Page d'accueil Nous écrire Plan du site Copyright Informations Liens
Mon canard - Page 5
  Retour au sommaire
 

Patience...

Chargement
en
cours
   
   
  Cliquez sur l'article
pour revenir au sommaire

Chambre d'Agriculture
AVIS IMPORTANT CONCERNANT LES TRAVAILLEURS ETRANGERS SAISONNIERS

La Chambre d'Agriculture de la Somme attire tout spécialement l'attention des Agriculteurs qui emploient de la main-d'oeuvre étrangère saisonnière (bineurs de betteraves, par exemple), sur les prescriptions fiscales intéressant cette main-d'oeuvre.
Les employeurs sont tenus de percevoir eux-mêmes l'IMPOT SUR LES SALAIRES versés à leurs ouvriers étrangers.
Pour ce faire, ils doivent demander aux contrôleurs des Contributions directes des carnets à souches spéciaux.
Cet "IMPOT A LA SOURCE" se décompose comme suit : il existe tout d'abord un abattement de 20 % à la base sur le montant du salaire versé ; ensuite une taxe de 7 % est applicable à la partie du salaire non exonérée ; enfin, il y a lieu d'ajouter une majoration de 8 % au chiffre d'impôt ainsi calculé (décret du 2 mai 1938).
Par exemple, pour un salaire de 1.000 francs, si l'on excepte les 20 % d'exonération à la base, l'impôt proprement dit s'élèvera à 800 francs X 7 %, soit 56 francs. Le produit ainsi obtenu subit une majoration de 8 %, comme indiqué ci-dessus, soit 56 frs X 8 % = 4 fr. 48. Ce qui revient à dire que la contribution totale à retenir par l'employeur, lors du paiement, se monte à 56 frs + 4 frs 48 = 60 fr. 48 pour mille francs.
Les rétributions EN NATURE n'entrent pas en ligne de compte.
Les patrons sont tenus de faire parvenir à leur percepteur le montant des retenues ainsi effectuées, dans les DIX PREMIERS JOURS du mois suivant celui pour lequel les salaires ont été payés, avec BORDEREAU DETAILLE à l'appui.
S'ils ne sont pas eux-mêmes redevables de cette contribution, ils en restent comptables vis à vis du Trésor et les versements sui ne seraient pas effectués au percepteur dans les délais ci-dessus subiraient une majoration de 25 % (art. 76 du code général des Impôts directs).
Les Offices publics de placement sont tenus de faire connaître à l'Administration des Contributions directes le nombre et la durée des engagements de travailleurs étrangers saisonniers répartis dans leur circonscription.
Un contrôle des plus sérieux ne manquera donc pas de s'exercer et nous ne pouvons qu'engager très vivement les intéressés à se mettre en règle avec la loi.
Au cas où un employeur aurait omis d'effectuer les prélèvements en question, ceux-ci représenteraient en fin d'année culturale une somme assez importante qui lui serait totalement imputée, sauf sanctions supplémentaires, ajoutées à la majoration de 25 % précédemment mentionnée.
Une récupération sur les ouvriers étrangers rentrés dans leurs foyers ne saurait qu'être illusoire : elle n'est d'ailleurs pas autorisée.

Le président de la Chambre d'Agriculture :
J. HARENT, sénateur.
 
  Cliquez sur l'article
pour revenir au sommaire

L'ASTROLOGIE POUR TOUS
JOURNEE DU DIMANCHE 3 JUILLET

Les influences pernicieuses des jours précédents continuent d'exercer leur action qui se prolongera pendant une semaine encore tant que se fera sentir la redoutable quadrature de Saturne à Mars. En toutes choses, il faut agir avec prudence particulièrement en ce qui concerne le domaine sentimental, le plus exposé de tous.

Les enfants qui naîtront ce jour à 3 h. m. (h. légale) seront de grande taille, corps souple, yeux expressifs. Intelligence très au-dessus de la moyenne, mais caractère laissant fortement à désirer. Rusés, querelleurs, pas très loyaux, mordants, sarcastiques, ils éprouveront des difficultés pendant leur vie entière. Ils gagneront beaucoup d'argent, mais le dépenseront aussi rapidement, faisant à certains jours des dépenses follement extravagantes. Leur fortune sera faite, ruinée et refaite plusieurs fois au cours de leur vie sans qu'ils se découragent et sans qu'ils apprennent cependant à devenir économes et prévoyants. De nature sensuelle, extrèmement passionnée, ils auront beaucoup d'aventures et récolteront de nombreux ennuis. Ils sont menacés d'accidents du côté des reins et des organes sexuels. Grosse chance de gain dans la 32è année, et par contre danger de ruine dans la 41è, la 49è devant être remarquable au double point de vue santé et bonheur en général.

Marcel ANDREW
 
   
Je laisse à M. Andrew l'entière responsabilité de ses prédictions.
Que les personnes nées le 3 juillet 1938 vers 3 heures me pardonnent.

On doit tout de même reconnaître que toutes nos voyantes modernes sont battues à plates coutures, puisque ce M. Andrew n'hésitait pas à prévoir l'avenir jusqu'à 49 ans à l'avance ! Remarquable, non ?
 
