Page d'accueil Nous écrire Plan du site Copyright Informations Liens
DIVION : La Clarence

Création
 
Il y avait à Divion deux sièges : le siège N°5 et le siège de La Clarence.
La Clarence comprenait 2 puits : N°1 et N°1 bis, plus un puit de retour pour l'aérage, creusé en 1913 au pied du bois de Camblain-Chatelain, aussi appelé puit Salonique ("l'fosse salonique" comme on dit ici).
La Société de La Clarence avait été créée en août 1895, c'est-à-dire relativement tard par rapport aux autres compagnies du Nord/Pas-de-Calais. Avec ses deux puits à 1186 et 1069 mètres sous terre (les plus profonds d'Europe à l'époque), la compagnie commence la production en 1901. On y extrait un charbon de très bonne qualité, mais la fosse est connue pour être très grisouteuse et les consignes de sécurité y sont draconniennes. Action de La Clarence

Première catastrophe
 
En 1912, la compagnie emploie plus de 800 ouvriers (hommes, femmes et enfants) et produit 142.000 tonnes.
Le souvenir de Courrières - en 1906 : 1100 morts - hante encore les esprits quand éclate le drame de La Clarence.
Le 3 septembre 1912, à 14h15, la plupart des ouvriers du poste du matin sont remontés. 102 hommes sont au travail. Soudain, une explosion retentit. Un coup de grisou vient de se produire. Plus de la moitié des ouvriers au fond sont morts.
Au cours de la nuit, une nouvelle explosion se déclenche. L'ingénieur décède au fond à cause des émanations d'oxyde de carbone. La catastrophe a fait 79 morts dont 6 sauveteurs (les plus jeunes sont des enfants de 15 ans !).
"L'abondance des dégagements de grisou, l'existence de foyers d'incendie et la fréquence des explosions secondaires inciteront l'administration des Mines à suspendre les travaux, au huitième jour. La situation ne s'améliorant pas, la décision fut prise de noyer la fosse jusqu'à l'étage 900. Les responsables du syndicat, les familles ensuite s'y résignèrent. Il y avait trop de danger.
C'était la première fois que les mineurs abandonnaient les corps de leurs camarades.".
En septembre 1912, Le maire de Divion réquisitionna
10 voitures à cheval pour l'enterrement des victimes.
Pendant 15 jours, on déversera plus de 400.000 mètres cubes d'eau de la rivière La Clarence dans la fosse où 28 victimes gisent encore, dans le plus profond des cimetières.

La Clarence autrement !
 
Je vous propose une vision de ce que représentait une fosse et ses corons par rapport au village ou à la ville d'origine. Il y avait à Divion 9 cités minières (aussi appelées corons) contruites par la compagnie. En général, comme on le fait encore aujourd'hui, les noms des rues dans une cité étaient homogènes (musiciens, planètes,...) ; pour la cité de La Clarence, l'imagination devait être épuisée, car les rues étaient désignées par les lettres de l'alphabet (rue A, rue B,...). Plus tard, on y substitua des noms d'écrivains en conservant l'initiale.
Sur ce plan de Divion et de ses fosses, datant des années 1950, on voit très bien que le bourg lui-même occupe une faible surface ; la densité d'habitations y est relativement faible.
A titre de comparaison, les cités minières (corons) sont représentées en marrons foncé, la densité des maisons y est très forte.
La cité de La Clarence occupe pratiquement la même superficie que le bourg, mais le nombre d'habitants y est très supérieur.
Pour s'en persuader, il suffit de regarder le plan actuel de Divion, avec en marron, la cité de La Clarence et, en rouge, le "centre ville". La différence de densité des rues est flagrante.
Plan de La Clarence Divion aujourd'hui
 
Plan de Divion - Ravet-Anceau 1999

 
Autre vision du même secteur de Divion avec la fosse et la cité de La Clarence, vu d'avion cette fois, dans les années 1950. A l'arrière-plan, Divion paraît tout petit ; en fait le bourg est dans une vallée (altitude 57m) alors que La Clarence se trouve au sommet d'un mont (altitude 125m).
Vue aérienne de La Clarence
Photographie aérienne de Divion - La Clarence (1)

La fin de La Clarence
 
Après la seconde grande catastrophe de La Clarence en 1954, la mine sera fermée en 1955. Son chevalet ne sera pas abattu, ce qui attristait alors les mineurs, mais déménagé au puit N°2 de la fosse Sabatier à Raismes. Cette fosse fermera à son tour en 1980. Le chevalet est toujours là au milieu du carreau de la mine. Chevalet de La Clarence à Raismes

Sources :
(1) MINES et CITES MINIERES du nord et du pas de calais : Photographies aériennes de 1920 à nos jours, Olivier KOURCHID et Annie KUHMUNCH

Accueil | Généalogie | Ressources | Vieux chemins | Les moulins | Carnavals et Géants | Liens | Nous écrire