Page d'accueil Nous écrire Plan du site Copyright Informations Liens
SORCIERES EN NORD
   
 
Les croyances de nos campagnes
  Janvier
Au cours de la nuit des Rois, si l'on écrit sur son front, avec son propre sang le nom des trois Rois Mages, puis qu'on se regarde dans un miroir, on y lira l'heure exacte de sa mort.
   
Un samedi de janvier à minuit, sous un rayon de lune quand elle est à son premier croissant et dans la constellation du capricorne, prenez du plomb en le vouant à Saturne, dessinez-y le symbole du capricorne : vous aurez ainsi fabriqué le talisman qui vous permettra d'imposer votre volonté à tous, d'exterminer vos ennemis et de vous préserver des agressions et maladies.
  Février
L'urine d'une femme née en février écarte les maléfices.
   
Les chats ont un sabbat particulier qu'ils tiennent régulièrement chaque année, à un carrefour champêtre, au pied d'une croix, pendant la nuit qui sépare Mardi-Gras du mercredi des Cendres.
   
C'est en février et spécialement le vendredi " au bas de la lune " que les lycanthropes s'échappent de leur demeure pour accomplir d'incroyables cruautés et notamment des infanticides. On dit que jusqu'à la septième génération, les enfants d'un prêtre deviennent loups-garous la nuit de la chandeleur.
  Mars
On croit que les magiciens et sorciers n'ont aucun pouvoir sur ceux qui ont reçu au baptême le nom de Joseph.
   
Le mari qui soupçonne la fidélité de sa femme n'a qu'à lui placer sur le sein gauche l'aile gauche d'un merle pendant qu'elle dort. Elle lui racontera tout ce qu'elle a pu faire.
   
Quand un sorcier est emprisonné, le pivert lui apporte une herbe magique à travers les barres de fer de son cachot pour qu'il puisse les rompre et s'évader.
   
On appelait jadis calice du soupçon, une coupe d'eau soufrée et contenant de la poussière et de l'huile des lampes d'églises, que l'on faisait boire aux femmes pour éprouver leur fidélité. Les femmes adultères ressentaient de cruelles douleurs après avoir avalé ce breuvage.
   
Au fond des hameaux, dans les siècles passés, on clouait des carlines sur les portes pour se préserver du mauvais sort.
   
Un soldat se garantit de l'atteinte des armes à feu avec un morceau de peau de loup, sur lequel, quand le soleil entre dans le signe du Bélier, on écrira : " Arquebuse, pistolet, canon ou autre arme à feu, je te commande que tu ne puisses tirer, de par l'Homme ".
  Avril
La nuit du 30 avril au 1er mai est la troisième grande fête magique des sorcières. Il se tient un sabbat. Au cours de cette nuit, sorciers, sorcières et esprits malfaisants se réunissent pour exercer leurs redoutables pouvoirs. C'est pourquoi, le matin du premier mai, on jetait du sel et de l'eau bénite sur le seuil de la maison affin de détruire l'effet des sortilèges. On en jetait également dans les mares où avait l'habitude de boire le bétail.
   
Anciennement, dans la nuit de la Saint-Georges (23 avril), les sorcières qui s'étaient mises toutes nues, sans cottes, sans chemise, promenaient des linceuls sur les prés. C'était pour prendre la rosée. Elles tordaient et essoraient ces draps, recueillaient dasn des pots ce qui en découlait et elles vendaient ces pots bien cher aux paysans. Si elles les avaient enterrés, les champs n'auraient plus porté fruit, parce qu'il y avait là la graisse de la terre et la bénédiction du ciel.
  Mai
La joubarde était regardée comme aphrodisiaque ; si un garçon en glissait une feuille dans les vêtements d'une fille, il la rendait folle de lui.
 
Certaines femmes, au moyen de pratiques mystérieuses, parviennent à enlever la crème du pot de leur voisine et à la faire passer dans le leur. Le matin du 1er mai, avant que le soleil ne soit levé, elles vont verser dans la mare voisine, le contenu d'un pot de crème en disant : " Saute, Pinadet - A moi la crème - A la voisine le petit lait ". Pour se soustraire à ces charmes, il faut se rendre, la veille du premier mai au soir sur le ord de la mare, y jeter de l'eau bénite et remuer l'eau avec un bâton de cendre.
 
Entre Pâques et la Pentecôte, les sorcières s'introduisent dans les dépendances des fermes, montent en croupe sur les vaches et les chèvres, les frappent de maladies et corrompent leur lait.
 
Selon un mémoire de 1807 : Tous les ans, au 13 mai, tous les serpents se réunissent en un seul monceau. Chacun dégorge une liqueur brillante qu'il a sous la langue. Les deux plus habiles reçoivent cette liqueur qui se durçit et ils la pétrissent. Puis chaque animal se traîne dessus pour polir cette pierre par le frottement de son corps. C'est alors un diamant que les serpents jettent dans l'eau, afin de le soustraire à la convoitise du geai, sui, s'il le trouve, s'en sert pour nuancer les couleurs de ses ailes.
   
