Page d'accueil Nous écrire Plan du site Copyright Informations Liens
Quelques contributions


Michel CROMER sur frg :
Ces unités ont eu cours jusqu'à la mise en place du système décimal des poids et mesures (loi du 18 germinal an 3 -B.135- arrêté du 13 brumaire an 9 -B.52).
Monnaies Poids Distances Volumes
1 Denier = 0,412 centimes Grain = 0,053 grammes Ligne = 2,26 mm Poisson ~= 0,1 litre
1 Sou = 10 deniers = 4,94 centimes Gros = 3,82 grammes Pouce = 2,706 cm Litron ~= 0,8 litre
1 Liard = 3 deniers = 1,23 centimes Once = 45,89 grammes Pied = 32,48 cm Pinte de Paris = 0,94 litre
1 Livre tournois = 0,988 Francs Livre = 489,5 grammes Toise = 1,949 m Boisseau de Paris = 13 litres
    Perche = 7,15 m Minot à blé = 75,2 litres
    Arpent = 51,05 ares Setié de blé de Paris = 156,1 litres
      Voie ~= 1,92 stères
      Corde ~= 3,83 stères


Denis BEAUREGARD et Raymond OUIMET sur frg :
Les unités de mesures en Nouvelle-France
Quelques repères :
  • 1608 : Fondation de Québec (Champlain)
  • 1763 : Conquête anglaise
  • 1776 : Indépendance des Etats-Unis
  • 1931 : Indépendance du Canada (Statut de Westminster)

La Nouvelle-France a utilisé la coutume de Paris de 1608 jusqu'en 1763 ; les mesures étaient donc les mêmes qu'en Ile-de-France.

Les mesures anglo-saxonnes ont été utilisées de 1763 jusqu'aux environs de 1970, avec certaines divergences par rapport aux mesures américaines, notamment en ce qui concerne les mesures de capacité (le gallon américain et le gallon impérial sont différents).
Toutefois, les mesures françaises ont continué à subsister dans de nombreux contrats notariés jusque vers 1830.

A partir de 1970, c'est le système métrique qui est utilisé.

Il convient de toujours préciser la source et la date de l'information. En effet, différents pays utilisaient la même dénomination pour des mesures différentes ; par exemple, le pied français et le pied anglais ne sont pas les mêmes, et par voie de conséquence, les mesures qui sont déduites du pied (comme l'arpent) ne sont pas les mêmes non plus.



Une information envoyée par Thierry LEFEBVRE (merci !)
Anciennes mesures françaises


Source : "Tout en Un, encyclopédie des connaissances humaines".
© Librairie Hachette 1921.


Quand Thierry LEFEBVRE (encore lui !) essaye de définir la lieue.
Bon, visiblement, définir une lieue n'est pas simple... :

  • Petite lieue de France : 1 900 toises (3 703 m) ;
  • Lieue de Paris : jusqu'en 1674 : 1 666 toises (3 247 m selon QD) ; de 1674 à 1737 : 2 000 toises (3 898 m selon QD ou 3 894 m selon LCH) ;
  • Lieue des Ponts et Chaussées (à partir de 1737) : 2 000 toises (3 898 m selon QD ou 3 894 m selon LCH)
  • Lieue des Postes (à partir de 1737) : selon les sources : 2 000 ou 2 200 toises.


Puis, après la détermination de la longueur d'un degré de méridien terrestre, soit 10 000 / 90 = 111,111 km :
  • Lieue de "25 au degré" appelée aussi Lieue Commune de France ou Lieue de Terre, valant 2 280 toises ou 4 444 mètres.
  • Lieue de "20 au degré" appelée aussi Grande Lieue de France ou Lieue Marine ou encore Lieue d'une heure de chemin, valant 2 850 toises ou 5 555 m.


On notera que le Mile Marin étant la longueur d'une minute d'arc de méridien, soit 111 111 / 60 = 1 852 mètres, la Lieue Marine vaut 3 Miles Marins.Remarque : Selon une carte de 1778, vue en 1991 à la Bibliothèque Nationale lors de l'exposition sur les voyages de Mozart et les transports de son temps, la même longueur d'échelle (soit 67 mm) correspondait à 30 petites lieues de France de 1 900 toises, à 25 lieues communes de France, à 20 grandes lieues de France ou à 18 lieues de Gascogne, Provence ou Dauphiné !


Quelques informations de Philippe RAMONA , grand spécialiste de la cartonnée ;-).
La Cartonnée (ou cartonnade) est la mesure de base des superficies des champs céréaliers en Velay pendant l'ancien régime, correspondant en théorie à la surface de terre nécessaire pour produire 1 carton de blé. Sa surface varie énormément d'une commune à l'autre. Elle était de 6,4 ares au Puy, 7,6 au Monastier, 8,5 à Craponne. Le même carton de blé valait 16 litres à Pradelles, 21 litres au Puy, 22 à Craponne. Dans le Velay "au delà des bois" il s'appelait "métan" et la mesure correspondante était la "métanchée". Vous trouverez tous ces détails dans un article de G. Sabatier paru dans la revue "les Cahiers de la Haute-Loire".


Un recueil de Christian BAY
Il s'agit d'un document issu d'un recueil datant de l'époque du passage au système métrique.
Ce document m'a été transmis gracieusement par C. BAY.
Vous pouvez le télécharger au format Word brut de fonderie en cliquant ici.


Contribution de Marie-Claire BAUCHE .
J'ai des ancêtres du côté de Cambrai (Nord).
Dans certains actes notariés, ils utilisaient comme mesure agraire la mencaudée qui valait 35,46 ares.


Contribution de Jean-Marie MUYLS.
Bonjour Jean Louis

Au sujet des mesures agraires anciennes, je peux vous signaler que dans la région autour de Dunkerque l'on parle de la "mesure" égale à 4404 m2.
il y a 12 "carrés" dans une mesure. Un "carré" égal 367m2 et il y a 2 "mesures"1/4 dans un hectare.
A Bergues ou Cassel, la "mesure" n'a pas la même surface, et je ne peux vous l'indiquer sans faire d'erreur.
Je parle en connaissance de cause, puisque je suis un ancien maraîcher, mais je préfère le terme ancien de jardinier et les matelotes de Fort-Mardyck cueillaient les petits pois au carré dans les terres des fermes des "Salines" de Grande-Synthe.

Cordialement
Jean-Marie

 

[ Retour au sommaire Mesures anciennes ]

Accueil | Généalogie | Ressources | Vieux chemins | Les moulins | Carnavals et Géants | Liens | Nous écrire