Page d'accueil Nous écrire Plan du site Copyright Informations Liens
LES MOULINS : Le moulin d'HALLUIN

Un article paru en novembre 1993 évoque la construction du moulin d'Halluin. (1)

Récit...

Le moulin d'Halluin vient d'être rénové, mais on pourrait tout aussi dire reconstruit. En effet de cet ouvrage en maçonnerie, il ne restait que la tour de brique. La toiture, les ailes, l'aménagement intérieur, tout était disparu on en ruine.
Ce moulin a un caractère particulier, que l'on ne trouve pas souvent dans nos plaines. Il s'agit d'un moulin à vent dont la tour est de forme conique, avec galerie, modèle que l'on ne trouve aujourd'hui qu'à Saint Martin au Laert près de Saint-Omer. D'autres moulins en maçonnerie comme celui de Leers, sont coniques mais sans galerie. Celui de Templeuve est quasiment cylindrique. Celui de Watten, est octogonal dans sa partie inférieure et cylindrique dans sa partie supérieure avec une alternance de pierres et de briques.

On peut penser que c'est à cause de sa situation qu'il fut construit de cette sorte. En effet, les moulins à vent sont très souvent bâtis sur des collines ou des tumulus où le vent est plus fréquent et plus fort. Or, le moulin d'Halluin est bâti plutôt dans une partie basse de la plaine, pas très loin de la becque de Neuville et dans le bas du Mont d'Halluin qui culmine quand même à 69 mètres à 1.500 mètres de là. Le Mont d'Halluin avait jadis lui aussi son moulin à vent. Les moulins à galerie sont de construction plus élevée pour dominer les arbres et les maisons. La galerie permettait d'entoiler les ailes plus aisément. Sa construction n'est pas très ancienne, puisqu'elle se situe dans les années de 1877 à 1880.
Le moulin se trouve désormais en pleine agglomération. On passe facilement à côté en voiture sans le voir.


Voici le courrier daté du 27 septembre 1876 que reçu Monsieur le Maire de la commune d'Halluin :

 
 
Monsieur le Maire,
Cyrille Hollebeck, meunier à Wervick Belgique est dans l'intention de faire construire un moulin à vent sur un terrain situé le long du chemin vicinal numéro 4 d'Halluin à Neuville en Ferrain, vient vous demander l'autorisation.
Il a l'honneur d'être, Monsieur le Maire, votre très humble serviteur.
C. Hollebeck.
 
 


On peut penser que le sieur Hollebeck ne savait pas très bien écrire ou qu'il connaissait mal le français à la rédaction de ce courrier, mais la lettre est quand même signée de sa main.
Cette demande fut aussitôt expédiée à M. Collart, agent voyer à Tourcoing, pour solliciter son avis, par le maire d'Halluin, Lemaitre-Bonduelle. Voici la réponse de l'agent voyer :

 
 
Service vicinal, construction d'un moulin à vent
Rapport de l'agent-voyer de la circonscription de Tourcoing
M. le maire d'Halluin, nous a communiqué pour avis la présente demande d'un sieur Hollebecke, meunier, tendant à obtenir l'autorisation d'ériger un moulin à vent sur sa propriété située en cette commune le long du chemin vicinal numéro 4 dit de Tournai.
Le projet qui a servi de base au règlement du 6 décembre 1870 renfermait une disposition proposant de n'autoriser l'établissement des moulins à vent qu'à une distance de 100 mètres de les chemins publics. Le Conseil Général, dans sa session de 1871, a examiné cette proposition, mais aucune décision n'ayant été prise par cette assemblée l'article du règlement relatif aux moulins à vent, a été réservé. Depuis lors la question en est là.
D'un autre côté, une circulaire ministérielle du 28 février 1867 porte que la distance à observer pour l'établissement des moulins à vent, aux abords des chemins publics, ne peut être fixée que par des règlements antérieurs à 1791. Or, il existe pour notre contrée une ordonnance du bureau des finances de la généralité de Lille, en date du 2 décembre 1773, dont nous donnons extrait ci-après, qui prescrit la distance à observer.
...Faisons également défense à tous particuliers qui auront obtenu, soit des Dames prieures et religieuses de l'hôpital comtesse, soit de ceux qui en ont le droit, la permission de construire et d'ériger aucun moulin à vent, de faire usage de ladite permission avant de nous avoir présenté un certificat authentique des gens de loi du lieu où ledit moulin devra être construit, portant qu'il est éloigné de 250 pieds (74,44 m) de tous chemins publics, conformément aux ordonnances, à peine de vingt livres d'amende applicable comme dessus, même de démolition desdits moulins à leurs frais et confiscation des matériaux au profit de sa Majesté..
L'article 377 du règlement général du 30 septembre 1854, précédemment en usage pour les chemins vicinaux, était donc légalement applicable. En conséquence et en l'absence de règlement contraire à l'ordonnance du 2 décembre 1773 et règlement du 30 septembre 1854 ci-dessus visés, nous sommes d'avis qu'il y lieu de n'accorder au sieur Hollebecke, l'autorisation sollicitée par lui, qu'à la condition d'établir son moulin à 70 m de la limite légale de la voie publique ; c'est-à-dire à une distance de 74 mètres 75 centimètres de l'axe du chemin vicinal.
A Tourcoing, le 16 décembre 1876. Signé Collart.
Vu et vérifié par l'agent voyer d'arrondissement de Lille le 19 décembre 1876 : signé Cligam.
L'agent-voyeur en chef soussigné est d'avis qu'en l'absence de tout règlement faisant connaître la distance à observer pour l'établissement des moulins à vent, l'autorisation sollicitée par le sieur Hollebeck meunier à Wervick, pourrait lui être accordée dans les conditions ci-dessous indiquées c'est-à-dire une distance de 74,75 mètres de l'axe du chemin vicinal.
Lille, le 22 janvier 1877. Signé (Illisible).
 
