Page d'accueil Nous écrire Plan du site Copyright Informations Liens
Lettres de René à Jacques
           
 
Le 31 janvier 1917, l'état-major allemand décide de pratiquer une guerre sous-marine totale. Les armateurs interrompent leurs relations entre l'Europe et l'Amérique, mais les milieux d'affaires américains protestent auprès des du gouvernement.
 
Mardi
2 janvier 1917
Longue lettre adressée à Jacques. René y parle encore de Maurice. Le dessin y est plus affirmé et occupe une grande partie du verso.
 
 
En Russie, les difficultés intérieures ne cessent de croître. Les manifestations répétées de la population urbaine vont contraindre le tsar Nicolas II à abdiquer.

La première révolution russe va tourner au profit du courant réformateur. L'armée se désagrège de plus en plus. L'insurrection générale éclate le 27 février.
Carnets de route d'un soldat de 1914, Mercredi 10 janvier 1917 : Le 6ème bataillon est monté de suite en ligne ; ces pauvres gens étaient déjà exténués en arrivant ici, et on leur a demandé par surcroît de monter aux tranchées qui sont au-delà de Nieuport. Et cela nous fait dire que depuis qu'ils vont en auto, les officiers d'état-major ne savent plus ce que c'est qu'un fantassin !
 
Jeudi
4 janvier 1917
Apparement les deux familles sont intimement liées : la mère de Jacques envoie des livres à René.
Mention sur la lettre : "Adieu, ma bonne petite amie, meilleure santé et bonne amitiés à tous. Je t'embrasse bien affectueusement. Ton amie sincère. Marie"
 
 
Carnets de route d'un soldat de 1914, Mardi 6 février 1917 : Il fait toujours très froid et pour les arrivages de charbon c'est aussi la crise
Ce soir, les Allemands ont tenté un coup de main sur notre gauche, il y a eu des morts et des prisonniers.
 
Jeudi
1er février 1917
Lettre à Jacques qui confirme le froid rigoureux de cet hiver.
 
 
Les combattants éprouvent de plus en plus de dégoût pour la guerre. Les offensives des alliés subissent encore des échecs. Les mutineries éclatent (230 entre le 20 mai et le 10 juin) ; elles sont sévèrement réprimées : 432 condamnations à mort par conseil de guerre dont 42 exécutées.
Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918 : Le 30 mai à midi, il y eut même une réunion en dehors du village pour constituer à l'exemple des Russes un "soviet" composé de trois hommes par compagnie qui aurait pris la direction du régiment.
A ma grande stupéfaction on vint m'offrir la présidence de ce soviet, c'est-à-dire pour remplacer le colonel, rien que ça !
On voit ça d'ici, moi obscur paysan qui lâchai ma pioche en août 1914 commander le 296è régiment : cela dépassait les bornes de l'invraisemblance !
Bien entendu, je refusai, je n'avais pas envie de faire connaissance avec le poteau d'exécution pour l'enfantillage de singer les Russes.
 
Vendredi
25 mai 1917
Où René parle encore de Maurice ; on y apprend qu'il cultive un jardin. Est-ce le mari de la tante ? Habitent-ils une maison ?
Et puis de plus en plus de dessins ; René y prend goût.
 
 
Le 17 juin, le préfet de l'Isère écrit à son ministre : "L'état d'esprit de la population est loin d'être satisfaisant et l'énergie morale dont cette population avait donné l'exemple a subi une dépression générale depuis deux mois. C'est aujourd'hui une lassitude qui confine au découragement et qui a pour cause bien moins les restrictions apportées à l'alimentation publique et les difficultés d'approvisionnement que la déception causée par l'échec de nos offensives en avril, le sentiment que des fautes militaires ont été commises, que des pertes élevées ont été subies sans profit appréciable, que tout effort nouveau serait sanglant et vain.".

Arrivée des premières troupes américaines
à Saint-Nazaire le 26 juin 1917
 
Dimanche
17 juin 1917
Toujours autant de dessins, et des informations supplémentaires : L'été s'annonce très chaud ; René apprend le piano, et Jacques habite à Saint-Brieuc. Jacques a six ans et on peut penser que René est un peu plus âgé.
 
 
"Nous nous battons parce que ce serait un crime de trahir, par une honteuse défaillance, tout à la fois nos morts et nos enfants" écrit le général Pétain qui remplace le général Nivelle depuis le 15 mai.
Il estime que la rupture du front est pour l'instant impossible, et préfère donner la priorité à l'utilisation des avions de bombardement et à la construction de chars d'assaut légers.
C'est à cette époque que Renault produit un char qui pèse 6,5 t. contre 30 t. au premier tank anglais engagé en 1916.
Journal de route d'un poilu : Monté au tranchées le 14 juillet 1917. D'abord quelques heures en réserve (boyau du chat) puis en première ligne au "Téton", ensuite tranchée des Gascons (près du Casque). Beaucoup de pertes. Bombardement incessant. Liaison difficile à faire. Resté neuf jours en ligne (pas de courrier). Descendu à Baconnes le 22 juillet 1917.
 
Mardi
17 juillet 1917
Une lettre où transparait l'éducation de l'époque, mais où l'on devine aussi les souffrances des soldats (drapeaux déchirés et noirs) et l'envie de la fin de la guerre (fleur au fusil).
 
  Retour au sommaire - Page précédente - Page suivante  

Accueil | Généalogie | Ressources | Vieux chemins | Les moulins | Carnavals et Géants | Liens | Nous écrire