Carnet de vie

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 27 juin 2008

Actu !

C’est le genre de commentaires que j’ai envie d’écrire presque tous les jours. Mais je n’ai pas vraiment que ça à faire. Pour une fois, je me laisse aller… à parler de l’actu, des émotions qu’elle me suggère, des rires et des sourires, mais aussi des énormités qui chaque jour me font sursauter, pour ne pas dire que j’ai envie de pleurer tellement la connerie humaine est grande..

Aujourd’hui, dans le journal (que nous ne prenons que le week-end), il y a d’abord, à tout seigneur tout honneur, la une : C’est la fête du cinéma et, avec elle, la possibilité que les chtis coulent le Titanic. Entendez, que le film de Dany Boon s’approprie le record des entrées en France détenu par « Titanic ». J’aime le titre, toujours à la manière journalistique : « L’ice-Bergues des ch’tis coulera-t-il Titanic ? ». J’espère que oui. Pas pour le cocorico, mais parce qu’il le mérite avec son film sans prétention, mais en même temps marrant et émouvant. Et c’est sûrement la recette de son succès. Alors je suis content pour lui.

Un peu plus loin, l’autre image qui m’émeut, m’épate, me sidère : Jeannie Longo l’éternelle. Pour elle aussi je suis content, mais surtout admiratif devant ce petit bout de femme qui, à 49 ans, met une minute dans la vue de la suivante et deux dans la vue de la troisième. Et puis 53 titres de championne de France, participation à tous les JO de cyclisme féminin depuis leur création, plus de 1000 victoires dans sa carrière… Etonnant !

Dans la case « on est con, mais on se soigne », il y cette personne qui franchi un passage à niveaux en chicane dans le Nord et se fait traîner sur 300m par un train. On entend « imprudence », « défaut de sécurité de VFDF » et plein d’autres inepties. Moi, je dis que passer un PN quand les barrières sont baissées, ce n’est pas de l’imprudence, ni de l’inconscience, c’est de la connerie tout simplement. Et là, il n’y a rien à faire…

Dans le même genre, j’apprend que le gouvernement veut traiter le problème du stress au travail. Et pour cela veut « lancer une expérience pilote de prévention du stress dans la Fonction publique ». C’est à hurler de rire… Moi qui travaille depuis plus de trente ans sans une seule journée d’absence, avec juste 5 semaines de congés par an (quatre au début), qui cotise (et pas qu’un peu !) pour payer les fonctionnaires, leurs médicaments et leur docteur, leurs congés et leurs retraites, moi donc, le stress des fonctionnaires, ça me fait hurler de rire.

Deux sourires, deux grimaces, ça fait l’équilibre. Mais je dois reconnaître que je ne me dope pas aux news. Sinon il y aurait plus de grimaces que de sourires. Heureusement la vie quotidienne nous apporte plus de joies et de rires que de peines et de larmes. Et ça, c’est le plaisir dont je préfère profiter. Je repasse la main aux bloggers qui n'ont rien d'autre à faire...

samedi 21 juin 2008

Le roi de l'enduit !

Ici, c’est le chantier permanent !

On attaque la troisième chambre, celle d’Antonin. La semaine dernière, on a enduit un mur. La chambre était déjà bien vidée de toutes ses cochonneries tous ces objets très utiles à un enfant de 1ère.



Cette semaine, fin de l’enduit des murs et préparation des boiseries. je suis devenu le roi de l’enduit ; je crois que je saurais faire ça correctement à la 52ème chambre ;-). Honnêtement, il faut reconnaître que je m’améliore dans ce domaine que je n’avais jamais vraiment pratiqué à si grande échelle. A Larnagol, j’admire toujours le plâtrier qui sait tirer un mur parfaitement plan en vrai plâtre sur un mur ancien complètement bosselé. Donc ça donne ceci pour l’instant.



Et puis le bordel les objets précieux, il fallait bien les mettre quelque part ! Heureusement les placards sont très grands !



A bientôt pour de nouvelles aventures !

samedi 7 juin 2008

Un samedi comme les autres...

On n’avance pas vite, mais on avance. Café au lit avant 7h00 (pourquoi j'ai une femme qui travaille le samedi ???). Du coup, je me suis levé tôt, plus tôt que quand je travaille.

La chambre du grand sportif est toujours en cours. Les peintures sont finies. Ce matin, avec l’aide de mon ouvrier, j’ai posé les étagères. Peintes de la même couleur que le mur opposé et soutenues par des supports bombés (pas tordus, bande de …. bombés = peints à la bombe) à la peinture chrome pour rappeler les accessoires de musculation (Ben oui, y’a pas que la Valérie qui sait faire !). Les prises de courant, qui étaient dans un triste état, sont réparées.

Il reste encore (et toujours) le parquet à acheter (quand on aura les points qui vont bien pour avoir 10% de réduc’) et le bureau en verre qu’A. prévoit d’acheter.

Côté ambiance, ça donne un mur anthracite pour le coin muscu…



… et deux murs bleus pour le coin dodo !



Et puis comme j’avais un peu de temps, entre la lessive, la vaisselle et quelques autres bricoles, j’ai fait un flan pour ce soir.

Au départ, je sais, ça n’a pas l’air terrible, mais le goût est là.





D’ailleurs je le confirme, après le rituel léchage de la cuillère et passage de doigt dans les restes de la casserole (quel gourmand… je sais et j’assume) : le goût est bien là.







Et puis après cuisson, ça donne quand même un truc présentable, non ?







Encore plein de temps ! il me faut une frise chronologique correcte pour mon bouquin, mais je ne trouve rien sur Internet. Je crois que je vais écrire le programme moi-même, juste quelques dizaines (centaines ?) de dates et d’évènements à saisir et un petit programme qui va bien, et ça devrait donner.

A bientôt...