Carnet de vie

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 21 juillet 2008

Couleurs (bis)


Vert et bleu Larnagol


Rouge Larnagol

A bientôt...

samedi 19 juillet 2008

Rock au chateau

Aujourd’hui, repos.

Enfin quand je dis repos, c’est une façon de parler. Ici, il y a toujours quelque chose à faire. J’ai passé la matinée en désherbage, arrachage et autres nettoyages du devant de la maison, c’est-à-dire quelques mètres carrés. Je n’imagine même pas le temps qu’il faudra consacrer au 500 m2 qui restent et qui sont envahis (perfidement) pendant notre absence par les mauvaises herbes, ronces et jeunes pousses, que même les biches n’arrivent même pas à tout manger !

L’après-midi, j’ai pris mon courage à deux mains et profité du vélo qu’on nous avait gentiment prêté. Je suis allé au marché à Cajarc à vélo. Tout juste 10 km. Je suis parti bravement à 14h30 (comme me l’a fait remarqué Mr L. c’est midi au soleil), donc je suis parti bravement avec le panier en osier sur le porte-bagages et le chapeau sur la tête.



Heureusement que je ne suis pas grand ;-) même sur le vélo, je passe à l’aise !

Je suis rentré tout juste à 17h ; le temps d’une douche et je file au concert rock. ben oui, c’est pas parce qu’il n’y a que 160 habitants qu’il ne se passe rien. Donc, cet après-midi, c’était concert rock/pop au château. Deux guitaristes et une percussion avec une sono que les vieux se bouchaient les oreilles ;-) Oh bien sûr, ça ne dure pas deux heures, il n’y a pas de rappel, ni de briquets allumés dans le noir. mais c’était plutôt de la bonne musique et une chanteuse avec une vraie voix. Les transats étaient mis à la disposition du public par la châtelaine, entrée gratuite bien sûr et pour suivre un pot avec melons en dès et boissons fraîches. Le bonheur à portée de main…

Quelques photos des lieux :







vendredi 18 juillet 2008

Un p'tit coup de rosé ?

Je vous présente le premier pied de vigne de notre domaine. Celui-là même qui donnera, à n'en pas douter, du raisin dès l'année prochaine. Je l'ai acheté ce soir au marché nocturne de Calvignac à un producteur de vin du Lot qui explite à Saint-Géry. Il m'a assuré que j'aurai du raisin à partir du 15 août. J'ai plutôt tendance à le croire. De toutes façons, ça ne m'a pas coûté une fortune. Sa place est toute trouvée ; d'ailleurs ça faisait longtemps que j'avais envie d'en mettre un pied là, en bas du mur, à un endroit qui reçoit le soleil en permanence.



Et pour continuer voici le vin qu'on mettra en bouteille dans quelques années ; l'espoir fait vivre ! Le même producteur me l'a fait gouter. Je ne savais même pas qu'on faisait du vin rosé dans le Lot. Celle-là conviendra très bien pour l'apéro la semaine prochaine, le temps qu'elle prenne un peu le frais au frigo.



Et puis, ici on peut boire tant qu'on veut. On ne prend quasiment pas la voiture. Et même quand on va à pied, il y a des rails de sécurité. OK, ils sont en bois, mais c'est la peuve qu'ici on respecte la nature et on ne plante pas des bouts de ferraille n'importe comment et n'importe où.



lundi 14 juillet 2008

14 juillet

Ce matin, on a fini ce petit coin qu'on avait un peu laissé en rade à Pâques.


Après-midi passée à ne rien faire. Enfin pas tout à fait rien, lire au soleil sur la chaise longue.

mercredi 9 juillet 2008

Couleurs


Rose Larnagol


Bleu Larnagol

Merci Mr Orange ! L'ADSL fonctionne.

