne des bombardements, sur la fuite vers le sud, puis le retour, sur les descentes aux caves lorsque la sirène retentissait. Ce sont des mots qui marquent.

Le témoignage en question m’a fait venir une larme à l’œil, surtout les paroles du dernier qui a parlé (sûrement mis en fin de reportage volontairement) :

Nous on se figurait toujours que c’était la dernière. Que derrière, y’en aurait plus.
Puis vous voyez.
La dernière, quand est-ce qu’elle sera là, la dernière ?
C’est atroce les guerres !
Pourquoi ? Pourquoi ? Pour qui ?

(silence)

De me rappeler tout ça, ça me …
ça me fait drôle.

(long silence, puis avec un sourire)

Allez, parlons d’autre chose, va !

Merci à vous !

dimanche 16 mars 2008

Champagne !

Je dois être un peu con-con, mais il y a des choses qui m’échappent…

Lu dans le journal :

Le champagne « étendu »
L’aire d’appellation, qui comprenait 319 communes sur 33500 hectares, va pouvoir compte 357 communes.
[…]
La liste des communes sera connue dan une quinzaine de jours.
[…]
L’extension du périmètre de l’AOC avait été décidée en 2003. Mais ce n’est qu’en 2015 que l’INAO déterminera les parcelles des nouvelles communes…
[…]
Comme il faut 3 ans pour produire du raisin pour le champagne et encore 3 ans pour que les bouteilles bonifient, ce n’est qu’en 2021 que la décision produira ses premiers effets…

La France qui avance, quoi ! :-(

Donc, en résumé, entre la prise de décision et le début de l’action il faut 12 ans (2003-2015). Pour faire quoi ? Des commissions, des réunions, des tergiversations, des querelles de clocher, de la France bien française qui râle, discute, mais n’avance pas !

C’est là que je ne comprends pas trop. Je pige bien qu’il faille étudier les terroirs, l’exposition, les possibilités ; mais qu’il faille 12 ans pour cela, je ne comprends pas.

Pendant ce temps-là, des tas de vignerons sont dans les starting blocks pour vendre leur précieux breuvage à prix d’or en Angleterre ou aux Etats-Unis où la demande dépasse largement l’offre. Le genre de truc qui ne ferait sûrement pas de mal, ni auxdits vignerons, ni à la France en général.

Alors pourquoi ce délai ? Ca reste un mystère pour moi.

jeudi 13 mars 2008

Sale gosse !

Je fais quelques recherches sur les causes de mortalité infantile au XVIIe pour écrire un livre. Au détour de ces recherches, je suis tombé sur cette information édifiante dont la source est sûre puisqu'il s'agit rien moins du journal du sieur Héroard, médecin de Henri IV, lequel Henri n'est autre que le père de l'enfant sale. Et cet enfant sale, c'est Louis le treizième du nom ; il est né le 27 septembre 1601.

"Le 11 novembre 1601 on lui a frotté la tête la première fois avec plaisir.
Le 17 novembre 1601 on lui a frotté le front et le visage avec du beurre frais et de l'huile d'amandes douces pour la crasse qui paraissait y vouloir venir.
Le 4 juillet 1602, il a été peigné pour la première fois, y prend plaisir et accomode sa tête selon les endroits qu'il lui démangeait.
Le 3 octobre 1606. On lui a lavé les jambes dans l'eau tiède... C'est la première fois.
Le 2 août 1608, baigné pour la première fois."

Le premier bain à sept ans ! Incroyable, non ?

Et encore, c'était un futur roi ; il a quand même eu droit à quelques égards.

Quand je pense que tant de jeunes mamans (qui sont de plus en plus âgées d'ailleurs) se prennent la tête au moindre cri, au moindre bobo, à la moindre égratignure, à la moindre petite main sale, ... !
Quand je pense que moi j'en ai un qui prend une douche plusieurs fois par jour. Il ne se rend pas compte de la chance qu'il a !!!

mardi 11 mars 2008

Encore !



Sous les nuées d’une multitude de papillons,
Loin des ouragans, dans la brise de la passion,
Sous un vol sauvage d’oiseaux qui pépient,
Entre la terre, le ciel et leurs envies,
Ils se sont allongés et ont regardé le ciel,
Et ils ont attendu que l’amour se révèle.

Leurs mains connaissaient le chemin
Qui les mènerait à l’ultime jardin.

Leurs yeux entrevoyaient à travers leurs corps
Les instants où surgiraient les cris…Encore !

lundi 10 mars 2008

Percu again in Wasquehal

Fallait que le papa se réveille ! Voilà qui est fait.

La vidéo de l’ensemble de percussion de Wasquehal est en ligne. Le maître Gianni avait encore dégoté un morceau du tonnerre, le tout dans une mise en scène du même maître style MIB ; ça a un peu réveillé une salle endormie et tout le monde a tapé dans les mains et en a redemandé.

Bien sûr, comme toujours avec moi, c’est flou. Mais la vidéo avec un APN, c’est pas encore vraiment au point quand il fait sombre et qu’on est à 20 mètres. Il reste que le principale c’est d’abord la musique et ensuite qu’ils aient pris leur pied. Pour ça c’est réussi. Chapeau !


