Carnet de vie

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 6 avril 2009

Lucheux 1874 - Divion 1954

Acheter LUCHEUX 1874 - DIVION 1954

jeudi 25 septembre 2008

Tagué !

Nonobstant le fait que je n’aime pas ce genre de « chaine », on pourrait ajouter que j’ai également horreur de tout ce qui est « pseudo-commercialement » inventé (style fête des grand-mères ou fête de la patate !). Néanmoins, je me suis fait tagué (par surprise et par ma propre fille) et les demandes pressantes ( ?) et nombreuses ( ?) m’oblige à faire quelque chose.

Je ne vous résume pas le petit jeu (voir les explications sur le site de ladite fille). En gros, on répond à des questions et on associe une photo à la réponse. 12 questions, ça fait une mosaïque, que vous découvrez ci-dessous.

1. Quel est ton prénom? Jean-Louis, pas très original, mais on fait avec !
2. Quel est ton met préféré? Tout sauf le citron
3. Quel est le nom de ton école secondaire? CES Amiens Nord II ; vous savez bien, la où se trouve la plus belle cathédrale du monde !
4. Quelle est ta couleur préférée? Bleu, résolument !
5. Quelle est la célébrité pour laquelle tu craques? Beaucoup de femmes, naturellement (ben oui, je suis un homme !). Peut-être Demi Moore parmi les préférées.
6. Ta boisson préférée? le whisky, mais le bon uniquement
7. Destination de rêve pour des vacances ? Larnagol, mais c’est pas un rêve, c’est une réalité ! (incroyable, il y a même 4 photos de Larnagol dans ce truc !)
8. Ton dessert préféré? Tous les fruits
9. Que voulais-tu devenir quand tu allais être grand? Je ne suis toujours pas grand ! Quand j’étais jeune, c’était aviateur comme tous les garçons. (moi qui ait horreur de ça et qui ait le vertige à 3m du sol !!!)
10. Qu'aimes-tu le plus dans la vie? La vie (en rose, bien sûr)
11. Un mot pour te décrire? Résolumment épicurien…
12. Ton pseudo sur Flickr? je n'en ai pas mais si j'en avais un, ce serait certainement leloulou



Bon, maintenant, c’est fait !

Et comme je n’aime pas faire aux autres ce que je n’aime pas qu’on me fasse, je passe la main à … personne. D’ailleurs ça correspond assez à mon côté chiant anticonformiste !

Un autre jour, je vous parlerai (et montrerai) de scrap ; parce qu’il n’y a pas que les filles qui savent !

dimanche 21 septembre 2008

Salon de la BD

Ma p'tite femme et mon p'tit dernier (qui a tout de même 15 ans, 1m80) ont fait plus fort que nous.

1600 km sur trois jours pour un salon de la BD !
Ils sont partis tranquillement vendredi à midi pour Larnagol. Je vous rassure tout de suite, le salon de la BD, ce n'était pas à Larnagol, mais à Cajarc. 1100 habitants tout de même messieurs-dames. Evidemment, c'est pas Angoulême, mais tout de même une belle brochette de dessinateurs. Et puis il y a beaucoup moins de monde, ce qui a permis à Antonin de se faire dédicacer plusieurs BD. Et une dédicace de BD par l'auteur, c'est un vrai joli dessin original qui vaut de l'or.

Les deux oiseaux migrateurs sont rentrés au bercail aujourd'hui vers 18h00.
Et ces chéris ont ramené des cartes faites par un dessinateur de Saint Circq Lapopie. Des modèles quasi originaux inspirés de tableaux célèbres. Et celui qu'ils m'ont choisi me convient très bien. Je trouve qu'il colle parfaitement au personnage.



J'adore le petit texte qui l'accompagne.



mardi 11 mars 2008

Encore !



Sous les nuées d’une multitude de papillons,
Loin des ouragans, dans la brise de la passion,
Sous un vol sauvage d’oiseaux qui pépient,
Entre la terre, le ciel et leurs envies,
Ils se sont allongés et ont regardé le ciel,
Et ils ont attendu que l’amour se révèle.

