Carnet de vie

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 13 septembre 2008

On avance, on avance...

Avant ça ressemblait à ça :



Une grande chambre avec un espèce de crépi saumon mâtiné de blanc et un rideau pas terrible. c'était une chambre de parent puisque, sans que j'ai jamais su pourquoi c'était la plus grande. On a tout de suite décidé qu'elle serait pour Tom, pour cause de percussions encombrantes :-)

Pendant ça ressemblait à ça. Je sais l'enduit ne se voit pas, pourtant il est là. Et les percussions ont été réduite à un tas le moins encombrant possible dans le salon :





Après cela donne cela (couleurs anis et parme choisies par Tom himself):



Armoire qui sert de panneau d'affichage, en cours de remplissage.



Ensemble de percussion remonté, en état de marche dans une ambiance cosy avec des stores à larges lamelles en bois noir.



On a même réussi à trouver un endroit pour clouer les lettres de son nom (il y tenait et il ne faut jamais contrarier les ados !) ;-)

A bientôt !

vendredi 22 août 2008

La chambre coquelicot-Sénégal

Ca y est !

Enfin presque…

Nous avons passé les soirées de cette semaine à poser le parquet de notre chambre. Vous vous rappelez ? la chambre coquelicot. En fait, au fil du temps, c’est devenu la chambre coquelicot-Sénégal :-) On était parti sur une déco coquelicot, mais les murs et les larges stores en bois foncés lui donne une allure Afrique que nous aimons beaucoup. Ca fait plutôt cocoon, pour employer un terme à la mode. Il ne reste plus que la peinture de Monsieur Abdou,celle qui est par terre, à accrocher (peut-être l’encadrer avant ?).



Monsieur Abdou, c’est un peintre africain – je dis africain, parce que je ne connais pas son pays de naissance ! – qui était au festival Africajarc.
Et pour tout vous dire, Africajarc, c’est LE festival Africain qui a lieu pendant plusieurs jours tous les ans à Cajarc (aux alentours de l’avenue Coluche d’ailleurs). On y va à des concerts de qualité pour pas très cher. Cette année c’était Manu Dibango (qu’on ne présente plus), Jean Racine, surtout Tiken Jah Fakoli. Et puis il y a le reste tout autour, le souk (africain), les merguez (françaises) et le vin (de Cahors), le shit (mondial)… C’est dans ce bazar qu’on a trouvé Monsieur Abdou avec qui nous avons du négocier serré pour obtenir une de ses œuvres à un prix raisonnable !!!



Gros plan sur la peinture !


dimanche 17 août 2008

Sweet home

6 semaines plus tard… Nous voici de retour dans notre home, sweet home.

Certes les nouvelles fraîches n’ont pas proliféré sur ce blog ces derniers temps. Tant il est vrai que vivre à Larnagol incite à la nonchalance, la paresse – dans le bon sens du terme -. La vie s’organise autrement. Lever plus tard, bien sûr, travail le matin, apéro, sieste, balade, apéro, etc...

Mais bon, c’est notre blog et on fait comme on veut, quand on veut.

A Villefranche (ça date tout de même du 27 juillet, mais il n'est jamais trop tard...), la troupe médiévale côtoie les métiers artisanaux que promeuvent les compagnons du devoir. Il fait bon se promener dans cette ville, surtout sur la grande place où se tient le marché le plus couru de la région, et sous les arcades où l’on retrouve le frais.





Je reviendrai vous parler de ce pays « où les fruits sont si bons qu’on se contente des noyaux »…

samedi 2 août 2008

Naissance

Je vois déjà les yeux s'arrondir tout grand ! Non, je ne suis pas enceinte !!!!
Juste un petit message pour vous annoncer la création de mon blog perso pour montrer mes bidouillages de scrapbooking alors si ça vous intéresse, vous êtes les bienvenus ! Et n'oubliez pas de laisser un petit commentaire, ça fait toujours plaisir de voir qu'on n'écrit pas dans le vide ! Bises

lundi 21 juillet 2008

Couleurs (bis)


Vert et bleu Larnagol


Rouge Larnagol

A bientôt...

samedi 19 juillet 2008

Rock au chateau

Aujourd’hui, repos.