Quand je dit aux gens avec qui je discute que je suis ici pour travailler, ils me regardent, incrédules, d'un air de se demander si je me fous de leur gueule.
Et bien, si ! On peut travailler à Larnagol. En tous cas, moi je peux. J'ai un bureau (pièce) avec un bureau (meuble), des armoires, un casier à paperasse, un téléphone, un ordi portable. Et je travaille comme si j'étais at home ou dans un bureau quelconque. Avec le wifi, je peux même travailler au soleil, dehors. Le rêve, quoi !

lundi 7 juillet 2008

H-19

Evidemment, il faut se lever à 5h00 du matin. Parce que les bouchons à Paris (pseudo-nombril de la France) j'en ai un peu ma claque. Alors je me lèverai à 5h00 du matin, pour passer avant le rush.

Après c'est tout droit pendant quelques centaines de kilomètres. Après c'est le soleil, après c'est no pollution, no bruit, no stress.





C'est une première expérience. J'installe mon bureau à Larnagol jusqu'aux environs du 20/07. Travail, certes, mais aussi repos, calme, soleil (j'espère). Et ça, ça n'a pas de prix. Et après ça sera les vacances pour de vrai jusqu'à la fin août.

Peut-être quelques mots de temps en temps, si j'ai le courage. Peut-être pas.

Si vous passez par là, quelque part entre Figeac et Cahors, vous êtes les bienvenus (même si vous n'avez pas de cadeau, comme disait Maxime).

A bientôt !

samedi 5 juillet 2008

Paquets de parquet.

Cet article traite de ce que je vais vous dire et de ce que je ne vous direz pas.
Après une plusieurs journées de long travail je suis fier de vous présenter ma nouvelle piaule chambre; Lever 6h20 (!?), petit déjeuner, pause mot croisés et puis c'est parti ! Charcutage des paquets de parquets Ouverture du parquet, lecture rapide des instructions, 1ere latte, 2eme latte, découpage. OUF ! Première rangée plus que 40 ! 12h 30 C'est fini pour la partie facile les lames régulières. Encore quelques coupes et c'est bon. Repas en famille. Pause de digestion Quoi que 30m, j'appelle les syndicats. Pose des étagères, une, deux ,et trois barres de posées, placement des étagères, vissage autopércante de mon #!§$$# des étagères. C'est parti on monte le bureau en verre merde les trace de doigts. C'est bon pour le bureau. Montage des meubles bleu, galérage avec les portes montage du IKE*. Nettoyage et c'est finie, un peu de rangement et puis c'est bon.

vendredi 27 juin 2008

Actu !

C’est le genre de commentaires que j’ai envie d’écrire presque tous les jours. Mais je n’ai pas vraiment que ça à faire. Pour une fois, je me laisse aller… à parler de l’actu, des émotions qu’elle me suggère, des rires et des sourires, mais aussi des énormités qui chaque jour me font sursauter, pour ne pas dire que j’ai envie de pleurer tellement la connerie humaine est grande..

Aujourd’hui, dans le journal (que nous ne prenons que le week-end), il y a d’abord, à tout seigneur tout honneur, la une : C’est la fête du cinéma et, avec elle, la possibilité que les chtis coulent le Titanic. Entendez, que le film de Dany Boon s’approprie le record des entrées en France détenu par « Titanic ». J’aime le titre, toujours à la manière journalistique : « L’ice-Bergues des ch’tis coulera-t-il Titanic ? ». J’espère que oui. Pas pour le cocorico, mais parce qu’il le mérite avec son film sans prétention, mais en même temps marrant et émouvant. Et c’est sûrement la recette de son succès. Alors je suis content pour lui.

Un peu plus loin, l’autre image qui m’émeut, m’épate, me sidère : Jeannie Longo l’éternelle. Pour elle aussi je suis content, mais surtout admiratif devant ce petit bout de femme qui, à 49 ans, met une minute dans la vue de la suivante et deux dans la vue de la troisième. Et puis 53 titres de championne de France, participation à tous les JO de cyclisme féminin depuis leur création, plus de 1000 victoires dans sa carrière… Etonnant !