Leurs mains connaissaient le chemin
Qui les mènerait à l’ultime jardin.

Leurs yeux entrevoyaient à travers leurs corps
Les instants où surgiraient les cris…Encore !

dimanche 2 mars 2008

Bordel ambiant

Il faudrait que je range ce tas de livres ! C’est ce que je me dis tous les jours en me couchant. Et puis finalement, non. Il est bien là. Ca fait un peut bordel sur cette table de nuit. Cependant, malgré ma maniaquerie mon penchant à trop vouloir que chaque chose ait une place, j’aime aussi de temps en temps avoir une part de bazar.

Il y a là les livres du moment, achetés ou qu’on m’a offert, choisis avec soin. Et puis ceux que j’ai empruntés à la médiathèque.

Celui-là d’abord, acheté par nombrilisme curiosité. Mais finalement très beau. Une histoire et une intrigue superbement montée, ciselée et étonnante.



Celui-là ensuite, emprunté à la médiathèque. L’un des très très rare livres que je n’ai pas fini. Il y a des gens comme ça, célèbres ou moins connus, à qui on devrait dire de ne plus écrire au lieu de les féliciter. J’ai pourtant bien essayé, mais c’est carrément imbuvable et très mal écrit.

Celui-ci enfin, pour la bonne bouche. L’auteur y décrit son comportement de bibliophile, voire de bibliophage. Je m’y suis retrouvé dans pratiquement tous ses comportements Et j’ai adoré sa façon d’aborder son rapport aux livres.





vendredi 15 février 2008

Ah, si Dieu avait appris les commandes avant de se lancer dans la programmation ( sale noob )

C'est amusant ce que l'on peut trouver sur des forums des fois quand on se balade sur le Net. Prévoyez un cachet d'apirine :)

Au commencement, il y avait l'ordinateur. Puis Dieu dit :
C:>QUE LA LUMIERE SOIT!
Enter user id.
C:>DIEU
Enter password.
C:>TOUT PUISSANT
Password incorrect. Try again.
C:>TOUTPUISSANT
Password incorrect. Try again.
C:>TECHNOCRATE
dieu logged on 12:01:00, Sunday, 01 Mar.
C:>QUE LA LUMIERE SOIT!
Unrecognizable command. Try again.
C:>CREATE LUMIERE
Done
C:>RUN CIEL_ET_TERRE

Et la lumière fut. Et Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière d'avec les ténèbres. Et Dieu appela la lumière "jour" et il appela les ténèbres "nuit". Il y eut un soir et il y eut un matin : ce fut un jour.

Et Dieu vit qu'il y avait eu 0 erreurs.
Et Dieu s'est déconnecté à 12:02:00, Dimanche, 01 Mars.
Et Dieu s'est connecté à 12:01:00, Lundi, 02 Mars.
C:>QUE LE CIEL SEPARE LES EAUX DES EAUX
Unrecognizable command. Try again.
C:>CREATE FIRMAMENT
Done.
C:>RUN FIRMAMENT

Et Dieu sépara les eaux qui sont au-dessous de l'étendue d'avec les eaux qui sont au-dessus. Il en fut ainsi. Dieu appela l'étendue ciel. Il y eut un soir et il y eut un matin : ce fut un deuxième jour.

Et Dieu vit qu'il y avait eu 0 erreurs.
Et Dieu s'est déconnecté à 12:02:00, Lundi, 02 Mars.
Et Dieu s'est connecté à 12:01:00, Mardi, 03 Mars.

C:>QUE LES EAUX QUI SONT AU DESSOUS DU CIEL S'AMASSENT EN UN SEUL ENDROIT ET QUE LA PARTIE SECHE APPARAISSE. Too many characters in specification string. Try again.
C:>CREATE PARTIE_SECHE
Done.
C:>RUN PARTIE_SECHE

Et Dieu appela "terre" la partie sèche, et il appela "mers" la masse des eaux. Puis la terre se couvrit de verdure, d'herbe porteuse de semence, d'arbres fruitiers donnant sur la terre des fruits selon leur espèce et ayant en eux leur semence. Il en fut ainsi. Il y eut un soir et il y eut un matin : ce fut le troisième jour.