  Cliquez sur l'article
pour revenir au sommaire

Médaille d'honneur à des Sapeurs-pompiers

Des médailles d'honneur sont décernées aux sapeurs-pompiers dont les noms suivent, qui ont constamment fait preuve de dévouement :
MEDAILLE D'OR
M. Andrieux (Louis), capitaine à Amiens.
M. Plon (Elisée), lieutenant à Amiens.
M. Gambier (Lucien), lieutenant à Dury.
M. Clabaut (Julien), lieutenant à Bacouel-sur-Selle.
M. Sevrette (Jean-Baptiste), lieutenant à Saint-Ouen.
M. Candellier (Gustave), lieutenant à Grouches-Luchuel.
M. Cléry (Denis), lieutenant à Saint-Aubin-Montenoy.
M. Dorémus (Alphonse), sergent à Amiens).
M. Donnette (Henri), caporal à Prouville.
M. Bierkamps (Frédéric), sapeur à Cachy.
M. Becquerelle (Narcisse), sapeur à Sains-en-Amiénois.
M. Crampon (Louis), sergent à Saint-Sauflieu.
M. Stalin ( Joseph), sapeur à Hamelet.
M. Masse (Lucius), caporal fourrier à Saint-Sauflieu.
M. Séguin (Marius), sapeur à Namps-au-Mont.
M. Belguise (Camille), sergent à Lincheux-Hallivillers.
M. Caron (Hilaire), sapeur à Méricourt-en-Vimeu.
M. Nourtier (Pierre), caporal à Beaucamps-le-Vieux.
M. Jacquet (Octave), sergent à Fresnoy-au-Val.
M. Vincent (Gaëtan), sapeur à Saint-Aubin-Montenoy.
M. Daumal (Charles), caporal à Offignies.
M. Sellier (Eugène), caporal à Offignies.
M. Niquet (Gustave), sapeur à Foucaucourt-Hors-Nesles.
M. Debeauvais (Gédéon), sergent-major à Pont-Noyelle.
M. Timbert (Albert), sapeur à Blangy-sous-Poix.
M. Boulenger (Jules), lieutenant à Loeuilly.
M. Hercelin (Martin), lieutenant à Villers-sur-Ailly.
M. Boulnois (Moïse), lieutenant à Crécy-en-Ponthieu.
M. Lenglet (Clovis), sous-lieutenant à Arry.
M. Machy (Eugène), sapeur à Maison-Roland.
M. Guillot (Arthur), sergent à Pont-Rémy.
M. Héricotte (Belloni dit Raoul), sapeur à Pont-Rémy.
M. Dorémus (Oscar), caporal fourrier à Fontaine-sur-Maye.
M. Buignet (Louis dit Lucien), sergent à Gamaches.
M. Cauchois (Alfred), caporal à Gamaches.
M. Leroy (Joseph), sapeur à Mérélessart.
M. Lecat (Camille), caporal à Sorel-en-Vimeu.
M. Larozière (Jean-Baptiste), lieutenant à Morlancourt.
M. Lequeux (Albert), lieutenant à Chuignes.
M. Pinart (Paul), sous-lieutenant à Flers.
M. Chéron (Joseph), sapeur à Bouzaincourt.
M. Caron (Joseph), sapeur à Chuignes.
M. Sazé (Elie), caporal à Fins.

(A suivre.)
 
  Cliquez sur l'article
pour revenir au sommaire

A LA COUR
Une automobiliste avait renversé un cycliste et pris la fuite

Mme G.M., cultivatrice à Saint-Riquier répondait le 10 mars dernier devant le tribunal correctionnel d'Abbeville d'un accident de la circulation dont la responsabilité lui incombait et qu'aggravait un délit de fuite.
Circulant en automobile dans les rues d'Abbeville dans l'après-midi du 26 janvier précédent, elle avait renversé un cycliste qu'elle suivait en se rabattant brusquement sur sa droite pour s'engager de la chaussée du Bois sur le boulevard Vauban.
Des témoins de l'accident firent signe à l'automobiliste qui se retourna... mais poursuivit sa route. Il va de soi que le numéro de l'auto fut relevé ce qui permit de retrouver rapidement la conductrice et Mme M. comparut devant le tribunal sous la double inculpation de blessures involontaires et délit de fuite et infractions au code de la route.
Elle fut condamnée à huit jours de prison avec sursis et une amende de 100 francs ainsi qu'à deux amendes contraventionnelles et 5.000 francs de commage-intérêts envers le cycliste, M. R.P., ouvrier peintre à Crouy, qui avait été assez sérieusement blessé.
La Cour, sur appel de l'intéressée, vient de confirmer ce jugement dans toutes ses dispositions.
 
   
Commentaire risqué : déjà, les femmes au volant ! ;-o)))

100 F valent approximativement aujourd'hui 40 €.
5000 F valent approximativement aujourd'hui 2000 €.
 
  Cliquez sur l'article
pour revenir au sommaire

A L'INSTRUCTION
L'auteur présumé de l'accident mortel de Varennes est inculpé

Ainsi que nous le laissions prévoir dans un précédent article l'auteur soupçonné de l'accident d'auto qui, dans la nuit du 12 au 13 juin dernier, coûta la vie à un vieillard de Varennes, a été convoqué par le juge d'instruction qui lui a notifié l'inculpation de blessures involontaires dont il est l'objet.
On sait que les recherches des gendarmes de la brigade d'Acheux-en-Amiénois avaient abouti à des soupçons contre un employé de chemin de fer d'Amiens, M. M.V., qui demeure rue Riolan.
Celui-ci, en effet, était allé en auto voir sa famille qui habite Arquèves et il n'a pas contesté être passé sur les lieux de l'accident. Il a même eu l'impression que les deux roues du côté droit de sa voiture avaient dû monter sur un obstacle, un tas de fumier, pensa-t-il.
Le Parquet d'Amiens jugea dans ces conditions qu'il y avait lieu à l'ouverture d'une information qu'il a confié à M. Baissette.
Le magistrat instructeur a donc entendu hier M. V. qui a renouvelé devant lui les déclarations faites aux gendarmes affirmant que s'il est passé sur le corps de la victime, celle-ci était déjà étendue sur la chaussée.