Dans la case « on est con, mais on se soigne », il y cette personne qui franchi un passage à niveaux en chicane dans le Nord et se fait traîner sur 300m par un train. On entend « imprudence », « défaut de sécurité de VFDF » et plein d’autres inepties. Moi, je dis que passer un PN quand les barrières sont baissées, ce n’est pas de l’imprudence, ni de l’inconscience, c’est de la connerie tout simplement. Et là, il n’y a rien à faire…

Dans le même genre, j’apprend que le gouvernement veut traiter le problème du stress au travail. Et pour cela veut « lancer une expérience pilote de prévention du stress dans la Fonction publique ». C’est à hurler de rire… Moi qui travaille depuis plus de trente ans sans une seule journée d’absence, avec juste 5 semaines de congés par an (quatre au début), qui cotise (et pas qu’un peu !) pour payer les fonctionnaires, leurs médicaments et leur docteur, leurs congés et leurs retraites, moi donc, le stress des fonctionnaires, ça me fait hurler de rire.

Deux sourires, deux grimaces, ça fait l’équilibre. Mais je dois reconnaître que je ne me dope pas aux news. Sinon il y aurait plus de grimaces que de sourires. Heureusement la vie quotidienne nous apporte plus de joies et de rires que de peines et de larmes. Et ça, c’est le plaisir dont je préfère profiter. Je repasse la main aux bloggers qui n'ont rien d'autre à faire...

dimanche 22 juin 2008

Bon anniversaire !

La deuch a 60 ans.

Ce matin c’était le deuch rassemblement à Cysoing (59). En bons vieux post soixantuitard, nous n’avons pas pu résister au plaisir d’y aller.

Il y en avait de toutes les couleurs, de tous les âges ; dans leur jus, restaurées amoureusement, custumisées soigneusement, voire carrément transformées, les fières deuch s’exhibaient.



La deuch, c’est tout une époque que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître ; je dirais même les moins de quarante ans. C’était surtout une voiture solide, avec un moteur réduit à sa plus simple expression, que chacun pouvait bricoler ou entretenir seul avec un minimum de connaissances. Bref une voiture qui procurait plus de plaisir que d’emmerdements.



Et en cherchant un peu, on a même trouvé des « traction », des « dyane », des « ami 8 » et même une « ami 6 ». Et ça c’est aussi une époque, ou plutôt une montagne de souvenirs.



Je n’ai pas retrouvé de photo de notre deuch, mais j’ai retrouvé les photos de l’ami 6 qui est passée de main en main, venant du Lot (elle est encore immatriculée 46), passant chez B. dans la Somme, puis chez moi dans le Nord, pour finir sa vie chez les chtis avec près de 200.000 km au compteur et après des années de bons et loyaux services, de voyages dans toute la France et même jusqu’au détroit de Gibraltar en 76. On l’avait décoré à notre manière, pochette de Dick Rivers à l’avant, Gaston de chaque coté et Shtroumph à l’arrière. Ca reflétait bien notre art de vivre de l’époque et les gens se retournaient en souriant sur son passage.





samedi 21 juin 2008

Le roi de l'enduit !

Ici, c’est le chantier permanent !

On attaque la troisième chambre, celle d’Antonin. La semaine dernière, on a enduit un mur. La chambre était déjà bien vidée de toutes ses cochonneries tous ces objets très utiles à un enfant de 1ère.



Cette semaine, fin de l’enduit des murs et préparation des boiseries. je suis devenu le roi de l’enduit ; je crois que je saurais faire ça correctement à la 52ème chambre ;-). Honnêtement, il faut reconnaître que je m’améliore dans ce domaine que je n’avais jamais vraiment pratiqué à si grande échelle. A Larnagol, j’admire toujours le plâtrier qui sait tirer un mur parfaitement plan en vrai plâtre sur un mur ancien complètement bosselé. Donc ça donne ceci pour l’instant.



Et puis le bordel les objets précieux, il fallait bien les mettre quelque part ! Heureusement les placards sont très grands !



