Carnet de vie

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 6 septembre 2008

Une petite toile bien sympathique

Hier, pour me changer les idées, et pour écouler le dernier billet de cinéma du CE, je suis allée voir "Comme les autres", un film de Vincent Garenq avec Lambert Wilson et pascal Elbé. j'aime beaucoup Lambert Wilson et ce film est très touchant. Il a l'art de poser la question de fond de la parentalité chez les homosexuels sans verser dans le militantisme. C'est une très jolie histoire et j'ai passé un bon moment. Si vous avez l'occasion d'aller le voir, n'hésitez pas !
Et comme toujours, les bandes annonces m'ont donné envie de voir plein d'autres choses !

lundi 7 juillet 2008

H-19

Evidemment, il faut se lever à 5h00 du matin. Parce que les bouchons à Paris (pseudo-nombril de la France) j'en ai un peu ma claque. Alors je me lèverai à 5h00 du matin, pour passer avant le rush.

Après c'est tout droit pendant quelques centaines de kilomètres. Après c'est le soleil, après c'est no pollution, no bruit, no stress.





C'est une première expérience. J'installe mon bureau à Larnagol jusqu'aux environs du 20/07. Travail, certes, mais aussi repos, calme, soleil (j'espère). Et ça, ça n'a pas de prix. Et après ça sera les vacances pour de vrai jusqu'à la fin août.

Peut-être quelques mots de temps en temps, si j'ai le courage. Peut-être pas.

Si vous passez par là, quelque part entre Figeac et Cahors, vous êtes les bienvenus (même si vous n'avez pas de cadeau, comme disait Maxime).

A bientôt !

dimanche 22 juin 2008

Bon anniversaire !

La deuch a 60 ans.

Ce matin c’était le deuch rassemblement à Cysoing (59). En bons vieux post soixantuitard, nous n’avons pas pu résister au plaisir d’y aller.

Il y en avait de toutes les couleurs, de tous les âges ; dans leur jus, restaurées amoureusement, custumisées soigneusement, voire carrément transformées, les fières deuch s’exhibaient.



La deuch, c’est tout une époque que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître ; je dirais même les moins de quarante ans. C’était surtout une voiture solide, avec un moteur réduit à sa plus simple expression, que chacun pouvait bricoler ou entretenir seul avec un minimum de connaissances. Bref une voiture qui procurait plus de plaisir que d’emmerdements.



Et en cherchant un peu, on a même trouvé des « traction », des « dyane », des « ami 8 » et même une « ami 6 ». Et ça c’est aussi une époque, ou plutôt une montagne de souvenirs.



Je n’ai pas retrouvé de photo de notre deuch, mais j’ai retrouvé les photos de l’ami 6 qui est passée de main en main, venant du Lot (elle est encore immatriculée 46), passant chez B. dans la Somme, puis chez moi dans le Nord, pour finir sa vie chez les chtis avec près de 200.000 km au compteur et après des années de bons et loyaux services, de voyages dans toute la France et même jusqu’au détroit de Gibraltar en 76. On l’avait décoré à notre manière, pochette de Dick Rivers à l’avant, Gaston de chaque coté et Shtroumph à l’arrière. Ca reflétait bien notre art de vivre de l’époque et les gens se retournaient en souriant sur son passage.





vendredi 20 juin 2008

La fanfare en pétard

La fête de la musique, c’est tous les jours !

Il suffit de se mettre un bon CD (at home ou dans la voiture) ou parfois de se balader.

Petit flash back en juillet 2007 où une promenade à Vannes nous avait amené tout à fait par hasard dans un coin de la vieille ville un peu plus bruyant.
« La Fanfare en Pétard », c’est leur vrai nom. Parce que c’est un vrai groupe, avec un site Internet, qui fait de la musique en concert ou de l’animation de rue.

Si vous les entendez pas trop loin de vos oreilles, allez-y. Approchez vous un peu, beaucoup. Ce qu’ils font est dynamique, entraînant. Ca donne envie de se bouger et c’est bon pour le moral.



Leur site web, c'est par ici.

samedi 31 mai 2008

Save love !

Après le baise-en-ville dans les années 80 et la banane (aussi appelée « chauffe-couille ») dans les années 90, Je crois que je vais adopter le sac Jules comme petit sac à main.



Pour ceux qui sont trop jeunes pour avoir connu ces objets d’anthologie, le baise-en-ville (que j’ai utilisé pendant quelques années) permettait aux hommes de fourrer toutes choses inutiles qu’on trimbale couramment avec soi : portefeuille (sans un sou dedans), carnet de chèque (qui ne sert à rien puisqu’on à une CB), photos des enfants (qu’on voit à longueur de journée !), cigarettes, briquet, clefs de voiture et mille autres objets.