Enfin quand je dis repos, c’est une façon de parler. Ici, il y a toujours quelque chose à faire. J’ai passé la matinée en désherbage, arrachage et autres nettoyages du devant de la maison, c’est-à-dire quelques mètres carrés. Je n’imagine même pas le temps qu’il faudra consacrer au 500 m2 qui restent et qui sont envahis (perfidement) pendant notre absence par les mauvaises herbes, ronces et jeunes pousses, que même les biches n’arrivent même pas à tout manger !

L’après-midi, j’ai pris mon courage à deux mains et profité du vélo qu’on nous avait gentiment prêté. Je suis allé au marché à Cajarc à vélo. Tout juste 10 km. Je suis parti bravement à 14h30 (comme me l’a fait remarqué Mr L. c’est midi au soleil), donc je suis parti bravement avec le panier en osier sur le porte-bagages et le chapeau sur la tête.



Heureusement que je ne suis pas grand ;-) même sur le vélo, je passe à l’aise !

Je suis rentré tout juste à 17h ; le temps d’une douche et je file au concert rock. ben oui, c’est pas parce qu’il n’y a que 160 habitants qu’il ne se passe rien. Donc, cet après-midi, c’était concert rock/pop au château. Deux guitaristes et une percussion avec une sono que les vieux se bouchaient les oreilles ;-) Oh bien sûr, ça ne dure pas deux heures, il n’y a pas de rappel, ni de briquets allumés dans le noir. mais c’était plutôt de la bonne musique et une chanteuse avec une vraie voix. Les transats étaient mis à la disposition du public par la châtelaine, entrée gratuite bien sûr et pour suivre un pot avec melons en dès et boissons fraîches. Le bonheur à portée de main…

Quelques photos des lieux :







vendredi 18 juillet 2008

Un p'tit coup de rosé ?

Je vous présente le premier pied de vigne de notre domaine. Celui-là même qui donnera, à n'en pas douter, du raisin dès l'année prochaine. Je l'ai acheté ce soir au marché nocturne de Calvignac à un producteur de vin du Lot qui explite à Saint-Géry. Il m'a assuré que j'aurai du raisin à partir du 15 août. J'ai plutôt tendance à le croire. De toutes façons, ça ne m'a pas coûté une fortune. Sa place est toute trouvée ; d'ailleurs ça faisait longtemps que j'avais envie d'en mettre un pied là, en bas du mur, à un endroit qui reçoit le soleil en permanence.



Et pour continuer voici le vin qu'on mettra en bouteille dans quelques années ; l'espoir fait vivre ! Le même producteur me l'a fait gouter. Je ne savais même pas qu'on faisait du vin rosé dans le Lot. Celle-là conviendra très bien pour l'apéro la semaine prochaine, le temps qu'elle prenne un peu le frais au frigo.



Et puis, ici on peut boire tant qu'on veut. On ne prend quasiment pas la voiture. Et même quand on va à pied, il y a des rails de sécurité. OK, ils sont en bois, mais c'est la peuve qu'ici on respecte la nature et on ne plante pas des bouts de ferraille n'importe comment et n'importe où.



lundi 14 juillet 2008

14 juillet

Ce matin, on a fini ce petit coin qu'on avait un peu laissé en rade à Pâques.


Après-midi passée à ne rien faire. Enfin pas tout à fait rien, lire au soleil sur la chaise longue.

vendredi 27 juin 2008

Actu !

C’est le genre de commentaires que j’ai envie d’écrire presque tous les jours. Mais je n’ai pas vraiment que ça à faire. Pour une fois, je me laisse aller… à parler de l’actu, des émotions qu’elle me suggère, des rires et des sourires, mais aussi des énormités qui chaque jour me font sursauter, pour ne pas dire que j’ai envie de pleurer tellement la connerie humaine est grande..