A bientôt pour de nouvelles aventures !

vendredi 20 juin 2008

La fanfare en pétard

La fête de la musique, c’est tous les jours !

Il suffit de se mettre un bon CD (at home ou dans la voiture) ou parfois de se balader.

Petit flash back en juillet 2007 où une promenade à Vannes nous avait amené tout à fait par hasard dans un coin de la vieille ville un peu plus bruyant.
« La Fanfare en Pétard », c’est leur vrai nom. Parce que c’est un vrai groupe, avec un site Internet, qui fait de la musique en concert ou de l’animation de rue.

Si vous les entendez pas trop loin de vos oreilles, allez-y. Approchez vous un peu, beaucoup. Ce qu’ils font est dynamique, entraînant. Ca donne envie de se bouger et c’est bon pour le moral.



Leur site web, c'est par ici.

samedi 14 juin 2008

La généalogie ludique

Finalement, je les ai faites, les frises que je ne trouvais pas. J’y ai passé quelques (beaucoup) d’heures, mais le résultat me plait. Ca en fait au moins un qui est content ;-)

Puisqu’elles étaient faites, j’en ai profité pour les mettre en téléchargement sur notre site. Autant en faire profiter la communauté. Et puis le gratuit, par les temps qui courent, ça n’est plus très courant en généalogie. Je n’en attendait rien ; je connais ce p’tit monde d’internautes pour lesquels un bonjour ou un merci sont une torture.

Il reste que je suis tout de même content d’avoir reçu deux messages persos à ce sujet. Content parce que le premier ne fait que confirmer ce que je savais déjà : beaucoup de personnes, parfois assez âgées (je veux dire qu’elles ont plus de 70 ans), lisent les fora, naviguent sur Internet, mais commentent et participent peu. C’est sûrement sagesse de leur part lorsqu’on voit la teneur de certains échanges.

Tout simplement, un grand merci Monsieur Morel. Vos fiches me seront fort utiles, pour mes petits enfants, afin de mieux leur situer nos ancêtres dans l'Histoire.
Bien cordialement.

Le deuxième m’apprend une chose que je ne savais pas encore avec tant de certitude : la généalogie est ludique ! Fantastique d’apprendre ça. C’est peut-être pour ça que j’y prend toujours autant de plaisir.

un grand merci et bravo pour ce travail
cela devient ludique d'associer histoire de famille et histoire de France

Merci D. et S. pour votre message qui fait chaud au cœur !

Pour ceux que ça intéresse, c'est visible par ici.

samedi 7 juin 2008

Un samedi comme les autres...

On n’avance pas vite, mais on avance. Café au lit avant 7h00 (pourquoi j'ai une femme qui travaille le samedi ???). Du coup, je me suis levé tôt, plus tôt que quand je travaille.

La chambre du grand sportif est toujours en cours. Les peintures sont finies. Ce matin, avec l’aide de mon ouvrier, j’ai posé les étagères. Peintes de la même couleur que le mur opposé et soutenues par des supports bombés (pas tordus, bande de …. bombés = peints à la bombe) à la peinture chrome pour rappeler les accessoires de musculation (Ben oui, y’a pas que la Valérie qui sait faire !). Les prises de courant, qui étaient dans un triste état, sont réparées.

Il reste encore (et toujours) le parquet à acheter (quand on aura les points qui vont bien pour avoir 10% de réduc’) et le bureau en verre qu’A. prévoit d’acheter.

Côté ambiance, ça donne un mur anthracite pour le coin muscu…



… et deux murs bleus pour le coin dodo !



Et puis comme j’avais un peu de temps, entre la lessive, la vaisselle et quelques autres bricoles, j’ai fait un flan pour ce soir.

Au départ, je sais, ça n’a pas l’air terrible, mais le goût est là.





D’ailleurs je le confirme, après le rituel léchage de la cuillère et passage de doigt dans les restes de la casserole (quel gourmand… je sais et j’assume) : le goût est bien là.







Et puis après cuisson, ça donne quand même un truc présentable, non ?