Certaines hommes n’ayant pas assez de place dans le baise-en-ville, un mec ingénieux a jugé intéressant de fabriquer la banane qui avait l’avantage de se « ceinturer » en pendouillant comme le k-way de Dany. Je n’ai pas pratiqué cet objet aussi ridicule qu’inutile, mais j’en ai vu qui y trimballait leurs factures d’électricité, leurs relevés de banque depuis 10 ans et je me suis souvent demandé à quoi tout cela pouvait servir.

Aujourd’hui, quand je sors, je prends tout juste mon portefeuille avec les papiers de la voiture en cas de zèle de la maréchaussée, les clefs de maison (faut bien rentrer), c’est tout. Et si je pouvais faire moins, je serais bien content.



Il reste que ce sac Jules me plait bien. Il y a des moments où on voudrait être une femme pour avoir une bonne raison de promener ce bijou nonchalamment au bout du bras, histoire de faire passer le message.

dimanche 6 avril 2008

J-1





lundi 17 mars 2008

Reposez en paix !

De temps en temps, je regarde la télé. Je ne suis pas vraiment fan, mais les 10 dernières minutes du journal de J.P. PERNAULT à 13heures, ça me botte. D’abord il est picard, alors forcément, il ne peut pas être mauvais ;-) Et puis il parle d’autres choses que les autres, et ça, ça m’intéresse.

Ce midi, actualité oblige, la fin du journal c’était un sujet composé à partir des témoignages des derniers poilus. Paroles de poilus.

J’ ai eu l’immense chance de ne pas perdre de famille proche lors de cette grande guerre. Mes grand-parents étaient tout juste nés. La suivante n’a pas fait non plus de dégât (physique du moins), puisque mes grand-parents étaient trop âgés et mes parents tout jeunes. Ce qui ne m’empêche pas d’avoir entendu (et écouté) leur témoignage sur cette connerie qu’est une guerre, sur la terreur quotidienne des bombardements, sur la fuite vers le sud, puis le retour, sur les descentes aux caves lorsque la sirène retentissait. Ce sont des mots qui marquent.

Le témoignage en question m’a fait venir une larme à l’œil, surtout les paroles du dernier qui a parlé (sûrement mis en fin de reportage volontairement) :

Nous on se figurait toujours que c’était la dernière. Que derrière, y’en aurait plus.
Puis vous voyez.
La dernière, quand est-ce qu’elle sera là, la dernière ?
C’est atroce les guerres !
Pourquoi ? Pourquoi ? Pour qui ?

(silence)

De me rappeler tout ça, ça me …
ça me fait drôle.

(long silence, puis avec un sourire)

Allez, parlons d’autre chose, va !

Merci à vous !

mercredi 2 janvier 2008

Le bonheur, tout simplement

Ca a commencé par un (court) voyage avec une arrivée dans le brouillard de la campagne picarde. De champs à perte de vue, pas âme qui vive.
Un héron faisait du rase motte dans un champ de terre grasse ; deux rapaces se baladaient à la recherche de quelque mulot à se mettre sous la dent.

Ca a continué avec une visite (tardive) d'un petit père noël qui était bien ennuyé avec ces paquets sans étiquette ; on a fini par y arriver !

Ca s'est poursuivi par un (deux, trois, ...) apéros sympas et un repas digne d'un véritable cordon bleu (comme le sont toutes les mamans du monde).

Les jeunes (comme on dit) ont joué aux jeux de société, les vieux (comme ils disent) ont essuyé la vaisselle.

Je vous passe le lapin de garenne, coursé dans le sous-sol ; enfin... pas vraiment coursé, vu qu'il était complètement mort dans un sac en papier ;-)
Je le tenais par les pattes et papa officiait avec le couteau super aiguisé. On te l'a déshabillé en dix minutes, et il y avait du sang sur le sol de la cuisine. Que voulez-vous mon brave, c'est le sort des lapins de garenne...



Mais ce qui restera dans les mémoires, c'est encore et toujours les retrouvailles des 3 frères autour de leurs parents, avec les rires, les histoires (de notre temps ....), les chouchous et les gavroches, et le plaisir tout simple de se retrouver ensemble.

Le bonheur quoi !

mardi 9 octobre 2007

Une belle découverte

Ce week-end, nous avons profité de l'été indien pour découvrir une des réalisations de Lille 2004. Il s'agit du Parc Mosaïc à Houplin-Ancoisne (c'est du côté d'Haubourdin, au Sud de Lille).
Sur 33 hectares, on découvre un étang, des bois, et 8 jardins contemporains. On le surnomme "le jardin des cultures". Pour plus de renseignements, vous pouvez cliquer ici.