Aujourd’hui, dans le journal (que nous ne prenons que le week-end), il y a d’abord, à tout seigneur tout honneur, la une : C’est la fête du cinéma et, avec elle, la possibilité que les chtis coulent le Titanic. Entendez, que le film de Dany Boon s’approprie le record des entrées en France détenu par « Titanic ». J’aime le titre, toujours à la manière journalistique : « L’ice-Bergues des ch’tis coulera-t-il Titanic ? ». J’espère que oui. Pas pour le cocorico, mais parce qu’il le mérite avec son film sans prétention, mais en même temps marrant et émouvant. Et c’est sûrement la recette de son succès. Alors je suis content pour lui.

Un peu plus loin, l’autre image qui m’émeut, m’épate, me sidère : Jeannie Longo l’éternelle. Pour elle aussi je suis content, mais surtout admiratif devant ce petit bout de femme qui, à 49 ans, met une minute dans la vue de la suivante et deux dans la vue de la troisième. Et puis 53 titres de championne de France, participation à tous les JO de cyclisme féminin depuis leur création, plus de 1000 victoires dans sa carrière… Etonnant !

Dans la case « on est con, mais on se soigne », il y cette personne qui franchi un passage à niveaux en chicane dans le Nord et se fait traîner sur 300m par un train. On entend « imprudence », « défaut de sécurité de VFDF » et plein d’autres inepties. Moi, je dis que passer un PN quand les barrières sont baissées, ce n’est pas de l’imprudence, ni de l’inconscience, c’est de la connerie tout simplement. Et là, il n’y a rien à faire…

Dans le même genre, j’apprend que le gouvernement veut traiter le problème du stress au travail. Et pour cela veut « lancer une expérience pilote de prévention du stress dans la Fonction publique ». C’est à hurler de rire… Moi qui travaille depuis plus de trente ans sans une seule journée d’absence, avec juste 5 semaines de congés par an (quatre au début), qui cotise (et pas qu’un peu !) pour payer les fonctionnaires, leurs médicaments et leur docteur, leurs congés et leurs retraites, moi donc, le stress des fonctionnaires, ça me fait hurler de rire.

Deux sourires, deux grimaces, ça fait l’équilibre. Mais je dois reconnaître que je ne me dope pas aux news. Sinon il y aurait plus de grimaces que de sourires. Heureusement la vie quotidienne nous apporte plus de joies et de rires que de peines et de larmes. Et ça, c’est le plaisir dont je préfère profiter. Je repasse la main aux bloggers qui n'ont rien d'autre à faire...

samedi 21 juin 2008

Le roi de l'enduit !

Ici, c’est le chantier permanent !

On attaque la troisième chambre, celle d’Antonin. La semaine dernière, on a enduit un mur. La chambre était déjà bien vidée de toutes ses cochonneries tous ces objets très utiles à un enfant de 1ère.



Cette semaine, fin de l’enduit des murs et préparation des boiseries. je suis devenu le roi de l’enduit ; je crois que je saurais faire ça correctement à la 52ème chambre ;-). Honnêtement, il faut reconnaître que je m’améliore dans ce domaine que je n’avais jamais vraiment pratiqué à si grande échelle. A Larnagol, j’admire toujours le plâtrier qui sait tirer un mur parfaitement plan en vrai plâtre sur un mur ancien complètement bosselé. Donc ça donne ceci pour l’instant.



Et puis le bordel les objets précieux, il fallait bien les mettre quelque part ! Heureusement les placards sont très grands !



A bientôt pour de nouvelles aventures !

samedi 7 juin 2008

Un samedi comme les autres...

On n’avance pas vite, mais on avance. Café au lit avant 7h00 (pourquoi j'ai une femme qui travaille le samedi ???). Du coup, je me suis levé tôt, plus tôt que quand je travaille.

La chambre du grand sportif est toujours en cours. Les peintures sont finies. Ce matin, avec l’aide de mon ouvrier, j’ai posé les étagères. Peintes de la même couleur que le mur opposé et soutenues par des supports bombés (pas tordus, bande de …. bombés = peints à la bombe) à la peinture chrome pour rappeler les accessoires de musculation (Ben oui, y’a pas que la Valérie qui sait faire !). Les prises de courant, qui étaient dans un triste état, sont réparées.

