Carnet de vie

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 20 février 2007

Je m'en mords encore les doigts


Cher Journal

Je ne sais pas pourquoi, mais dès que je me suis réveillé, je savais que cette journée allait mal se passer. Un pied par terre et cette phrase était déja une certitude dans ma tête. Et elle n'ait fait que se certifier au fur et à mesure. A ce moment là, je me dis que je n'aurais pas dû me lever ce matin. les yeux dans le vague et le tête dans le brouillard, j'arrivais à l'école. Pas de Caroline, alors qu'elle arrive toujours en avance. J'attendis patiement dans le hall. Mais, alors que la sonnerie retentait, elle n'était toujours pas là. Ce fut donc avec une mine contrarié que je me dirigeais vers notre salle de cours, pour m'assoire seul à une table. Un frisson me parcourut. Cela faisait tellement longtemps que je ne m'étais pas retrouvé seul. Ouvrant de grands yeux ronds, mes camarades m'assenèrent de questions tel que "Oh! Pourquoi Caroline n'est pas là? Elle est malade?" Ces mots me rappelait ma détresse de ressentir de nouveau cette solitude. Et tout cela continua toute la journée.
J'en suis exténué, de ressentir de nouveau cette tristesse. Tellement que je vais aller me coucher tout de suite.

lundi 19 février 2007

Le jocko

Hier, nous sommes allés à Montdidier. Et comme toujours, c’est avec plaisir que j’ai retrouvé sur les murs de la salle à manger ces tableaux que j’aime. Ils ont un côté rassurant par leur pérennité.
Ces tableaux ont été donnés à mes parents par le peintre lui-même pour solder une dette – je ne sais pas quelle en était la nature, ni le montant -. Je les ai toujours connus depuis ma plus tendre enfance.

Il en est un surtout qui me tient particulièrement à cœur, c’est celui-ci.



D’abord il représente une scène du Maghreb, et c’est un endroit qui évoque quelque chose pour mon père qui y a passé quelques années en tant que militaire, lors de la guerre du Maroc. Il me racontait encore hier une de ces anecdotes à propos d’une tente telle que celle qui figure sur cette peinture et de l’accueil qu’il y a reçu de la part des autochtones. Ensuite ce tableau évoque pour moi mon enfance. J’ai toujours trouvé une similitude entre cette tente jaune, presque croustillante et le jocko. Le jocko, c’est le nom qu’on donne au pain de 400 g chez nous en Picardie. Et j’ai toujours trouvé que cette tente ressemblait à un pain avec ses pointes plus cuites aux endroits où le boulanger avait fait des entailles en cours de cuisson.

Ces « croûtes » ne valent sûrement pas une fortune, mais elles ont pour moi une valeur sentimentale inestimable.

dimanche 18 février 2007

Jeu .... des questions réponses.








Le principe est pourtant simple: tourner une poignée de façon à pouvoir lire une question (assez ardue il faut le dire), après cela.... on dit la réponse ( si toutefois on la sait) puis on regarde enfin si la réponse est bonne en enlevant le petit cache bleu (cf: photos...). Ce principe tellement simple (et basique) est pourtant amusant (et addictif :p).
Le jeu concerné fut retrouvé dans les abisses abissales du "grenier de la grand mère" (magnifique cliché je sais) après une réminisence de mon (vieux , très vieux) père. Le jeu en question est constitué de 8 disques de questions/réponses; les questons tournent autour de tous les thèmes histoire/géo ; maths; chimie; astronomie; rébus; et la je vous le dis autant avoir une culture générale solide voire même extravagante,("Quand fut révoqué l'édit de Nantes ? Sous quel roi?" "Par voie de chemin de fer (à l'époque) quelle est la distance , le temps ?") les points, on les compte au moyen de petits jetons marqués de numéros et chaque question vaut un point.
Le jeu est en très bon état et fonctionne bien (et n'est pas à vendre pour ceux qui aurait pris ça pour une annonce Ebay -_-').

samedi 17 février 2007

J-140

J-140 ?
Aujourd'hui, nous sommes allés signer le bon à tirer ... de quoi ? De nos faires-parts de mariage !
Ca me l'avait déjà fait lors de la publication des bans, j'ai revécu ça tout à l'heure : on a beau y être préparé, ça fait bizarre de voir écrit noir sur blanc que l'on va se marier... C'est vraiment concret !
On a aussi eu notre pile d'enveloppe à préparer : on va passer quelques heures à écrire les adresses ...
J'espère que ça va plaire !

Judo

He oui , je suis l'un de ces passionnés de cet art martial sacré japonais (:p) qu'est le judo!
Je n'écris pas cet article aujourd'hui par hasard mais simplement parce que aujourd'hui j'ai eu l'honneur d'arbriter une compétition de Judo; celle de Wasquehal (petite ville du Nord ==> oui oui c'est l'endroit où il fait froid et où il y a des mines). Cela faisait la dernière fois que je le faisais et c'était toujours aussi intéréssant. Je remercie donc ceux qui m'on permit d'y participer et celle qui a fait les sandiwches :D....

vendredi 16 février 2007

Bonjour !

