Carnet de vie

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 16 juin 2007

Mariage (suite)

En complément du magnifique (???!!!) billet écrit par Antonin, la galerie de photos du mariage civil de Virginie et Nicolas est en ligne ci-contre. Vous retrouverez les photos qui ont émaillées cette journée placée sous le signe de la pluie (mariage pluvieux gnagnagna...). Mais on a quand même réussi à faire une petite scéance de photo juste avant l'apéritif dans la parc de l'auberge de la Garenne.

Bon anniversaire à Jean-Claude et Nicolina (les parents de Nicolas) qui fêtent leurs 28 ans de vie commune.

Rendez-vous à tous le 07/07/07 pour le mariage à l'église en grandes pompes (et nos 28 ans de vie commune à nous).

PS : pour les généalogistes de passage : c'est presque de la psychogénéalogie - hihihi ;-) - puisque les enfants se marient à la mairie le jour anniversaire du mariage des parents de Nicolas et à l'église le jour anniversaire du mariage des parents de Virginie, avec en plus le même nombre d'années de mariage. Le tout le 07/07/07, jour porte bonheur, s'il en est, à cause de la multiplicité de chiffres 7. Bref je vous dis pas le temps qu'il a fallu réfléchir pour pondre ça ;-o)))

Un mariage hum hum ... interréssant



Un mariage , un vrai ? Non :p Cette fois c'était un entraînement, une formalité , le mariage civil quoi. Voiture , bonjour ,bonjour , tatada , bla bla (code Civil) , tatada , puis enfin le plus intéressant la nourriture (et la boisson)... Nan je déconne ,rien que l'entrée dans la mairie était sympa alors , le petit discours de l'adjoint au maire. Puis après nous allons A l'auberge de la garenne un restaurant près de chez nous , et la enfin l'atmosphère se relâche , il ne savent pas qu'il on fait la plus grosse conerie de leur vies mais bon ils sont heureux :p. Puis après l'apero arrosé (ha le jeu de mots) , on rentre et la enfin se livrent a nous les arts de la tables le tout avec du blanc puis du rouge puis du champagne et du rosée. Puis finalement on se rentre tous chez soi . Enfin tranquille . (que pour 3 semaines mais bon :p) .

vendredi 15 juin 2007

Not' Lafleur

Lafleur En farfouillant dans mes vieilleries, je suis retombé par hasard sur ce petit livret d’une douzaine de pages acheté sur eBay, magasin qui alimente éternellement et infatigablement le grenier à « cochonneries » souvenirs que je lèguerai à mes enfants (et qu'ils mettront illico à la benne garderont religieusement !).

En couverture, Lafleur trône sur fond de Marie Sans Chemise (je vous parlerai de celle-là un autre jour). Lafleur c’est l’image quasi vivante de la Picardie. Bien que marionnette de bois et de ficelle, à l’image de Guignol, Lafleur amuse petits et grands depuis des siècles. Je me souviens particulièrement d’une représentation au théatre de « Chés cabotans » (1) à laquelle j’ai assisté alors que je n’avais que sept ou huit ans. Nous rendions alors encore de nombreuses visites à notre famille lointaine de la campagne profonde et le picard était compréhensible à mes oreilles d’enfant.

Lafleur c’est la gouaille, le rire, la joie de vivre. Et même dans les moments les plus difficiles, quand « chés cadoreux » (2) sont à ses trousses, il étonne toujours Tchot Blaise (3), son compagnon : « J’ai assies braie ein arrivant au mone, éj’ pux bien rire ein molé ein m’ein allaint (chi j’ doés moérir d’èch’ coeup-lo !) » (4)

Il faut ici rendre hommage à ceux, qui de génération en génération, savent prolonger la magie de cette tradition qui a fait rire et fait encore rire les fervents admirateurs de Lafleur, menteur, buveur et mangeur impénitent, batailleur, éternel reflet du picard qui s’amuse de la devise de la marionnette : « Bien boere, bien matcher, pis n’rien foere » (5)

(1) Les cabotins
(2) Les gendarmes
(3) Petit Blaise
(4) J’ai assez pleuré en arrivant au monde, je peux bien rire un peu en m’en allant (si je dois mourir de ce coup-là)
(5) Bien boire, bien manger, et puis ne rien faire

mercredi 13 juin 2007

Un grand MERCI !!!!!