Il reste encore (et toujours) le parquet à acheter (quand on aura les points qui vont bien pour avoir 10% de réduc’) et le bureau en verre qu’A. prévoit d’acheter.

Côté ambiance, ça donne un mur anthracite pour le coin muscu…



… et deux murs bleus pour le coin dodo !



Et puis comme j’avais un peu de temps, entre la lessive, la vaisselle et quelques autres bricoles, j’ai fait un flan pour ce soir.

Au départ, je sais, ça n’a pas l’air terrible, mais le goût est là.





D’ailleurs je le confirme, après le rituel léchage de la cuillère et passage de doigt dans les restes de la casserole (quel gourmand… je sais et j’assume) : le goût est bien là.







Et puis après cuisson, ça donne quand même un truc présentable, non ?







Encore plein de temps ! il me faut une frise chronologique correcte pour mon bouquin, mais je ne trouve rien sur Internet. Je crois que je vais écrire le programme moi-même, juste quelques dizaines (centaines ?) de dates et d’évènements à saisir et un petit programme qui va bien, et ça devrait donner.

A bientôt...

dimanche 25 mai 2008

Le temps d'un week-end

Je ne dors pas ! J’optime le temps ! Le blog, c’est quand il en reste un peu (de temps), quand on l’a bien géré (comme ce week-end).



Après celui de la semaine dernière, encore un week-end bien rempli. Au bout de couloir rempli du fatras de l’aîné (meuble, bibelots et autres cochonneries…) et aussi des quelques dizaines (centaines ?) de kilos de fonte qui accompagne son appareil de torture musculation, se trouve le chantier.



La chambre d’Adrien est maintenant sur les rails. On est parti de loin, puisque sur les murs il y avait un vieux crépi bleu qui ne lui plaisait pas du tout. Le week-end dernier a été consacré à une bonne couche d’enduit pour cacher ce crépi. Cette semaine ponçage, puis un autre crépi, de lissage celui-là, histoire que ça commence à ressembler à des murs plats. On n’est pas arrivé, mais on est sur la bonne voie. A. a déjà choisi les couleurs et tout cela devrait se terminer dans une quinzaine (sauf le parquet qu’on achètera en gros pour les trois chambres).

Bref, un samedi bien rempli, avec en prime la réparation et le réglage de la fenêtre coincée, le démontage des vieux rideaux, le rebouchage des trous un peu partout,…

Dimanche bien rempli aussi, mais avec des occupations plus agréables. C. travaillait jusqu’à midi. Après un bon coup d’aspiro, après avoir été cherché le pain et les gâteaux, je me suis mis à la cuisine. C’est un truc que j’aime bien, préparer des plats, trouver une déco qui donne envie de manger, essayer de ne rien oublier, s’arranger pour tout soit prêt à l’heure. Bon, côté cuisine je suis OK.



Encore une petite demi-heure, ajouter une rallonge, changer la nappe, mettre la table. De ce côté là aussi c’est OK.



Paré pour un bon repas en famille, des instants agréables pendant lesquels on oublie la vie quotidienne. Virginie nous a montré les photos de leur voyage de noces. Un très joli endroit, avec une mer bleue de chez bleue, un sable blanc comme sur les brochures des agences de voyage et un soleil comme j’aimerai en voir tous les jours.

Et puis aussi parmi les autres moments du week-end : regarder le match de rugby avec Adrien, regarder des dessins animés (speedy gonzales et Tom et jerry, j’adore) avec Antonin, attendu Tom qui était à un concert avec sa sœur jusqu’à minuit et demi, écouter Sgt Peppers allongé sur le canapé.

C’est fou le nombre de choses qu’on peut faire en si peu de temps !

lundi 12 mai 2008

La chambre coquelicot (suite)

D&Co suite…



Les stores en bois sont posés. Quand ils sont fermés, ça donne un petit air de maison africaine… Enfin, je dis ça, parce que la peinture s’appelle Kenia. :-)

Bref, c’est bien, parce qu’on peut fermer les stores, ouvrir la porte fenêtre en grand, et avec la moustiquaire latérale qui ferme toute l’ouverture et le soleil le matin, ça nous fait des petits matins à s’étirer de plaisir dans le lit (quand on n’est pas réveillé trop tôt évidemment !).