Nous y avons notamment découvert un labyrinthe, des plantes aromatiques, des animaux divers et variés (notamment de superbes oies frisées), des rubans portes bonheurs... Dans chaque jardin, on trouve un ou plusieurs jeux. Nous avons donc ainsi pu jouer au morpion (avec des singes) et au jeu de la grenouille. Le parc met également à la disposition des visiteurs de nombreuses tables et chaises le long du parcours, des hamac et des transats pour lézarder au soleil.

Bref, une bonne ballade qui nous a pris deux heures (et nous n'avons pas traîné) et que nous referons avec plaisir au printemps, à la réouverture du parc.

dimanche 16 septembre 2007

Marathon


J’ai enfin réussi depuis quelques semaines à vaincre ma fainéantise et à me remettre à faire du sport régulièrement. Le dimanche, c’est vélo.

Mais ce matin, je n’ai pas eu de chance ; je suis tombé sur un marathon qui empruntait quasiment le même circuit que celui que j’avais choisi, mais en sens inverse.

Au début, j’ai bien essayé de naviguer entre les barrières, les policiers et le service d’ordre de la course. Mais j’ai fini par tomber sur cette course, et là, il a bien fallu s’arrêter.

En tête il y avait quatre noirs qui couraient vraiment vite. Le reste de la troupe était assez éparpillée, mais 1200 coureurs (d’après les brassards), ça fait une longueur assez impressionnante. La petite largeur de la route m’a obligé à les laisser passer patiemment. Pas loin de la tête de la course, il y avait des femmes. J’en croise parfois le dimanche à vélo, et certaines ont un rythme qui n’a rien à envier à ceux des hommes. Mais qu’ils soient hommes ou femmes, coureurs de club ou amateurs, je les admire tous de pouvoir courir pendant 40 km. Moi qui n’ai jamais pu faire plus de 25 km, et encore, en arrivant sur les genoux !

Le plus étonnant était cet handicapé qui faisait la course parmi les autres, mais en fauteuil roulant. Seul handicapé parmi les 1200 autres ! Certes il allait plus vite que certains, mais quel courage, quel volonté il lui faut sûrement pour (se) prouver qu’il peut faire la même chose que les autres ! Chapeau !

Quant tout ce beau monde eut fini de passer, j’ai redémarré. Il n’a pas fallu 500 mètres pour que je retrouve les quatre blacks qui étaient en train de manger la queue de la course, infatigables eux aussi.

vendredi 14 septembre 2007

Montcuq

Ca faisait quelques temps que j’avais envie d’en parler. Et puis Jacques Martin est mort aujourd’hui. C’est l’occasion.

Il y a quelques temps C. parlait à un de « ses » jeunes du village de Montcuq et celui-ci n’a jamais voulu croire qu’il existait vraiment. Et pourtant, nous qui passons de temps à autres quelques vacances dans ce coin de Quercy, nous pouvons affirmer que Montcuq existe bien.

S’il est une personne qui a contribué à sa notoriété, c’est bien Daniel Prévost qui a commis ce sketch si connu lors d’une émission du « Petit rapporteur ». Une émission que je ne loupais pour rien au monde quand j’étais plus jeune, vers les années 1975/1976. C’est Jacques Martin qui en fut l’instigateur avec la complicité de Daniel Prévost, de l’inoubliable Pierre Desproges, de Stéphane Collaro, de Pierre Bonte et du dessinateur Piem. Elle fut suivie d’une autre émission, moins connue mais tout aussi caustique, « le petit bout de la lorgnette ». Plus tard, chacun de ces rois du rire et de la dérision ira vers son destin ; rappelons nous également de « la minute de mr Cyclopède », de « Cocoricocoboy », du « bébète show », tant d’émissions qui nous ont bien fait rire.

La vidéo de « Montcuq », c’est ici :



Salut Jacques !

samedi 8 septembre 2007

Samedi au soleil

Au Nord il y avait les corons" dixit P Bachelet" mais au Nord du Nord il y a une ville animée , joyeuse ,et pleine de fantaisie!

Je vous laisse deviner!



lundi 18 juin 2007

Week-end

Bernard et Jean-Louis

Fin d’un week-end qui restera marqué dans nos mémoires.

D’abord le mariage civil de Virginie. Evènement en soi puisque c’est la premier de nos enfants qui se marie, avec une belle cérémonie, même si seulement civile ; le conseiller municipal ne s’est pas contenté d’un « mariage express » comme on en voit souvent et j’ai apprécié ses explications, son discours. Un repas a ensuite réuni la famille proche et les témoins dans un de nos restaurants préférés, l’auberge de la Garenne, le tout suivi d’un champagne à la maison.