Et Dieu vit qu'il y avait eu 0 erreur.
Et Dieu s'est déconnecté à 12:02:00, Mardi, 03 Mars.
Et Dieu s'est connecté à 12:01:00, Mercredi, 04 Mars.

C:>QU'IL Y AIT DES ASTRES DANS LE CIEL POUR SEPARER LE JOUR ET LA NUIT. QUE CES ASTRES MARQUENT LES TEMPS, LES JOURS, LES ANNEES ET QU'ILS ECLAIRENT LA TERRE.
Unspecified type. Try again.
C:>CREATE SOLEIL_LUNE_ETOILES
Done
C:>RUN SOLEIL_LUNE_ETOILES

Et Dieu fit les deux grands astres, le grand pour dominer sur le jour, et le petit pour dominer sur la nuit; il fit aussi les étoiles qu'il plaça dans l'étendue céleste, pour éclairer la terre..
Il y eut un soir et il y eut un matin : ce fut le quatrième jour.

Et Dieu vit qu'il y avait eu 0 erreurs.
Et Dieu s'est déconnecté à 12:02:00, Mercredi, 04 Mars.
Et Dieu s'est connecté à 12:01:00, Jeudi, 05 Mars.

C:>QUE LES EAUX PRODUISENT LES POISSONS ET QUE LES OISEAUX VOLENT SUR LA TERRE ET DANS LE CIEL
Too many characters in specification string. Try again.
C:>CREATE POISSONS_OISEAUX
Done
C:>RUN POISSONS_OISEAUX

Et Dieu créa les grands poissons et tous les animaux vivants qui se meuvent, et que les eaux produisirent en abondance selon leur espèce ; il créa aussi tout oiseau ailé selon son espèce. Dieu vit que cela était bon. Et Dieu les bénit, en disant : Soyez féconds, multipliez, et remplissez les eaux des mers ; et que les oiseaux se multiplient sur la terre.
Il y eut un soir et il y eut un matin : ce fut le cinquième jour.

Et Dieu vit qu'il y avait eu 0 erreurs.
Et Dieu s'est déconnecté à 12:02:00, Jeudi, 05 Mars.
Et Dieu s'est connecté à 12:01:00, Vendredi, 06 Mars.

C:>CREATE BETAIL_REPTILES_AUTRES_ANIMAUX_TERRESTRES
Done
C:>MAINTENANT FAISONS L'HOMME A NOTRE IMAGE
Unspecified type. Try again.
C:>CREATE HOMME
Done
C:>SOYEZ FECONDS, MULTIPLIEZ; REMPLISSEZ LA TERRE, DOMINEZ SUR LES POISSONS, LES OISEAUX ET SUR TOUT ANIMAL QUI SE MEUT SUR TERRE
Too many command operands. Try again.
C:>RUN MULTIPLICATION
Execution terminated. 6 errors.
C:>APPORTE SOUFFLE-DE-VIE
Done
C:>RUN MULTIPLICATION
Execution terminated. 5 errors.
C:>MOVE HOMME TO JARDIN-D-EDEN
File jardin-d-eden does not exist.
C:>CREATE JARDIN.EDN
Done
C:>MOVE HOMME TO JARDIN.EDN
Done
C:>RUN MULTIPLICATION
Execution terminated. 4 errors.
C:>COPY FEMME FROM HOMME
Done
C:>RUN MULTIPLICATION
Execution terminated. 3 errors.
C:>CREATE DESIR
Done
C:>RUN MULTIPLICATION

Et Dieu vit l'homme et la femme dans le Jardin d'Eden prêts à croître et se multiplier.
Il y eut un soir et il y eut un matin : on approchait la fin du sixième jour...

Warning: No time limit on this run. 1 errors.