Et oui, ça faisait longtemps qu'on ne m'avait pas vue sur ce blog... Il faut dire que les journées passent plus vite que je ne voudrait...
A trois jours du mariage civil, je ne peux tout de même pas laisser passer cette occasion de dire un grand merci à mes amies.
En effet, ce samedi 9 juin a été une journée mémorable. La journée de l'enterrement de vie de jeune fille...(récit en cours de rédaction, bientôt sur ce blog).
Je tiens donc à remercier de tout mon coeur mes amies et témoins qui m'ont organisée une merveilleuse journée, tout en respectant mes désirs, et ce n'était pas facile ! Donc, Aurore et Sylvie, je vous remercie beaucoup, je vous aime et ne regrette pas un seul instant de vous avoir choisies pour témoins.

Je tiens également à remercier celles qui ont répondu présentes et que j'adore :
- Titi (merci ma belle d'avoir couru dans Lille pour faire le plein de souvenirs),
- Alix (heureusement que tu restes plus longtemps la prochaine fois)
- Caro R. (merci pour tes visites dominicales)
- Sarah (ma chef préférée, bisous à la plus belle des puces)
- Alexandra (dernière venue dans la bande mais si vite intégrée que j'ai l'impression qu'on se connaît depuis des années)
- Fanny (merci pour m'avoir fait goûter ces biscuits de régime divins),
- Stéphanie (j'espère que ce sera toi la prochaine ! ),
- Hélène (Bienvenue dans la famille, mon frère a beaucoup de chance),
- Laure (quel plaisir de te revoir ! Reposes-toi bien et fais-nous un beau bébé),
- Tita (tu sais à quel point j'envie la longueur de tes cheveux ?),
- Caro V. (moi non plus je ne bois jamais d'alcool)

Je n'oublierai pas non plus les absentes, mais présentes dans mon esprit, merci pour votre participation à cette journée !
- Aurélie (le tee-shirt est magnifique, je l'adore trop !),
- Caro P. (j'ai adoré les devinettes associées aux anecdotes de notre amitié),
- Doriane (quelle prose, j'ai adoré te lire).

J'ai été un peu longue mais, vraiment, je tiens à toutes vous remercier !!! Je vous remercie également pour avoir toutes parlé les unes avec les autres. il n'y a pas eu de clans et j'espère que chacune a passé une bonne journée. Maintenant, je vous donne RDV au mariage pour d'autres superbes moments d'amitiés ! JE VOUS AIME !!!!

Bonheurisateur (VII)

Heureux !
REGLE N°7 :
Il n'y a pas de bonheur sans amour !.

Pour être heureux, il faut aimer. Aimer n'importe qui, aimer n'importe comment, mais aimer à tout prix. Il y a mille façons d'aimer, sûrement même plus, sûrement autant qu'il existe de personnes dans le monde.

Mais une chose est sûre : celui qui n'aime pas ne peut pas être heureux. Alors regarde autour de toi. Cherche qui tu pourrais bien aimer. Finalement aimer est une chose assez simple. C'est parfois un simple regard, un petit geste, une attention.

Oui, une attention ! Ca veut dire qu'on doit faire attention à l'autre pour qu'il se sache aimé. Parce que aimer ce n'est pas seulement une pensée intime. Il ne suffit pas de penser qu'on aime quelqu'un pour qu'il se sente aimé. Il faut des preuves, des gestes, des paroles. Il faut le dire, le crier sur les toits. Il faut que ça se sache.