Je vous avais parlé hier des vases en opaline de mon grand-père. Les voilà en gros plan. C. ne les aime pas, mais moi j’y suis attaché. Et puis c’est comme pour moi, avec le temps elle s’y est habitué…






Et puis sur la commode, la vieille lampe qui traîne depuis des années, on a fini par se décider. On avait le choix entre poubelle et Larnagol. On a choisi Larnagol. Toujours difficile de jeter froidement un cadeau de mariage, même s’il ne nous plait pas. On l'a remplacé par celle-là.




dimanche 11 mai 2008

La chambre coquelicot

Après de nombreux jours de « enduit, ponçage, peinture et re-peinture », la nouvelle chambre des parents, dite chambre coquelicot, est en bonne voie.

L’idée du coquelicot est venue de notre parure de lit blanche avec des coquelicots. Alors on s’est fait notre petite séance de D&Co tous seuls, sans la dame de la télé et ses commentaires bof…



Ca donne une chambre en trois couleurs (donc 4 pour la peinture avec le blanc). Il y a un mur « kénia intense » (c’est un chocolat, mais ça fait mieux de dire « kénia »), deux autres « kénia clair » (c’est un beige pale, mais ça fait….patati patata) et un bout de mur coquelicot pour rappeler la couleur des accessoires.




Sur la commode on a remplacé les vieilles boites à bijoux (celles avec la danseuse qui tourne en même temps que la musique et qu’on remonte avec une petite clef) par des boites en porcelaine peintes à la main par une artisane (je ne sais pas si ça se dit, mais moi je le dis).



Il manque encore les stores à larges lamelles en bois foncé (achetés mais pas posés), des nouvelles chaises pour remplacer les vieilles qui font office de débarras à habit valet de nuit (à acheter) et le parquet (à acheter pour les quatre chambres à refaire).

Restent encore quelques vieuzeries dont on arrive pas à se débarrasser : la malle qui contient des draps, les chapeaux. Restent encore des objets pas forcément très « déco », mais auxquels on est attaché avec notre petit cœur (les vases jaunes en opaline de pépé, le chapeau de l’autre pépé,…).

dimanche 4 mai 2008

Léo

Je vous présente Léo... Léo des sources.

C’est la mascotte de l’association des Saint-Léger de France et d’ailleurs. Une association qui regroupe les villages qui portent le nom de Saint-Léger. Il y en a 73 en France, dont 58 adhérents à l’association.

L’histoire de cette association est assez fantastique. Il y a 13 ans, Christophe, un instituteur de Saint-Léger-sous-Cholet propose à ses élèves de chercher les Saint-Léger de France et de s’intéresser à leur histoire. Ce qui n’était qu’un « projet éducatif » (mais c’est déjà beaucoup) est devenu rapidement une association. Tous les ans les membres, leurs amis, leur famille se rassemblent dans un des villages membres. Cette année, c’était à Saint-Léger-les-Authie.

Je connaissais virtuellement Christophe depuis longtemps, pour lui avoir fourni quelques éléments sur Saint-Léger (mort décapité dans la foret de Lucheux) et sur l’église de Lucheux dédiée à ce saint. Mais je n’avais pas eu l’occasion de le rencontrer. Alors nous sommes allés à la réunion de cette année, un peu comme des étrangers (pensez ! des Lillois ? qu’est-ce qu’ils viennent faire là ?).



Le village est charmant. 98 habitants. C’est pas beaucoup, et, gérer une réunion de plusieurs centaines de personnes sur trois jours avec logement, nourriture, visites et excursions, c’était pour eux un vrai challenge. Réussi à 100%. Une organisation du tonnerre, des bénévoles souriants, serviables. Pas une faille. BRAVO !


Et puis, après le repas, c’était jeux picards. Je me suis fait une gernoule.

1 2 3 4 5 >