Carnet de vie

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 31 janvier 2008

Le cassoulet

Qu’est-ce qui ce cache dans cette marmite ?
En tous cas, ça sent vraiment bon !

Bon, je ne vous fais pas languir plus longtemps : c’est le cassoulet. Enfin, plutôt le reste de cassoulet qui a déjà cuit et recuit.

Samedi dernier, nous avons eu plaisir à retrouver S. et L. autour d’un bon repas. Le cassoulet maison, fabriqué entièrement avec ses petites mains (celles de C.), c’est quelque chose. C’est pas le cassoulet WS en boite. Les lingots ont trempés depuis le vendredi, les toulouses ressemblent à des toulouses et la morteau coupée en rondelle ça vous a un fumet… on y ajoute le travers et le canard pour faire bonne mesure...

S., je la connaît depuis plus de 20 ans, et nous avons travaillés ensemble quelques années. L., son mari est un pays, comme on dit. Un vrai picard dont les parents habitaient à quelques kilomètres des miens. Alors on s’est retrouvé après quelques mois de routes parallèles samedi dernier.

Le cassoulet était copieux et, bien que nous soyons plutôt bons mangeurs, il en est resté une quantité. Avec Tom et Antonin, on en a remis une couche mardi soir.

Après il a fallu faire deux jours de pose, parce qu’on saturait un peu !



Ce soir on a profité d’être cinq à table en même temps (c’est pas tous les jours), pour se le finir. Il a bien fallu ajouter quelques saucisses pour faire bon compte, mais on en est venu à bout !

mardi 22 janvier 2008

Le bonheur au quotidien

L’avantage d’habiter plus près de Lille, c’est qu’on peut aller s’y balader quand on veut. Ce midi, je me suis fait une petite (grande) pause déjeuner.

Ca commence par une demi heure de marche pour arriver dans l’hyper centre, en passant par la gare Lille Europe et la gare Lille Flandre. Il faisait vraiment beau et les terrasses étaient remplies ; on se serait cru sur la côte ! En face de la gare, le blanc prend un petit noir et le noir un blanc sec le blanc et le noir finissent une bière à la terrasse du Napoléon.

J’arrive juste à 13h pour entendre le carillon nous jouer le Ptit Quinquin. Je suis face à la vieille bourse. Un bâtiment magnifique que les touristes admirent, photographient, contournent. Au loin un joueur de trompette, assis sur sa chaise joue pour lui et pour les autres.



Les gens du cru (même si adoptifs) savent qu’il faut entrer dans la cour carrée. Là se tient tous les jours, avec un pic le week-end, la plus grande farfouille du livre ancien, et ce en permanence. Les bouquinistes sont tout autour, les joueurs d’échecs au milieu.



J’adore cet endroit. C’est normal : j’aime les livres, les gravures, les vieux papiers, les cartes postales anciennes, tout ce qu’on trouve ici, les jours de porte monnaie bien rempli !

J’ai fureté une petite demi heure, acheté un bouquin dont je vous parlerai plus tard, puis je suis reparti en sens inverse.



A la terrasse du Napoléon, le blanc et le noir avaient attaqué la bière suivante…

Il fait beau, la vie est belle !

jeudi 10 janvier 2008

Bonne année !

Tout d'abord, je vous souhaite à tous et à toutes une excellente année 2008 !
Je n'aime pas vraiment souhaiter la bonne année : je trouve ça complètement arbitraire et je n'estime pas avoir besoin d'un changement arbitraire d'année pou souhaiter de bonnes choses aux gens que j'aime !
Nous avons tout de même fêté cette nouvelle année dignement en compagne de gens tout à fait charmants : nous avons bien ri, bien mangé et avons terminé la soirée bien fatigués !
Et une petite photo d'illustration !