Hé oui ! La généalogie, ce ne sont pas que des papiers poussiéreux déchiffrés par des séniles retraités.

Témoin cet acte trouvé dans les archives d’un notaire et mentionné récemment sur un groupe. Nous tairons le nom du bonhomme et le lieu ; de toutes façons il est mort et enterré depuis belle lurette. Probable que c’était pas un vieux notaire, pour lui avoir fait l’amour trois fois dans une nuit !

Tout de même ! mentionner cet épisode dans les registres officiels, il faut être culotté… Enfin, c’est une façon de parler, en l’occurrence il était plutôt défroqué le susdit notaire :- ) Il devait y avoir de la concurrence avec les curés du lieu ;-)



Pour les ceusses qui ont du mal avec la lecture des écritures anciennes (aussi appelée paléographie), ci-dessous le déchiffrement de cet acte. Selon la formule consacrée « certaines images peuvent choquer les enfants ». S’ils sont avec vous, demandez leur de descendre la poubelle ou de ranger la vaisselle.

L'an mil vc 4 vingtz deux [1582] anict (1)
p[ar] devant mon vict (2) est passé le
con (3) de Lallfaype (3) ou mon vict p[ar]
devant son con ay foutu (4) 3 fois
p[our] une nuict et ma faict
grand bien de vray faict
a gap le troisie[me] avrili f[ait] que mon
vict est en[tr]é dans un con
J'ay foutu 3 coup Lafflhape
le 15e aoust pour scavoyr
si elle enfantoit a qui
sera lenfant estoit en-
viron les dix heures
du soir foutre
An signe de quoy me suis
soubz[sig]né Viet

(1) anuit (au cours d'une nuit)
(2) le vit (sexe de l’homme)
(3) le con (sexe de la femme)
(3) il s'agit ici du nom de la dame. On le retrouve plus bas écrit de manière différente.

Merci à Michel et François de nous avoir fait partager ce trésor !