Douaumont Octobre 1916
Spectacle planétique ou lunaire ? On croit rêver en franchissant avec peine les bords de pareils cratères. Attention surtout de ne pas glisser dedans !
L'esprit humain, dans de pareils lieux, s'imagine ainsi volontiers la représentation dans l'au-dela.
La zone crapouillotée une fois dépassée, le décor change, nous nous trouvons dans le Sahara. C'est un véritable désert au travers duquel nous avançons.
Le sol est nivelé par les obus, sa surface est recouverte de matériaux de toutes sortes, brisés, pulvérisés : havresacs boches, fusils, casques, équipements, bottes, débris humains, un bras ! une jambe ! une tête ! , tout est haché

Extrait du journal du Lieutenant Jean Petit, commandant la 2ème compagnie du 102ème bataillon de chasseurs à pied