C:>CREATE AUTODETERMINATION
Done
C:>RUN AUTODETERMINATION
Warning: No time limit on this run. 1 errors.
C:>UNDO DESIR
Desir cannot be undone once autodetermination is created.
C:>ERASE AUTODETERMINATION
Autodetermination is an inaccessible file and cannot be erased.
Enter replacement, cancel, or ask for help.
C:>Help
Desir cannot be undone once autodetermination is created.
Autodetermination is an inaccessible file and cannot be erased.
Enter replacement, cancel, or ask for help.
C:>CREATE ARBRE-DE-LA-CONNAISSANCE

Et Dieu vit l'homme et la femme dans le Jardin d'Eden prêts à croître et se multiplier. Le sixième jour n'était toujours pas terminé.


Warning: No time limit on this run. 1 errors.

C:>CREATE BIEN_MAL
Done
C:>ACTIVATE MAL

Et Dieu vit qu'il avait créé la honte et le remords.

Warning system error in sector E95.
Man and woman not in Jardin.edn.
1 errors.
C:>SCAN JARDIN.EDN FOR HOMME, FEMME
Search failed.
C:>DELETE HONTE
Honte cannot be deleted once mal has been activated.
C:>ERASE AUTODETERMINATION
Autodetermination is an inaccessible file and cannot be erased.
Enter replacement, cancel, or ask for help.
C:>STOP
Unrecognizable command. Try again
C:>BREAK
C:>BREAK
C:>BREAK
***ATTENTION A TOUS LES UTILISATEURS CONNECTES ***
***ATTENTION A TOUS LES UTILISATEURS CONNECTES ***
ARRET DE L'ORDINATEUR POUR ENTRETIEN ET MAINTENANCE DANS CINQ MINUTES. VEUILLEZ VOUS DECONNECTER.
C:>Create NOUVEAU_MONDE
You have exceeded your allocated file space. You must destroy old files before new ones can be created.
C:>DESTROY TERRE
Destroy terre: Please confirm.
C:>Destroy terre confirmed
***ORDINATEUR ARRETE *** ORDINATEUR ARRETE. ***
REPRISE DES SERVICES, DIMANCHE 8 MARS 06:00:00. VOUS DEVEZ QUITTER MAINTENANT.


Pour ceux à qui il reste un peu d'aspirine, vous pouvez aller lire ce texte, un peu plus compliqué : La Théorie du Geek

mercredi 13 février 2008

Mot Clef

De temps en temps, je vais faire un tour sur eStats. Vous savez, le machin qui vous dit le nombre de visiteurs, le temps passé sur chaque page et plein d’autres conneries qui ne servent à rien.

C’est pas tout ça qui m’intéresse dans ce machin. Mois j’aime regarder la liste des mot-clefs qui ont amené le visiteur sur notre site. Non pas que je sois du genre à mettre des mots cachés, genre « sarkozy bruni » ou « tape manaudou », c’est pas mon genre (oops, je l’ai fait !!! tant pis, ça fera pas de mal !). Non, ce que j’aime c’est explorer cette liste pour y trouver les trucs un peu rigolos ou bizarres qui ont amené le visiteur « at home ». Ne me demandez pas comment, je suis incapable de répondre à cette question. Parfois, je me fais un copier coller dans Gougeule, juste pour voir. Parfois ça marche, parfois non. J’y comprends pas vraiment grand-chose, mais cela m’amuse.

Aujourd’hui, je vous offre un petit florilège. Tant qu’à faire, je mets les réponses avec. Comme ça le prochain visiteur cherchera moins longtemps. C’est brut de fonderie, sans correction des fotes (c’est plus rigolo) :

D’abord, il y a celui qui pose sa question en langage naturel, style l’ordinateur va lui répondre dans la même langue :

« gyneco boury est elle bien »
OUI

« pole iiid est elle une bonne école ? »
SUREMENT

« peut on par la sorcellerie rendre une personne folle »
FAUT VOIR !

« conseil municipal peut on augmenter le nombre de conseillers après un recensement? »
CH’AIS PAS !!!