Je profite de ce 1er billet pour entrer dans le vif du sujet et vous présenter une de mes nombreuses passions : le scrapbooking !

Késako ?
Il s'agit d'une manière artistique et amusante de mettre en valeur ses photos et ses souvenirs dans des albums. Mais je pense qu'un exemple sera plus parlant, alors je vous présente mes amies :



Il s'agit d'Aurore, de Sylvie et d'Aurélie. Et la demoiselle en haut à droite, c'est moi...
Désolée pour la qualité de la photo ...
Les papiers sont de la marque ROUGE DE GARANCE, qui est une marque française (fait assez rare pour être souligné). Si vous voulez en savoir plus sur cette marque, c'est là ! La citation dit "Chaque moment passé dans l'amitié est un bon souvenir à conserver".

A bientôt pour de nouvelles images !

Les Trois Joyeuses


C’est parti pour trois jours et deux nuits de fête à Dunkerque. La nuit de l’Oncle Cô, qui aura lieu demain au Kursaal marquera le début de ces Trois Joyeuses, point d’orgue du carnaval de Dunkerque.

La Vischerbende – la bande des pêcheurs – va défiler dans les rues de Dunkerque, derrière le tambour major et les musiciens. Chahuts, chapelles, chansons – un brin paillardes -, rires et bonne humeur seront sans aucun doute au rendez-vous comme tous les ans.

Séquence émotion : tout ce petit monde finira par converger vers la place Jean Bart où les carnavaleux, à genoux devant la statue du corsaire, entonneront à pleine voix – bien qu’épuisés – la cantate à Jean Bart et l’hymne à Cô Pinard. Frissons dans le dos garantis.

A Dunkerque, le carnaval est une vraie tradition qui mêle les gens de toutes origines, de tout niveau social ; une seule religion : s’amuser. C’est même plus qu’une tradition, c’est une institution !

Quelques liens pour en savoir plus :
La Voix du Nord
Le Village
Site de la ville de Dunkerque

jeudi 15 février 2007

Futur incertain

L'autre jour, j'ai réfléchi sur le futur. J'en suis arrivé à une question: Et si notre futur ne dependait de ce que nous avons fait a UN moment de notre vie? Imaginons qu'à un moment, dans votre vie, vous n'auriez pas dit une phrase spécifique, vous n'auriez pas vu le chat qui traversait la rue, vous auriez tourner à droite au lieux de prendre à gauche, loupant ainsi l'occasion de sauver votre patron. Que serait devenut votre présent? Et votre futur?
Je crois que dans une vie, il n'y a pas grand chose de variables, mais ces variables sont tellement sensibles qu'un mot peut altérer notre vie. Et je pense aussi que l'on peut envisager le futur qui aurait put être le notre si une des variables avaient changés. mais peut-être aussi que les variables ne sont pas toutes passé. Et je pense que le meilleur moyen de savoir si notre futur est le meilleur est de se demander si l'on est heureux dans cette vie, dans ce pays, avec ces personnes qui sont nos amis et notre famille.

mercredi 14 février 2007

Bonheurisateur (III)

Heureux !
REGLE N°3 :
Le bonheur est vivant.

Comme tous les êtres vivants, il naît, il grandit et même parfois il meurt. Comme une plante, le bonheur doit être cultivé. Dès qu’il a pointé le bout de son nez à la recherche du soleil, il faut l’arroser, l’entourer de tous les soins, lui donner un espace pour qu’il puisse s’épanouir. Comme un enfant qui grandit, le bonheur a besoin d’amour et de respect pour devenir un vrai grand bonheur adulte.

Comme pour tout être vivant, rien n’est jamais acquis. La plante que l’on néglige pendant quelques temps dépérit, comme si elle ressentait cette absence. L’être cher qui ne voit plus son reflet dans vos yeux pense, parfois à tort, qu’il n’existe plus. De la même façon, le bonheur qu’on laisse au fond d’un tiroir s’étiole et finit par se confondre avec la poussière dont il est recouvert. Un beau jour, on ouvre le tiroir, on souffle sur la poussière et le bonheur s’envole en même temps que la poussière.

Ne laissez pas votre bonheur dans le noir. Ne laissez pas la poussière le recouvrir. Entretenez-le chaque jour de votre vie pour qu’il devienne plus grand que votre vie, pour qu’il déborde de vous et qu’il contamine tous vos proches.

A suivre...

mardi 13 février 2007

Planéte voyage

Voila je viens pour vous citer (encore) un petit site qui est en projet (auquel je participe en tant que designer). Je le trouve très original et c'est pour cela que je le link. Il a pour but d'aider les gens qui veulent avoir plus d'informations sur un certains séjour dans un certain pays.Il sera construit nottament a partir d'experience de voyageur.
N'hésitez pas si vous voulez y participer.(:D)
Lien ==> Bon il faudra qu'on remette des graphisme nous ^^....

dimanche 11 février 2007

Le héron au long cou...