Peu importe de quelle sorte d'amour il s'agit, l'important c'est d'aimer. Aimer est un devoir, sûrement le plus important au monde.

Si tu aimes, alors tu connaîtras un double bonheur : celui d'être heureux et celui de rendre quelqu'un heureux.

A suivre...

samedi 9 juin 2007

Crise de rangement


Comme ça nous m'arrive de temps en temps, ce matin j'ai eu une petite crise de rangement du grenier. Enfin, ce que nous appelons le grenier ou parfois le bureau pour faire "riche", c'est en fait les combles aménagés où il y a une chambre, le reste de l'espace étant un bureau/bibliothèque/salle de jeux/archives/foutoir/bazar/etc....

Antonin et moi avons commencé par démonter et virer 3 meubles. Puis j'ai fait un nettoyage par le vide doublé d'un rangement. Et je trouve que ça a beaucoup plus de gueule comme ça. Et surtout ça parait deux fois plus grand.

Petite visite du nouvel espace qui est sûrement l'un des endroits de la maison où nous aimons à vivre, à nous retrouver à plusieurs :


Vue d'ensemble à gauche de l'escalier


Vue d'ensemble à droite de l'escalier


Coin archives


Coin enfants avec leur ordi et la PS


Tableaux de maître à vendre ;-)


Le coin de C.


Mon bureau


Des livres, des livres, encore des livres
(à vrai dire il y en a dans tous les coins de la maison)


vendredi 8 juin 2007

Baptême

Encore un baptême en vue ! Rassurez-vous, il ne s'agit pas d'une naissance dans la famille :

Monsieur Olivier, maire de Bertry, me signale cette naissance ; celle de Achille le mulquinier, xieme géant du grand nord de la France. Ici la tradition fait plus que durer, elle vit et elle est vécue chaque jour par les habitants. Les géants font partie de la famille de chacun et la naissance d'un nouveau membre est toujours l'occasion d'une fête et la promesse d'autres à venir lors de sa sortie.

Achille le mulquinier est un géant de près de quatre mètres 50 et représente un tisseur en bleu de travail tenant à la main une navette. Le traditionnel "calot" sur la tête rappellera aux anciens la tradition. Il est né de la passion de l'équipe de bénévoles de Dynamic BERTRY.

La première sortie, celle qu'on considère comme le baptême, est prévue le 1er juillet. Il sera accompagné de Pénélope de Villers Outréaux (sa marraine brodeuse) et Batiste de Caudry (son parrain dentellier).

Rappelons que le mulquinier, profession souvent rencontrée par le généalogiste du Nord de la France, est un tisserand qui fabrique des étoffes qu'on appelle baptiste ou linon. Un métier très ancien dont l'origine remonte à la fin du Moyen-âge. Pour en savoir plus vous pouvez vous balader ici ou ici.

Je n'ai hélas pas de photo de Achille. La photo qui illustre ce billet est celle de "La belle Roze", sûrement ma préférée dans la famille des géants, photo prise lors de la grande sortie des géants à l'occasion de Lille 2004.

samedi 2 juin 2007

Samedi Aprem







Cet aprem pas cours de dessin . Oh non , mieux. Exposition de la Bande dessinée et des arts graphiques à Roubaix. On y est donc allé à deux (moi et mon père) . Pour 3€ l'entrée on a vu plein de dessinateurs de genre , comme un flipbokiste à droite de l'entrée que j'ai particulièrement aimé. Puis après il y avait le stand de Pole IIID une école d'infographie (très bien l'infographie :D ), puis après il y avait les joueurs de Doffus (-_-") et en dernier un petit stand de la Fnac où on y vendait tout en rapport avec la BD , et où j'ai acheté un bouquin sur les techniques de dessins (et la madame m'a filé une Bd en cadeau :)... Voilà aujourd'hui ça fait déjà 30€ que je claque (10€ dans diable 2+ l'expansion et 20€ dans le bouquin ) , mais , quand on aime on ne compte pas ...

vendredi 1 juin 2007

Best seller


Dans un récent billet, je vous avais promis de parler d’un blog et d’un livre.