Après, il y a celui qui ne doute pas instant que Gougeule connaît tout des abréviations :

« voyage humanitaire kesako »
KESAKO = QU’EST CE QUE C’EST (ça ne donne pas la réponse, mais c’est plus clair)

« dk peche »
DK = DUNKERQUE pour les novices (et non pas décaféiné)

Il y a aussi celui qui recherche le mode d’emploi (pour les bombes, c’est pas là !)

« model d'un pacte avec lucifer »
CELUI-LA, JE NE L’AI PAS NON PLUS. Sinon, j’aurais signé ;-)

Le petite bac, vous connaissez ? Ce jeu où on fait des colonnes et on tire une lettre au hasard :

« un nom de metier par q »
QUINCAILLIER, QUADRILLEUR, QUARTENIER, QUEU, QUARRIEREUR

Celui qui interroge carrément la base de donnée mondiale :

« qui est le sculpteur des marionnettes de ché cabotans »
1811 AMIENS, mais je ne connais pas le nom !

« aller par la route a ste anne d auray »
STYLE l’ordi va te parler, écoute bien :o)))

et aussi, mais c’est plus normal, les conversions de monnaies anciennes :

« 100 francs 1850 équivalent à »
pas beaucoup ?

« 200 pistoles equivalent en euros »
encore moins ?

Il y a aussi l’option petites annonces, des fois qu’internet ressemblerait à un gratuit :

« recherche extracteur de miel occasion a amiens »
ATTENDRE QUE LES MOREL ARRETE L’APICULTURE !

« vente de terres agricoles villers bretonneux »
IDEM ! Mais c’est pas demain la veille, On fait ça de père en fils !

Le meilleur pour la fin ; celui qui m’a toujours étonné et je ne sais pas pourquoi. Si vous tapez « mariage virginie et nicolas», notre blog est souvent la première ligne MONDIALE !!! Pourtant il y en a des Virginie et des Nicolas.

Y’a pas, on est les meilleurs !!! :o)))

PS : Tout ce qui est en rouge est certifié d'origine !

mercredi 23 janvier 2008

Le mot dit

Vingt ans de bonheur ! Ma femme et moi avons connu vingt ans de bonheur jusqu’à ce jour fatidique où nous nous sommes rencontrés. Son premier regard m’a été fatal. Le destin m’était tombé dessus à draps raccourcis puis s’était glissé dans mont lit avec un air de ne pas y coucher. Ce jour là, c’était la fête au village. Nous nous étions déguisés pour le carnaval. Elle faisait la partie avant du cheval. Je faisais la partie arrière. Si seulement nous avions inversé les rôles, nous n’étions pas obligés de nous marier.


C’est le début du bouquin que j’ai acheté hier pour quelques dollars euros au bouquiniste dans la cour carrée de la vieille bourse.

Jean-Claude Duquesnoit que nous connaissons un peu est un farfelu. Enfin, quand je dis que nous le connaissons, C. le connaît puisque ce fut son chef. Educateur spécialisé comme elle. Je crois fermement qu’il s’était gourré de voie. Sa voie c’est plutôt la voix et les mots.

Quelques temps plus tard, il y a une vingtaine d’année, nous sommes « retombé » sur lui à « La Laiterie », restaurant « spécial bourg’ » de Lambersart où nous dînions en tête à tête. C’est C. qui l’a reconnu dans son frac à queue de pie avec son nœud pap’. Il faisait le chansonnier pour amuser le bourgeois, avec beaucoup de malice et d’humour.

Finalement, à force de triturer verbalement les mots, il a fini par trouver sa voie dans l’écriture. D’éducateur à saltimbanque, la route est longue. Il reste un inclassable.

Merci pour tes mots dits, l’ami.

samedi 19 janvier 2008

Grammaire...