Juste le temps de se changer, même pas de souffler, et nous repartions à deux pour la région parisienne où nous étions attendus pour fêter les 50 ans de Bernard.

Bernard, c’est mon ami de toujours, mon presque frère. Il est apparu dans ma vie un jour de 1970 et nous ne sommes plus quittés depuis. Malgré les écarts de nos chemins scolaires qui se rejoignaient de temps en temps, malgré la distance qui variait entre nous au gré de la vie, nous nous ne nous sommes jamais quittés. Il a dans mon cœur une place privilégiée, celle qu’ont les véritables amis, ceux qu’ont retrouve toujours dans les moments de bonheur comme dans les moments plus tristes, ceux qui ne mourront jamais même quand ils seront morts.

Cette soirée restera dans mes souvenirs comme beaucoup d’autres moments passés ensemble. Et puis ce fut aussi l’occasion de revoir des gens que nous voyons de temps en temps, d’autres que nous voyons moins souvent. Ce fut aussi l’occasion et l’énorme plaisir de retrouver J.P. que je n’avais pas vu depuis trente ans, et je ne crois pas me tromper en disant que ce fut aussi un plaisir pour lui. J’espère vraiment qu’on se reverra plus souvent du côté de Larnagol, ton pays…

Et puisque la vraie date, c’est demain : Bon anniversaire Bernard !

mercredi 13 juin 2007

Un grand MERCI !!!!!

Et oui, ça faisait longtemps qu'on ne m'avait pas vue sur ce blog... Il faut dire que les journées passent plus vite que je ne voudrait...
A trois jours du mariage civil, je ne peux tout de même pas laisser passer cette occasion de dire un grand merci à mes amies.
En effet, ce samedi 9 juin a été une journée mémorable. La journée de l'enterrement de vie de jeune fille...(récit en cours de rédaction, bientôt sur ce blog).
Je tiens donc à remercier de tout mon coeur mes amies et témoins qui m'ont organisée une merveilleuse journée, tout en respectant mes désirs, et ce n'était pas facile ! Donc, Aurore et Sylvie, je vous remercie beaucoup, je vous aime et ne regrette pas un seul instant de vous avoir choisies pour témoins.

Je tiens également à remercier celles qui ont répondu présentes et que j'adore :
- Titi (merci ma belle d'avoir couru dans Lille pour faire le plein de souvenirs),
- Alix (heureusement que tu restes plus longtemps la prochaine fois)
- Caro R. (merci pour tes visites dominicales)
- Sarah (ma chef préférée, bisous à la plus belle des puces)
- Alexandra (dernière venue dans la bande mais si vite intégrée que j'ai l'impression qu'on se connaît depuis des années)
- Fanny (merci pour m'avoir fait goûter ces biscuits de régime divins),
- Stéphanie (j'espère que ce sera toi la prochaine ! ),
- Hélène (Bienvenue dans la famille, mon frère a beaucoup de chance),
- Laure (quel plaisir de te revoir ! Reposes-toi bien et fais-nous un beau bébé),
- Tita (tu sais à quel point j'envie la longueur de tes cheveux ?),
- Caro V. (moi non plus je ne bois jamais d'alcool)

Je n'oublierai pas non plus les absentes, mais présentes dans mon esprit, merci pour votre participation à cette journée !
- Aurélie (le tee-shirt est magnifique, je l'adore trop !),
- Caro P. (j'ai adoré les devinettes associées aux anecdotes de notre amitié),
- Doriane (quelle prose, j'ai adoré te lire).

J'ai été un peu longue mais, vraiment, je tiens à toutes vous remercier !!! Je vous remercie également pour avoir toutes parlé les unes avec les autres. il n'y a pas eu de clans et j'espère que chacune a passé une bonne journée. Maintenant, je vous donne RDV au mariage pour d'autres superbes moments d'amitiés ! JE VOUS AIME !!!!

lundi 9 avril 2007

Les chapeaux de Béa

En ce beau lundi ensoleillé, je voudrais partager un gros coup de coeur :
J'ai la chance de connaître une jeune femme très talentueuse. Elle fabrique des chapeaux. Ses modèles sont un bonheur pour les yeux. J'aime vraiment beaucoup ce qu'elle fait !
Certains d'entre vous auront l'occasion de voir certaines de ses créations puisqu'elle m'a fait un chapeau pour la cérémonie de mariage civile et elle a fait aussi de très jolies choses pour les demoiselles d'honneur ! Bientôt les photos mais je souhaite garder un peu la surprise !
Si vous êtes curieux, vous pouvez toujours aller voir ou .

1 2 >