Alors commençons par le livre, puisque j’ai le geek de service sous la main pour lui demander les infos et les orthographes exactes.

Tom et son meilleur ami sont en train de nous pondre un roman.

Bon, c’est pas demain que vous le trouverez en librairie, vu qu’ils n’en sont qu’au premier tome (sur trois) ; mais la partie est déjà bien engagée : plus de 200 pages manuscrites qu’ils ressaisissent consciencieusement sur un ordinateur portable en apportant sans cesse des corrections.

Le meilleur ami en question s’appelle Oyekashopefolowa ALAO ; vous imaginez facilement qu’il n’est pas de chez nous ;-) . Ce prénom, aux allures un peu compliquées, signifie en yuruba – c’est la langue de son pays - : « Il faut dire merci à Dieu » et il s’appelle comme ça parce que c’est le premier enfant de la fratrie. Comme tout cela étant un peu complexe, quand il vient à la maison, c’est « bonjour kash ! »

En avant-première, nous avons décidé de vous offrir les première lignes de ce qui sera sans aucun doute un best-seller (mais quand ?). Je crois savoir que J.K. Rowling procède comme ça, c’est sûrement une bonne recette :-) . Pour le reste, je compte sur vous pour acheter en masse ce livre dès sa sortie.

Chapitre 1 :
Le jour où tout commença


Yassine était dans une clairière. Il tenta de se mouvoir, mais ses liens étaient trop serrés. Ligotés à ses côtés se trouvaient ses amis, Vladimir, Danny, Franck et Sébastien, tous impuissants. Des indigènes arrivaient en masses et les garçons sentaient que leur dernière heure approchait. Un long couteau à la main, un des indigènes s’approcha de Yassine. Il l’avança lentement. L’indigène semblait indifférent à la peur visible sur les visages horrifiés des lycéens. Sans pitié ni hésitation, il entailla la jambe de l’adolescent, qui hurla. Les indigènes se mirent à rire, puis un à un à chanter ce qui ressemblait à un requiem.

Vladimir se réveilla en sursaut. De la sueur perlait sur son front. Il regarda le réveil sur sa table de chevet mais ne réussit pas à pas à discerner les chiffres affichés en rouge dessus. Il poussa sa couette, descendit de son lit et se fraya un chemin jusqu’au lavabo de l’autre côté de sa chambre. Il tourna le robinet et frotta ses yeux avec l’eau qui en coula.


mardi 29 mai 2007

La vérité


Parfois je lis « La Croix » ! Ben oui, c’est un journal catho ! et alors ?

D’abord ils ne sont pas plus cons que les autres, ensuite il y a les mêmes rubriques que dans les autres canards, enfin je le reçois gratuitement.

Et puis, j’ai pas besoin de justifier mes lectures et, comme dirait Johnny, je suis ecclésiastique éclectique ;-)

Donc, dans La Croix, il y a une critique de « Les quatre mystères de la population française » de Hervé Le Bras. Je n’ai pas lu le livre, mais j’aime bien cette remise en cause des croyances démographiques bien établies dans l’inconscient des français.

Extrait de la critique : « Il est habituel de considérer que la France est un pays de vieux, menacé par la dénatalité, dont l’immigration augmente et dont les campagnes se dépeuplent . ». Ce brave monsieur Le Bras (directeur à EHESS tout de même !) démonte ces vieilles croyances une par une.

La période durant laquelle on reste en bonne santé s’allonge plus vite que la durée de vie ; à 60 soixante ans on n’est pas vieux, ça me rassure, j’ai encore un peu de bon temps à prendre. D’ailleurs, dans le même journal, j’apprend que Paul Newman a décidé de prendre sa retraite. Bon, il a quand même 82 ans et des yeux plus beaux que les miens (pour le reste…).

