Page d'accueil Nous écrire Plan du site Copyright Informations Liens
Le Cheval Jupon
 

Description 





Cheval jupon de Bourbourg
 Empruntons à René MEURANT cette description du cheval jupon, une des formes de déguisement à base de cheval encore présente aujourd'hui dans les carnavals :

 
 
En tant qu'accessoire de déguisement, le cheval-jupon traditionnel est une carcasse creuse, figurant la partie supérieure du corps d'un petit cheval, percée à l'emplacement de la selle, d'une ouverture dans laquelle vient s'emboîter un cavalier dont les jambes sont masquées par une bande d'étoffe formant caparaçon. Très souvent harnaché, le cheval porte parfois deux jambes postiches qui paraissent être celles du cavalier.
En tant que type de déguisement, le cheval-jupon est l'être hybride que devient l'homme dès qu'il s'est emboîté dans l'accessoire décrit ci-dessus. (1)

 
 
 
 

Centaure ? 
 On ne peut s'empêcher à cette évocation de voir une identification de l'homme au cheval (ou du cheval à l'homme ?). Et comment ne pas penser au mythe de l'homme-cheval déjà connu dans l'antiquité sous le nom de Centaure. Si on ajoute l'instinct belliqueux de ces Centaures et leur gout pour l'enlèvement des femmes, le tableau est complet.
Cheval jupon de Cassel
Photo Bruno DELANNOY - 1985
 
 
Cheval jupon de Douai
aussi appelé
Sot des cannoniers
ou Sot des Carochers
Origines 
 Le Moyen Age connaissait déjà le cheval jupon puisqu'on le retouve dans le midi de la France en compagnie de la Tarasque. A Douai, on en trouve des traces dès le XVIIème siècle sous la dénomination de "sot dé canonié" et il est évoqué comme "petit cavallié" en 1700. On pensait jadis qu'il s'agissait d'une parodie des tournois. Les avis actuels sont partagés ; certains y voit la volonté de domestication du cheval par l'homme, d'autres y voit une allusion à un vieux mythe où un homme revêtu d'une peau de cheval, coiffé d'une tête, symboliserait une union rituelle.
 

A Douai le cheval-jupon est appelé petit cavalier, chevalet, petit cheval.
Mais n'oublions pas la plus connue de ses dénominations : le baudet décaroché.
A Cassel, il accompagne le coq-jupon ; à Bourbourg, il entoure les 2 géants.
On le connait aussi à Cambrai sous le patronyme de Sot Seuri.

 
 
Le coq-jupon de Cassel - 1989
Cassel
Le cheval-jupon de Douai - 1988

Sources : (1) René MEURANT : Chevaux-jupon en Wallonie in Annuaire de la commission royale belge de folklore - 1957-1958

Accueil | Généalogie | Ressources | Vieux chemins | Les moulins | Carnavals et Géants | Liens | Nous écrire