Ministerium, c’est le grand-père latin. Il a eu deux enfants très différents, ministère et métier. A son tour l’aîné a eu des enfants : ministre, ministrable, administrer, administrateur. Le second est resté célibataire, il se contente de fréquenter un groupe d’amis choisis à cause de leur sens et de leur proximité comme travail, profession, fonction, boulot, job, carrière… Pour pénétrer plus avant dans une véritable famille, tu dois remonter sa généalogie jusqu’à l’ancêtre.


Ce texte est un court extrait de « La grammaire en s’amusant », véritable petit bijou pour qui, comme moi, aime les mots.

Ce livre et son frère « La grammaire est une chanson douce » sont le fruit d’un défi.

A l’origine, il y a un amphithéâtre de Rennes en 1997. Des élèves désignent le Goncourt des lycéens. Deux « Goncourt » officiels sont invités : Erik Orsenna et Patrick Rambaud. Devant la complexité de l’explication de la grammaire aux élèves, devant des manuels qui les rebutent, ils (se) lancent ce défi devant les lycéens rassemblés : « Nous allons vous écrire une grammaire lisible ! C’est juré. ».

Quelques temps plus tard, Erik Orsenna a sorti un magnifique conte, lumineux de simplicité. A tel point qu’on se demande pourquoi ce n’est pas le manuel officiel de grammaire.

Un peu plus tard, Patrick Rambaud nous offre sa grammaire, moins poétique, mais avec une façon de décortiquer et de simplifier la grammaire qui vous laisse idiot d’avoir appris tant de règles.

Joli petit duo que je classe dans une partie de notre bibliothèque. « Bibliothèque, racine : bible, c’est l’endroit où on range la bible », c’est ce que nous disait souvent l’abbé quand il venait dîner chez nous. Ces deux livres n’étaient pas encore parus, mais il connaissait la généalogie des mots !

mercredi 10 octobre 2007

Prétéritions...

Ca fait un peu quelques temps que l’on ne pas lu dans les parages !

Heureusement, les autres rédacteurs ont pris le relais. Et c’est tant mieux, ça met un peu de variété dans cette causerie au coin du feu.

Pour ma part, le temps me manque vraiment. Entre les déplacements à Paris ou à Marseille, le quotidien du travail, les cartons et rata-cartons, les conduites, les bricolages de dernière minute pour St Maur, le temps passe à la vitesse d’un éclair.

J’aurais pu vous faire un énième topo sur les hôtels. Celui de Marseille était … cocasse. La fenêtre était condamnée, c’est-à-dire sans poignée. Soit disant qu’on était dans une « zone à moustiques » ! Encore un coup du chicoungougna… Moi, j’aime pas les fenêtres fermées, ça me rend encore plus claustro, surtout qu’il ne faisait pas spécialement froid à Marseille.

J’aurais pu aussi vous raconter comment mon père m’a emmené dans sa « réserve » au bout du jardin pour me montrer ses vingt nouveaux rabots et m’en faire choisir un ou deux pour ma collec’. Des rabots récupérés alors qu’ils allaient être jetés !
Ce qui est le comble, c’est que nous on fait le ménage à cause du déménagement et lui il continue à stocker des machins et des trucs, dont on va forcément hériter (nous les trois garçons) et qu’on refilera subrepticement à nos enfants. Je les voient déjà … « encore des cochonneries »… « on va faire venir une benne ! »… Ah, si nous avions un petit château pour stocker tout ça !!!

J’aurais pu aussi vous parler des 350 bouteilles de vin qu’il va falloir mettre en carton de six en les remontant de la cave ; une petite soixantaine de cartons ! Faudra faire la chaîne, on en a pour un bout de temps. Mais on ne va quand même pas laisser le pinard ici, non ?