Dépeuplement des campagnes, exode rural,… que nenni, c’est le contraire qui se passe. D’ailleurs j’avais déjà évoqué le sujet dans le même sens sur un autre blog auquel je prête ma plume. Les campagnes se peuplent plus vite que les villes ! Qu’on se le dise une bonne fois pour toutes.

Jusqu’à ce fameux indice de fécondité qui assurerait le remplacement des générations qui est mis à mal. Je veux bien le croire. Notre tribu y a contribué et c’est une des joies de notre vie.

La leçon de l’histoire : ne pas croire tout ce qui se raconte, toujours tout remettre en cause, y compris soi-même.

lundi 28 mai 2007

Mots d'elle

Parfois je prends les mots,
je les triture,
je les façonne,
je les modèle,
je les prends comme modèle,
je les écris comme mots d'elle.

Alors ils s'envolent à tire d'aile,
à tire d'elle..

pour rejoindre l'hirondelle et la tourterelle
dans l'immensité du ciel
où les étoiles étincellent.

dimanche 27 mai 2007

Geek

Ca, c'est mes deux geek(s) ! Une petite photo prise à leur insu cet après-midi. Y sont pas mignons ces deux-là, avec la lumière qui leur fait une auréole tels des dieux de la PS/de l'ordi ;-)



Wikipedia : Un geek (terme anglais se prononçant [gik] en API) est une personne passionnée par un sujet et y excelle (passionné : OK ; qui excelle : ça reste à prouver). À l'origine, en anglais le terme signifiait « fada » (c'est pas complètement faux : ils sont un peu fadas ces deux-là) , soit une variation argotique de « fou ». D'abord péjoratif ─ son homographe désigne un clown de carnaval (sûrement un peu !) ─ il est maintenant revendiqué par certaines personnes..

Sur un autre site : Ah le geek... C'est le terme gentil pour "informaticien de base". C'est le type qui peut passer 10h (ça, ça m'étonnerait ! en tous cas pas chez nous !) devant son PC sans se lasser, qui tente vainement (vraiment vainement !) de contaminer son entourage avec ses discussions incompréhensibles (moi je fais semblant de ne pas comprendre, ça m'arrange !) , qui ira sur le stand de microsoft dans un salon avec une ceinture de dynamite et qui fera tout sauter au son de "Linux vaincra YAHHHH". Le geek n'est pas méchant, loin de là. Il est juste différent. ...

Je confirme : ils ne sont pas méchants, juste différents. Ils sont dans un autre monde, binaire pour l'un, imaginaire pour l'autre.

Mais en tous cas, je suis content et fier de ce qu'ils savent faire quand ils se donnent un peu de mal. Dans un futur billet, je vous parlerai d'un autre blog et d'un livre...

Communication !

Aujourd'hui dimanche, j'ai pris le temps de lire le journal que nous ne prenons que le week-end. Un courriel publié dans la rubrique "Forum" a retenu mon attention. Et parce que je partage entièrement l'avis de ce lecteur, j'avais envie de publier son texte ici.

« La violence comme arme politique ? J'ai été choqué... »
J'ai été choqué par un article intitulé : « La violence comme arme politique ? » paru dans Nord éclair la semaine dernière. Cet article montre toute la difficulté rencontrée par la presse pour rendre compte des violences urbaines de manière objective. Le journaliste explique fort bien qu'il ne faut pas faire des jeunes violents une généralité, il rend compte des débats difficiles entre les jeunes manifestants eux-mêmes. Ce que je reproche c'est de ne rien dire sur le fond aux jeunes lecteurs. Je pense que nous n'avons plus le droit de mentir aux jeunes, nous ne sommes plus responsables dès que nous disons : « Ils sont jeunes, allez, ça leur passera ».

