Carnet de vie

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 28 mai 2007

Mots d'elle

Parfois je prends les mots,
je les triture,
je les façonne,
je les modèle,
je les prends comme modèle,
je les écris comme mots d'elle.

Alors ils s'envolent à tire d'aile,
à tire d'elle..

pour rejoindre l'hirondelle et la tourterelle
dans l'immensité du ciel
où les étoiles étincellent.

lundi 21 mai 2007

Bonheurisateur (VI)

Heureux !
REGLE N°6 :
Le bonheur est humain.

Ce qui distinguera toujours l'homme de la machine, même dans des milliers d'années, c'est le bonheur. La machine, l'ordinateur, le robot remplaceront sûrement l'homme dans de plus en plus de domaines. Ils le surpasseront probablement un jour en beaucoup de points.

Mais il restera toujours trois choses que la machine n'aura jamais. Les trois choses qui constituent le bonheur : le rêve, le rire et la folie.

Si vous savez encore rire, si vous pouvez encore rêver, si vous avez toujours ce petit grain de folie, alors vous avez tout pour être heureux.

A suivre...

dimanche 6 mai 2007

30 ans... déjà !


Déjà 30 ans qu’il nous a quitté, qu’il est parti pour un monde imaginaire. Jacques Prévert est mon poète préféré et je ne me lasse pas de lire et relire « Paroles », « Histoires » ou « Imaginaires » dans lequel on retrouve une autre de ses passions : les collages.

Dans « Histoire », j’ai relu avec un plaisir certain « En sortant de l’école ». Tous ceux dont les enfants ont fréquenté un conservatoire ou une école de musique connaissent ce poème mis en musique et souvent interprété par les premières classes lors des concerts de fin d’année. Pour notre part, je crois bien que les quatre l’ont chanté au moins une fois. J’en ai encore l’air dans la tête.

Dans «Imaginaires », j’ai retrouvé ce mot de la main du poète, accompagnant une image dédicacée à Boris Vian, génial « inventeur » de cette phrase à double tranchant :
« Le blanc de ses ruses n’empêche pas le noir de fumer »
.

De circonstance, et tiré de « Histoire », je vous livre cette « Chanson du mois de mai » :
L’âne le roi et moi
Nous serons morts demain
L’âne de faim
Le roi d’ennui
Et moi d’amour

Un doigt de craie
Sur l’ardoise des jours
Trace nos noms
Et le vent dans les peupliers
Nous nomme
Ane Roi Homme

Soleil de Chiffon noir
Déjà nos noms sont effacés
Eau fraîche des Herbages
Sable des Sabliers
Rose du Rosier rouge
Chemin des Ecoliers

L’âne le roi et moi
Nous serons morts demain
L’âne de faim
Le roi d’ennui
Et moi d’amour
Au mois de mai

La vie est une cerise
La mort est un noyau
L’amour un cerisier.

Et pour finir, voici un de mes préférés, « Belle » :
Béni de Dieu, déni du diable
Incapable d'être coupable
Tu es belle
Indéniable.
Tu es belle comme la mer et la Terre
Avant la prolifération humaine.
Et pourtant tu es femme.
Tu es belle comme le vent qu'on ne peut voir
Belle comme le matin et le soir.
Tu es belle et tu n'es pas la seule
Tu es belle entre les belles, mais dans la ribambelle des belles, tu n'es pas l'étoile.
Tu es l'une d'elles
La mienne
Et pourtant tu ne m'appartiens pas
Mais tu es la seule île déserte où je pourrais vivre avec toi.

jeudi 3 mai 2007

Bonheurisateur (V)

Heureux !
REGLE N°5 :
Le bonheur tient à peu de chose.

Un geste tendre, une parole gentille, un sourire au passage, pour rien, pour le plaisir de sourire. Les signes sont faciles et tout le monde les connait. Ce qui est moins facile, c'est que ces signes soient naturels, instinctifs, irréfléchis.

Lorsque ce geste, cette parole, ce sourire viendront tout seul, lorsqu'ils seront en vous, lorsque vous arriverez à sourire intérieurement sans pensée particulière, alors vous ne serez plus loin du bonheur.

Lorsque cela sera votre ligne de vie, alors vous répandrez le bonheur autour de vous.

A suivre...