Page d'accueil Nous écrire Plan du site Copyright Informations Liens
LARNAGOL
     
La Magnanerie

Document découvert au détour du web.
où l'on traite de la magnanerie de Larnagol.

     
 
MAGNANERIE DE LARNAGOL,

CANTON DE CAJARC, ARRONDISSEMENT DE FIGEAC , DÉPARTEMENT DU LOT.

La Société de l'Ain a reçu d'un de ses membres correspondants les notes suivantes qui ont de l'intérêt pour les producteurs de soie :

 
 
Graines de Prusse 8 onces Prix 120 F
Graines de Saint-Denis-le-Chausson 8 onces Prix 112 F
Graines d'Andrinople 8 onces Prix 80 F
Graines d'Andurrand (Cahors, Lot) 8 onces Prix 120 F
  32 onces Prix 432 F
 
 
Graines de Prusse.

La graine de Prusse, mise à l'éclosion le 1er mai 1860, a
éclos le 12 mai. A la seconde mue, les vers de Prusse ont
paru malades, ils se sont mal alités. A la troisième mue,
on a constaté que tous étaient atteints de gatine; on les a jetés,
craignant le contact pernicieux pour les autres vers à soie.

Le magnanier, dans son rapport, a ajouté que cette graine
n'a réussi nulle part dans le pays du Gard ; il y en avait une
certaine quantité, mais aucun magnanier n'a réussi avec cette
graine.

Avances.....120 Fr. Résultat .....00 fr. 00 c.

 
 
Graines de Saint-Denis-le-Chausson (Ain).

Mises à l'éclosion le 1er mai, n'ont éclos que le 20 mai ont
été atteintes de gatine, mais ont résisté plus longtemps que les
vers à soie de M. Kaufmann, président de la Société d'acclimatation
de Prusse. Le mal n'a été très fort qu'après la
quatrième mue. Ils étaient ,rachitiques et atteints par la gatine.

Les vers montés le 17 juin 1860 ont donné quelques mauvais
cocons, pesant en tout 17 kilos, vendus à raison de 5 fr. 50 c. le kilo.

Avances.....112 Fr. Résultat .....93 fr. 30 c.

 
 
Graines d'Andrinople.

Mises à l'éclosion le 1er mai, ont éclos le 20 mai.

Les graines auraient aussi bien réussi que celles de M, Andurrand, de
Cahors, si, pour conserver les graines de Prusse
et de Saint-Denis-le-Chausson , nous n'en avions pas jeté dès
leur naissance et aux premières mues. Cette mesure nous a
été dictée par la crainte de manquer de feuilles.

Les vers ont reçu la bruyère le 19 juin, les cocons ont été
terminés le 23 juin, ont produit 119 kilos, vendus, à raison
de 15 fr. le kilo.

Avances.....80 Fr. Résultat .....1785 fr. 00 c.

 
 
Graines d'Andurrand, de Cahors (Lot).

Graines mises à l'éclosion le 1er mai à midi, les vers sont
éclos le 12 mai, ont réussi parfaitement bien, par la raison
simple que les vers étaient sains et robustes, et que la graine
était excellente; exempts de gatine, les vers à soie de cette
provenance ont marché promptement ; ils dévoraient la feuille
avec fureur, preuve évidente qu'ils n'avaient en eux aucun
principe morbide; les vers ont monté le 13 juin, le 17 juin
tout était terminé. On s'est servi des claies dites d'avril.
Le produit 278 kilos, vendus à raison de 15 fr. le kilo.

Avances.....120 Fr. Résultat .....4170 fr. 00 c.

 
 
Résumé

 
 
Graines de Prusse Prix 0 F
Graines de Saint-Denis-le-Chausson Prix 93 F 30
Graines d'Andrinople Prix 1785 F
Graines d'Andurrand (Cahors, Lot) Prix 4170 F
  Prix 6048 F 30
 
 
La magnanerie de Larnagol, relevée par le Dr Bénech,
peut recevoir de la feuille de nos plantations de mûriers pour
suffire à l'entretien de 18 onces de graines de vers à soie.

En 1858, sous, les auspices de M. André Jean, j'ai ajouté à
la magnanerie une chambre à air chaud et à air froid, système
d'Arcel. J'ai ajouté un tarare Combe. Enfin, -sans exclure la
bruyère et autres supports-, nous avons introduit les claies
dites d'avril.

La magnanerie comprend tous les systèmes mis en vogue
jusqu'à ce jour, désireux que nous sommes que si
les éducations ne réussissent pas, physiquement nous n'accepterons
de reproches d'aucun magnanier.

Lorsqu'on ne fait pas son éducation soi-même, voici les
conditions du magnanier : le propriétaire fournit tout, le
produit se partage, savoir :

3/5e pour le planteur,
2/5e pour le magnanier.
Nous avons pris double quantité de graines, dans la prévision
des accidents. C'est le conseil que nous ont donné
M. Combe, directeur de l'Ecole des mines ; M. de la Pierre ;
M. de Quatrefage, membre de l'Institut ; M. Teulou, à Vallerangue, etc., etc., etc.

Je soutiens qu'il faut avoir de bonnes graines, et que cela
suffit. Vouloir faire trop bien, est cause que nous avons mal
fait.

Je recommande spécialement les graines de M. Andurrand,
de Cahors ; de M. Berton, de Cahors ; de M. Teulou et de
mon magnanier Lévis Aurès, ces deux derniers habitant
Vallerangue, département du Gard.

M. Teulou a acheté toute ma graine. Les sériculteurs
peuvent s'adresser aux personnes que je viens de désigner, je
les connais comme vous vous connaissez tous dans la Société
d'Agriculture du département de l'Ain.

J'ai cru remplir un devoir de membre correspondant en
signalant ces faits.

L. SIRAND.

Paris, 2 novembre 1860.

Dans une note postérieure, M. Sirand annonce que le prix
des vers à soie d'Andurrand est fixé à 17 fr. l'once, ou les 25
grammes, par M. Berton, avoué à Cahors (Lot), sériciculteur
auquel on peut s'adresser avec confiance.

 

Sources : Bibliothèque nationale de France
Titre : Journal d'agriculture, lettres et arts du département de l'Ain
Éditeur : [s.n.] (Bourg)
Date d'édition : 1817-1868
Type : texte , publication en série imprimée
Langue : Français
Droits : domaine public
Identifiant : ISSN 11412666
Description : Variante(s) de titre : Journal d'agriculture, de sciences, lettres et arts du département de l'Ain
Thématique : Agriculture 1860 BOURG, Imprimerie de MILLIET-BOTTIER


Retour à la page principale de Larnagol





Accueil | Généalogie | Ressources | Vieux chemins | Les moulins | Carnavals et Géants | Liens | Nous écrire