J’aurais pu vous parler encore de tellement de chose. Mais je laisse là ces prétéritions et redonne illico la parole à mes auteurs en herbe.

vendredi 28 septembre 2007

Fiancée d'été

« Votre fiancée d’été a les cheveux épais et pain d’épice. Les cuisses fermes et des seins au goût de myrtille au bout. Votre fiancée d’été a des robes de coton indien qui s’ouvrent sur des odeurs de fruit frais et ses yeux ont le vert des prairies à midi. Elle parle haut et crécelle quand elle rit. Et quand elle se tait, son silence encore frémit, frémit… Sa peau transpire la moisson si elle aime et vous la provoquez ; sur ses hanches, vous cueillez des épis à bout de bouche qui griffonnent vos lèvres. Avec elle, vous dansez. Avec elle, vous êtes ceux des courses de lièvres, vous arpentez les bosquets et humez l’écume de la rivière jusque sous ses seins et l’amour (l’amour !) entre dans vos narines, descend au ventre pour s’y nouer et s’y dénouer en bouquets… »
Anne-Lise Grobéty (1984)

Auteure (je sais, Word, c’est une faute, fais pas ….) inconnue du grand public français, dont Françoise Giroud disait « …Quelle sottise que les frontières, celles qui ont laissé les lecteurs français ignorants d’Anne-Lise Grobéty… ».

Pourtant moi j’adore depuis que je l’ai découverte par hasard. Ou plutôt qu’un de ses livres m’a attiré dans ses parages assez fort pour que je me décide à l’acheter. Parce que je choisis mes livres comme ça. Ou plutôt ils me choisissent. Ce sont eux qui m’attirent, qui me chuchotent leurs mots assez fort pour que je les ouvre, en lise une page ou deux, les tourne et les retourne, les caresse et en palpe le grain du papier, en dévore les caractères ou évalue les paragraphes.

Et puis il y en un ou deux qui finissent par sortir du lot. Peut-être ont-ils été plus racoleurs… ou plus séduisants… ou plus… je ne sais pas, mais ils sont miens maintenant. Ils m’ont capturé et je leur appartiens plus qu’ils ne m’appartiennent. Ils savent, ceux-là, que je les garderai toujours comme on reste toujours avec celle qu’on a choisie et qui vous a choisi.

dimanche 29 juillet 2007

Boom ou LAN, telle est la question.

Et oui! Même avec des geeks et des no-lifes, les animateurs ont réussit à faire deux booms.
La première s'est déroulée vendredi 20.
Le nombre de personnes n'était pas vraiment faramineux. En effet, une bonne vingtaine de personne était occupé à s'entre tuer avec des armes par l'intermédiaire d'ordinateur. (Je ne vise personne. vous avez trés bien compris.) Mais on s'est bien amusé. On a même fait une razzia dans la salle informatique pour essayer de ramener des geeks. Mais cela n'as pas été trés concluant.
Vous devez surement vous demander où se trouvait mon petit (geek) frère. Ben... essayez de deviner. C'est pas dure.
Le deuxième boom, c'était le vendredi d'aprés.
La, pas de LAN en même temps. Donc, plus de personne. Enfin, pas beaucoup plus. Les geeks ont préféré jouer au billard dans le foyer, ou sont rester devant la télé, ou était dans leur lit. (C'est fou comment un geek peut se coucher tôt quand il n'as pas de PC). Et pour la première fois de ma vie, j'ai vu antonin dansé. Et je peux affirmer qu'il est vraiment le fils de sa mère pour cela. :p
Bon, je vais pas m'éterniser. Mais je voulais dire que je me suis bien amusé pendant deux semaines. :p

jeudi 28 juin 2007

Bonheurisateur (VIII)

Heureux !
REGLE N°8 :
If you can’t be with the one you love, love the one you’re with

Simple petite phrase. Petite phrase toute simple. Souvenir d’étudiant, d’une chanson de Crosby Stills Nash & Young qu’on fredonnait en ces années 70 post soixantuitardes. Une phrase dont on était persuadés qu’elle détenait tout la force du monde et le futur qu’il nous faudrait atteindre.

Elle est resté nichée au fond de ma mémoire pendant des années et ce n’est qu’à l’aube de la quarantaine que sa puissance s’est révélée.

Et si on se mettait à aimer celui avec qui on est à chaque fois qu’on n’est pas avec celui qu’on aime.

Quel effet boule de neige fantastique ! on finirait par aimer de plus en plus de gens. On finirait par être toujours avec quelqu’un qu’on aime.