Comme (presque !) tous les dimanches, je suis allé courir (un peu !). C'est pas que je sois un grand sportif, mais je ressens le besoin de faire un peu de sport. C'est un besoin presque vital, en tous cas nécessaire pour contrebalancer mon travail plutôt sédentaire. Alors je vais courir ou faire du vélo et je m'aère l'esprit.

Le long du canal, celui du plat pays où j'habite, j'ai vu le héron. Je dis LE héron, parce que j'ai l'impression que c'est toujours le même depuis des années, mais en fait je n'en sais rien. Tout ce que je sais, c'est que ce héron me rassure. Le fait de le voir là, près très loin de la métropole lilloise me laisse penser que notre bonne vieille planète n'est pas complètement pollué, que l'homme a peut-être encore une chance de la sauver.

Je ne sais pas combien de temps je courrai encore, mais j'espère que je croiserai toujours le héron.

samedi 10 février 2007

Casse tête

Bon un petit linking pour un site que je trouve très drôle: Lien
De quoi se taper la tête contre les murs . Si vous êtes bloqué n'hésitez à me demander.

Love Fool (Journal fictif)

Cher Journal,

Aujourd'hui fut une journée très spéciale. Je ne sais même pas exactement si elle est vrai. Si je ne suis pas en train de rêver. Et je ne pourrais pas décrire le tourbillon d'émotions qui me traverse. Je peut juste te dire les faits. Comme tous les jours, je suis allé au lycée. Maths en première heure, le lundi, je pense qu'ils sont tordus. Mais bon......Je m'ennuyais ferme tandis que le prof s'amusait à régler les problèmes de son diaporama où le cours est inscrit. C'est à ce moment là que se passa le moment de la journée, le seul intéressant. La porte s'ouvrit et laissa apparaître le directeur. Il entra et se plaça entre le bureau et la porte. A côté de lui se tenait une jeune fille. Elle se tenait droite, son sac sur le dos, et les cheveux tombant dans son dos. Ils étaient d'un noir profond alors que ses yeux était d'un bleu électrique. Elle souriait mais son sourire était forcé. Le directeur se racla la gorge, comme à son habitude, et nous expliqua de sa voix grave qu'elle s'appelait Caroline et qu'elle était une nouvelle élève. Elle n'avait pas pu s'inscrire plus tôt du fait qu'elle était en voyage humanitaire au Cambodge avec ses parents. Le prof remercia le directeur et demanda à caroline de s'asseoir à côté de moi. En même temps, elle n'avait pas trop le choix. Nous sommes déjà trente et les classes sont très petites. La seule place libre est toujours à côté de moi. Nous avons parlé, tandis que l'enseignant s'acharnait sur sa machine. Nous avons continué l'heure d'après, suivant le cours d'une oreille. Elle me fascinait. Elle parlait du Cambodge avec passion. J'ai appris plein de choses sur elle. Mais plus je la regardais, plus je sentais des bouffés de chaleur dans mon coeur, plus le noeud de mon estomac se resserrait. Je ne sais pas se qui m'arrive, mais c'est bien. Je le sens.

vendredi 9 février 2007

Graphisme

Comme vous pouvez les voir il y a une nouvelle galerie sur le graphisme. Pour l'instant nous avons mis que ce que nous avions sous la main mais il va y avoir de nouvelle créations. Si vous avez des question n'hésitez pas.Toutes les créations sont de moi. J'ai suivie notamment les tutoriaux de CrystalXp (site du quel j'ai déjà donné le liens....)

mercredi 7 février 2007

The Rubettes

Je vous parle aujourd'hui d'un groupe que "les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître" comme dirait Charles (Aznavour). The Rubettes est né en 1973. Dès 1974, il sortent un 45 tours (ben oui, à l'époque les CD, ça courait pas les rues !), Donc ils sortent un premier 45 tours avec une chanson qui restera longtemps en tête des hit-parades : "Sugar Baby Love". Beaucoup prédisaient qu'ils ne dureraient pas longtemps ; pourtant leurs tubes sont restés longtemps gravés dans les mémoires, et aujourd'hui encore je me souviens de l'air de ce premier hit. De fait ils ont duré, et certains des membres qui composaient ce groupe continuent à se produire aujourd'hui. Ils ont sortis jusqu'à la fin des années 70 des titres que tout le monde avait dans la tête.

Si je vous parle des Rubettes aujourd'hui, ce n'est pas vraiment par hasard. C'est parce que mon frère était fan de ce groupe, et je crois bien que leurs 45 tours sont encore dans un coin, prêts à reprendre du service. Et si je parle de mon frère, ce n'est pas non plus par hasard : c'est son anniversaire aujourd'hui.


Alors tous les rédacteurs de ce blog te souhaitent un joyeux anniversaire !

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 >