Encore plein de temps ! il me faut une frise chronologique correcte pour mon bouquin, mais je ne trouve rien sur Internet. Je crois que je vais écrire le programme moi-même, juste quelques dizaines (centaines ?) de dates et d’évènements à saisir et un petit programme qui va bien, et ça devrait donner.

A bientôt...

lundi 2 juin 2008

La généalogie bientôt interdite aux mineurs

Hé oui ! La généalogie, ce ne sont pas que des papiers poussiéreux déchiffrés par des séniles retraités.

Témoin cet acte trouvé dans les archives d’un notaire et mentionné récemment sur un groupe. Nous tairons le nom du bonhomme et le lieu ; de toutes façons il est mort et enterré depuis belle lurette. Probable que c’était pas un vieux notaire, pour lui avoir fait l’amour trois fois dans une nuit !

Tout de même ! mentionner cet épisode dans les registres officiels, il faut être culotté… Enfin, c’est une façon de parler, en l’occurrence il était plutôt défroqué le susdit notaire :- ) Il devait y avoir de la concurrence avec les curés du lieu ;-)



Pour les ceusses qui ont du mal avec la lecture des écritures anciennes (aussi appelée paléographie), ci-dessous le déchiffrement de cet acte. Selon la formule consacrée « certaines images peuvent choquer les enfants ». S’ils sont avec vous, demandez leur de descendre la poubelle ou de ranger la vaisselle.

L'an mil vc 4 vingtz deux [1582] anict (1)
p[ar] devant mon vict (2) est passé le
con (3) de Lallfaype (3) ou mon vict p[ar]
devant son con ay foutu (4) 3 fois
p[our] une nuict et ma faict
grand bien de vray faict
a gap le troisie[me] avrili f[ait] que mon
vict est en[tr]é dans un con
J'ay foutu 3 coup Lafflhape
le 15e aoust pour scavoyr
si elle enfantoit a qui
sera lenfant estoit en-
viron les dix heures
du soir foutre
An signe de quoy me suis
soubz[sig]né Viet

(1) anuit (au cours d'une nuit)
(2) le vit (sexe de l’homme)
(3) le con (sexe de la femme)
(3) il s'agit ici du nom de la dame. On le retrouve plus bas écrit de manière différente.

Merci à Michel et François de nous avoir fait partager ce trésor !

samedi 31 mai 2008

Save love !

Après le baise-en-ville dans les années 80 et la banane (aussi appelée « chauffe-couille ») dans les années 90, Je crois que je vais adopter le sac Jules comme petit sac à main.



Pour ceux qui sont trop jeunes pour avoir connu ces objets d’anthologie, le baise-en-ville (que j’ai utilisé pendant quelques années) permettait aux hommes de fourrer toutes choses inutiles qu’on trimbale couramment avec soi : portefeuille (sans un sou dedans), carnet de chèque (qui ne sert à rien puisqu’on à une CB), photos des enfants (qu’on voit à longueur de journée !), cigarettes, briquet, clefs de voiture et mille autres objets.

Certaines hommes n’ayant pas assez de place dans le baise-en-ville, un mec ingénieux a jugé intéressant de fabriquer la banane qui avait l’avantage de se « ceinturer » en pendouillant comme le k-way de Dany. Je n’ai pas pratiqué cet objet aussi ridicule qu’inutile, mais j’en ai vu qui y trimballait leurs factures d’électricité, leurs relevés de banque depuis 10 ans et je me suis souvent demandé à quoi tout cela pouvait servir.

Aujourd’hui, quand je sors, je prends tout juste mon portefeuille avec les papiers de la voiture en cas de zèle de la maréchaussée, les clefs de maison (faut bien rentrer), c’est tout. Et si je pouvais faire moins, je serais bien content.



Il reste que ce sac Jules me plait bien. Il y a des moments où on voudrait être une femme pour avoir une bonne raison de promener ce bijou nonchalamment au bout du bras, histoire de faire passer le message.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 >