(filmé par Jean-Louis)

dimanche 9 mars 2008

Le festival de l'animation

Ce week-end - comme quasiment tous les week-end - j'ai eu le droit à ma sortie culturelle. Aujourd'hui c'était le festival de l'animation dans tout Lille (Place de la Rep, Fnac®, Tri Postal, Grand Palais, Animations dans le métro...). Nous somme donc allez au Tri pour assister aux festivités (étant déjà aller à la Fnac voir les dessins de Monsieur Bill Plympton).

Arrivés au Tri Postal quelques minutes à l’avance nous contemplâmes la superficie de la file et extrapolâmes sur la durée d’attente.



A quelques minutes près nous fûmes juste – une soixantaine de minutes pour rentrer dedans.



L’entrée dans le bâtiment fut pour nous une salvation car synonyme de séchage. La quinzaine de minutes qui nous fallu pour arriver aux guichet nous paru plus courte car nous fumes entourés d’extrémistes alourdis de panoplies diverses ou d’extravagantes personnes ayant le dogme inverse.



Une fois la place payé - 7€ - nous accédâmes à la salle principale où les geeks de dofus se défoulaient déjà aussi bien sur Dofus® lui même que sur la suite tant attendue : Wakfu®. Le premier étage fut pour ma part le plus intéressant, en effet nous avons rencontrés l’aimable staff de « La ruche au livres », et où j’ai acheté la BD La tour de Kyla et où je me la suis fait dédicacé par Le Fab – le dessinateur . J’ai eu l’occasion de parler avec eux et ils sont très sympas et j’attend avec impatience leur prochain album ( pu que 2 semaines, pu que 2 semaines…). Le reste de l’expo était consacré à la vente – massive – de DVD, de mangas, de figurines… Mais il y avait aussi de l’animation avec du karaoké, des combats sur Wii®…

Bref c’était une très bonne journée et en plus de mon album j’ai pu profiter d’un press book donné à l’accueil ainsi qu’un manga.

La semaine prochaine : les portes ouvertes de Supinfocom de Valenciennes.

samedi 8 mars 2008

Concert (encore et toujours) :)

He oui! Concert encore. Celui-là, il date d'hier soir. Le temps de s'en remettre. Parce que moi, cela me manquait de jouer à la Salle Gérard Philipe. J'y ai pensé toute la journée. Et puis, je nous imaginai déjà sur scène.

On le préparait depuis quelques semaines déjà ce concert. Mais récemment, on a mis en place toute la mise en scène et cela s'est accéléré. En fait, quand je dis "on", je parle de l'orchestre de percu. Nous ne sommes que huit mais j'adore jouer avec ces personnes.

Je suis arrivé en avance, mais pratiquement tout le monde était déja là. Je pensais qu'on allait devoir monter le matériel, mais le Maître s'en est chargé tout seul. On savait qu'on allait passer les derniers donc, on avait prévu de manger un petit bout avant. Le temps de trouver un caméraman et de prendre quelques photos et le concert commence. Je ne l'ai pas vraiment vécu. Nous étions dans la loge, à rigoler et à discuter.

Nous nous sommes préparés alors que le dernier morceau de l'orchestre Juniors se terminait. Vite, on monte sur la scène et on installe les instruments pendant que la directrice fait un petit discours. Nous étions tous en noir, lunettes de soleil et chewing-gum dans la bouche.

Nous somme rentrés en différés. Et nous nous sommes bien amusés. Après tout c'était Carnaval. Je vous laisse avec une photo de la chorale (que JL aimait bien) et j'espére que le film suivra bientôt (quand JL aura finit de trembler )




dimanche 2 mars 2008

Bordel ambiant

Il faudrait que je range ce tas de livres ! C’est ce que je me dis tous les jours en me couchant. Et puis finalement, non. Il est bien là. Ca fait un peut bordel sur cette table de nuit. Cependant, malgré ma maniaquerie mon penchant à trop vouloir que chaque chose ait une place, j’aime aussi de temps en temps avoir une part de bazar.

Il y a là les livres du moment, achetés ou qu’on m’a offert, choisis avec soin. Et puis ceux que j’ai empruntés à la médiathèque.

Celui-là d’abord, acheté par nombrilisme curiosité. Mais finalement très beau. Une histoire et une intrigue superbement montée, ciselée et étonnante.



Celui-là ensuite, emprunté à la médiathèque. L’un des très très rare livres que je n’ai pas fini. Il y a des gens comme ça, célèbres ou moins connus, à qui on devrait dire de ne plus écrire au lieu de les féliciter. J’ai pourtant bien essayé, mais c’est carrément imbuvable et très mal écrit.

Celui-ci enfin, pour la bonne bouche. L’auteur y décrit son comportement de bibliophile, voire de bibliophage. Je m’y suis retrouvé dans pratiquement tous ses comportements Et j’ai adoré sa façon d’aborder son rapport aux livres.