Respecter les jeunes, c'est leur dire, de la façon la plus claire qu'il soit, que brûler une poubelle, ça ne se fait pas. Se venger du résultat des urnes en brûlant des voitures, c'est absurde. Que de s'attaquer aux biens des autres, au travail des autres, c'est un délit. Ce n'est pas seulement lâche et minable, ça ne se fait pas et ça mérite réparation, justice. Les adultes ne savent plus parler aux jeunes. Quelle est la bonne attitude à tenir face à un enfant, face à un adolescent, et même face aux grands-parents ? L'âge est devenu une barrière pour communiquer. Faute de trouver la bonne attitude nous démissionnons.
La solution est pourtant simple. Le jeune (car il est ici question des jeunes), je ne le changerai pas et lui ne me changera pas. Par contre, si je change mon attitude à son égard, j'ai une chance, une petite chance qu'il change lui aussi d'attitude à mon égard. Et nous pouvons ainsi commencer à faire un bout de chemin ensemble.

Puisse cette campagne électorale nous avoir ouvert les yeux. L'agressivité, l'injure, la stigmatisation sont inefficaces. Les jeunes, les adultes et les vieux sont comme ils sont. Ils doivent apprendre à vivre ensemble sans se taper dessus !

Pour cela commençons par nous-mêmes ; changeons de comportement, arrêtons de mentir, de nous taire ou pire de démissionner en pensant que l'autorité on peut la déléguer à d'autres. La chaîne intergénérationnelle sera d'autant plus solide que chaque chaînon parlera aux autres et fera respecter la règle.

Jean-Marie TOULISSE, Cofondateur d'Âges Attitudes par courriel


Fin de citation.

J'aime les mots de ce lecteur, clairs, directs, limpides. Il nous parle des jeunes, des adultes (moi, nous ?) et des vieux. Pas de "seniors", "personnes agées", "xème âge", gnagnagna.... pas de "ado", "djeun", gnagnagna... il emploie les bons mots, les mots vrais. Tant il est vrai que les vieux et les jeunes sont un peu pareils. Ils ont besoin d'être écoutés, reconnus. Et les caprices des uns ressemblent tant aux caprices des autres qu'on pourrait penser que la vie est un cercle, la vieillesse tendant à nous ramener à notre point de départ.
Son discours aussi est clair, séduisant, réaliste, si emprunt de bon sens et de vérité. "Si je change mon attitude, j'ai une chance qu"il change la sienne".. Ce discours correspond pleinement à une attitude que j'essaie de tenir avec mes enfants (à ceux qui lisent : je n'y arrive pas forcément toujours !), mais ses propos sont assez proche de l'attitude quotidienne que j'essaie d'adopter.
Que les jeunes et les vieux qui sont dans ma "périphérie" me pardonnent de ne pas atteindre tous les jours mon objectif (les adultes aussi ont parfois des soucis) ; qu'ils retiennent juste que je les aime.

samedi 26 mai 2007

Délire en assiette


Hier, notre frère, en vacances, a décidé de faire la cuisine avec sa copine et voilà ce que ça a donné. Au premier coup d’œil un banal oeuf sur le plat frites, mais derrière ce met se cache en fait des pommes coupés, des rondelles d'abricots et du fromage blanc avec une légère touche de sucre. Tout le monde évidemment s'est pris au jeu et est tombé dans le panneau. En plus c'était très bon ;) .


lundi 21 mai 2007

Bonheurisateur (VI)

Heureux !
REGLE N°6 :
Le bonheur est humain.

Ce qui distinguera toujours l'homme de la machine, même dans des milliers d'années, c'est le bonheur. La machine, l'ordinateur, le robot remplaceront sûrement l'homme dans de plus en plus de domaines. Ils le surpasseront probablement un jour en beaucoup de points.

Mais il restera toujours trois choses que la machine n'aura jamais. Les trois choses qui constituent le bonheur : le rêve, le rire et la folie.

Si vous savez encore rire, si vous pouvez encore rêver, si vous avez toujours ce petit grain de folie, alors vous avez tout pour être heureux.

A suivre...

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 >