Le site officiel de CSN&Y
Les paroles de la chanson en question

A suivre...

mercredi 13 juin 2007

Bonheurisateur (VII)

Heureux !
REGLE N°7 :
Il n'y a pas de bonheur sans amour !.

Pour être heureux, il faut aimer. Aimer n'importe qui, aimer n'importe comment, mais aimer à tout prix. Il y a mille façons d'aimer, sûrement même plus, sûrement autant qu'il existe de personnes dans le monde.

Mais une chose est sûre : celui qui n'aime pas ne peut pas être heureux. Alors regarde autour de toi. Cherche qui tu pourrais bien aimer. Finalement aimer est une chose assez simple. C'est parfois un simple regard, un petit geste, une attention.

Oui, une attention ! Ca veut dire qu'on doit faire attention à l'autre pour qu'il se sache aimé. Parce que aimer ce n'est pas seulement une pensée intime. Il ne suffit pas de penser qu'on aime quelqu'un pour qu'il se sente aimé. Il faut des preuves, des gestes, des paroles. Il faut le dire, le crier sur les toits. Il faut que ça se sache.

Peu importe de quelle sorte d'amour il s'agit, l'important c'est d'aimer. Aimer est un devoir, sûrement le plus important au monde.

Si tu aimes, alors tu connaîtras un double bonheur : celui d'être heureux et celui de rendre quelqu'un heureux.

A suivre...

vendredi 1 juin 2007

Best seller


Dans un récent billet, je vous avais promis de parler d’un blog et d’un livre.

Alors commençons par le livre, puisque j’ai le geek de service sous la main pour lui demander les infos et les orthographes exactes.

Tom et son meilleur ami sont en train de nous pondre un roman.

Bon, c’est pas demain que vous le trouverez en librairie, vu qu’ils n’en sont qu’au premier tome (sur trois) ; mais la partie est déjà bien engagée : plus de 200 pages manuscrites qu’ils ressaisissent consciencieusement sur un ordinateur portable en apportant sans cesse des corrections.

Le meilleur ami en question s’appelle Oyekashopefolowa ALAO ; vous imaginez facilement qu’il n’est pas de chez nous ;-) . Ce prénom, aux allures un peu compliquées, signifie en yuruba – c’est la langue de son pays - : « Il faut dire merci à Dieu » et il s’appelle comme ça parce que c’est le premier enfant de la fratrie. Comme tout cela étant un peu complexe, quand il vient à la maison, c’est « bonjour kash ! »

En avant-première, nous avons décidé de vous offrir les première lignes de ce qui sera sans aucun doute un best-seller (mais quand ?). Je crois savoir que J.K. Rowling procède comme ça, c’est sûrement une bonne recette :-) . Pour le reste, je compte sur vous pour acheter en masse ce livre dès sa sortie.

Chapitre 1 :
Le jour où tout commença


Yassine était dans une clairière. Il tenta de se mouvoir, mais ses liens étaient trop serrés. Ligotés à ses côtés se trouvaient ses amis, Vladimir, Danny, Franck et Sébastien, tous impuissants. Des indigènes arrivaient en masses et les garçons sentaient que leur dernière heure approchait. Un long couteau à la main, un des indigènes s’approcha de Yassine. Il l’avança lentement. L’indigène semblait indifférent à la peur visible sur les visages horrifiés des lycéens. Sans pitié ni hésitation, il entailla la jambe de l’adolescent, qui hurla. Les indigènes se mirent à rire, puis un à un à chanter ce qui ressemblait à un requiem.

Vladimir se réveilla en sursaut. De la sueur perlait sur son front. Il regarda le réveil sur sa table de chevet mais ne réussit pas à pas à discerner les chiffres affichés en rouge dessus. Il poussa sa couette, descendit de son lit et se fraya un chemin jusqu’au lavabo de l’autre côté de sa chambre. Il tourna le robinet et frotta ses yeux avec l’eau qui en coula.


1 2 >