Ceux qui se marient en mai, surtout un mercredi, ne connaissent pas la prospérité.
   
L'émeraude vient de la Lune. Offerte au mois de mai, elle est le gage d'un amour heureux. Elle éloigne les mauvais esprits, fortifie la vue, guérit les piqûres de vipère et donne une mémoire infaillible.
   
Le coq est l'oiseau du mois de mai. Son chant est la terreur des sorciers.
   
Si vous ne brisez pas la coque de l'œuf mangé et qu'elle tombe entre les mains d'un sorcier, il vous fera mourir en la remplissant de rosée et la piquant dans une épine noire.
   
Pour se garder des sorciers, il faut porter sur soi sept feuilles de sauge cueillies le jour de la Pentecôte et cousues sur un scapulaire bénit.
   
Les sylphides, beaux esprits de l'air, sont aimables et douces ; elles prennent forme humaine et cherchent à s'unir à un homme, dans les nuits sans lune du mois de mai.
  Juin
Le signe du cancer gouverne le cœur et l'appareil respiratoire. Les gens nés sous ce signe sont remarquables par leur inconstance.
   
La stramoine ou datura pousse dans les lieux sauvages. Elle fleurit de juin à septembre. Au moyen-âge on la connaissait sous le nom d'herbe aux sorciers. Elle avait dit-on la propriété de transformer les hommes en bêtes. On l'utilisait contre l'épilepsie, l'hystérie, l'insomnie et les névralgies.
   
Pour obtenir des époux vigoureux, les femmes doivent se frotter, nues, contre des chênes, pendant les nuits d'été.
  Juillet
La canicule est l'époque où le soleil se couche avec la constellation du Grand Chien, ce qui correspond aux plus grandes chaleurs de l'été (22 juillet au 23 août). Ceux qui naissent sous ce signe se portent, avec une espèce de fureur, à toutes sortes de crimes. Pour écarter ces sinistres présages, on sacrifiait, chaque année, à la canicule, un chien roux, animal qui plaisait à cette constellation.
 
Le 22 juillet, prenez de l'or, faites-en un sceau, en récitant le psaume " Judica me Deus et discerne causam meam ". Ecrivez-y " Choel Sanctus Jacobus " et " Vicit Leo de tribu Juda radix David alleluja " et, au centre : " Heloy Sadoy ". Les vertus de ce sceau du lio protègent des maladies de l'estomac, des flancs et des reins, des ulcères, des fortes fièvres, de la mauvaise circulation sanguine mais, plus que tout, du mauvais œil.
 
Le sureau constituait un sûr moyen de défense contre les sorcières, les sortilèges, les maladies et pestilences. On croyait pouvoir transférer sur lui les maladies et se préserver, par sa présence, du feu et de la foudre. Voilà, sans doute, pourquoi on trouve, aujourd'hui encore, des sureaux auprès des granges.
  Août
Pour communiquer avec le monde extra-terrestre, faites brûler la nuit du 15 août, un cœur de loup dans un feu de fleurs d'épines et de racines de mandragore, en invoquant Hualpaga, Asmahaga et Mamuzemukahuhabu.
   
Agathion, le démon de midi, apparaît au douzième coup d'horloge, dans la chaleur de l'été ; il fait perdre la tête aux moissonneurs.
  Septembre
Les fruits de la morelle noire (herbe aux sorciers, crève-chien, raisin des loups) sont employés dans les maléfices.
  Octobre
Le 5 octobre les loups-garous se mettent en route.
   
Au moyen-âge, la belladone, dite herbe des sorcières, entrait dans la composition du philtre dont se servaient les sorcières pour se rendre au sabbat.
  Novembre
De tous les jours de l'année, il n'en est point que l'imagination des Flamands ait entouré de plus grandes terreurs que le 1er novembre. Les morts sortent à minuit de leurs tombes pour venir en longs suaires rappeler les prières dont ils ont besoin aux vivants qui les oublient. La sorcière et le vieux berger Gabriel choisissent cette soirée pour exercer leurs redoutables maléfices. L'ange Gabriel soulève alors pour douze heures le pied sous lequel il retient le démon captif et rend à cet infernal ennemi des hommes le pouvoir de les faire souffrir.
  Décembre
Pendant l'Avent, les femmes ne s'aventuraient pas seules sur les chemins discrets, de peur d'y rencontrer les loups-garous, dont les sorties nocturnes s'effectuent surtout en cette période de l'année.
     
  Page précédente - Retour au sommaire - Page suivante

Accueil | Généalogie | Ressources | Vieux chemins | Les moulins | Carnavals et Géants | Liens | Nous écrire