 


Au reçu de ce rapport, le maire d'Halluin établit l'arrêté suivant :

 
 
Ville d'Halluin
Nous maire de la ville d'Halluin. Vu la pétition en date du 27 octobre 1876 par laquelle le sieur Hollebecke, meunier à Wervick, sollicite l'autorisation d'ériger un moulin à vent en maçonnerie sur un terrain situé à proximité du chemin vicinal numéro 4 dHalluin à Neuville sur le territoire dHalluin.
Vu l'avis de M. l'agent voyer cantonal et de M. l'agent voyer en chef du département
Arrêtons
Article 1er : l'autorisation sollicitée par le sieur Hollebecke lui est accordée à condition que le moulin profilé sera construit à une distance qui ne pourra être moindre de soixante quatorze mètres soixante quinze centimètres de l'axe du pavé du chemin vicinal.
Article 2 : M. l'agent voyer cantonal est chargé de veiller à l'exécution du présent arrêté pour ce qui concerne la distance à observer.
Fait à Halluin, le 26 janvier 1877.
Le Maire.
 
 


Moulin Hollebeke Comme on le voit, après la révolution, le Premier Empire, la Restauration et le Second Empire, certaines lois étaient toujours issues de l'Ancien Régime. Cependant, il faut bien reconnaître que certaines de ces lois, mis à part le bénéfice des amendes infligées en cas de non respect, étaient très opportunes. Les ailes du moulin d'Halluin ne dûrent moudre la farine que quelques années seulement. En effet dès 1888, il fut équipé d'une machine et d'un générateur. En 1891, construction neuve de cage de machine et moteur. En 1901, le moulin appartient à Cyrille Hollebecque-Blanquart. En 1915, à René Dumortier, marchand de beurre à Halluin, puis employé de gare à Aire sur la Lys. En 1924, le moulin est tenu par Georges Ghesquière Deltour, meunier à Halluin. En 1933 le propriétaire est Eugène Duprez notaire à Roncq. En 1934, il passe à Charles Desmet Van Holsbeke, marchand de légumes à Halluin puis cultivateur. En 1935, le moulin est converti en bâtiments agricoles. En 1969, il appartient à Mario Margiotta Cokale.
Le bâtiment est acheté par la municipalité en 1988. Les ailes sont reposées par l'entreprise H. et G. Peel, société originaire de Gistel près de Bruges (B). La maîtrise de l'oeuvre a été confiée à l'Association Régionale des Amis des Moulins (ARAM). Les portes et les fenêtres sont fabriquées par les élèves de l'IPR de Roubaix.
Halluin, Moulin Hollebeke - 1993
Photo Jean BRUGGEMAN (2)


Michel VERCAEMST

Sources :
(1) Texte reproduit dans son intégralité et tiré de : PLEIN-NORD, La gazette de la région Nord, N°197 Novembre 1993
(2) TRAVAILLER AU MOULIN, Jean BRUGGEMAN, édité par l'ARAM Nord - Pas-de-calais - 1996

Accueil | Généalogie | Ressources | Vieux chemins | Les moulins | Carnavals et Géants | Liens | Nous écrire