Page d'accueil Nous écrire Plan du site Copyright Informations Liens
Enigme
 
Un de mes correspondant me soumet une petite énigme

Merci d'avance à tous ceux qui pourront l'aider à retrouver ces lieux.

Si vous avez une piste, un indice, une idée, vous pouvez lui écrire à cette adresse.

Je vous livre ci-dessous le message et les notes qu'il m'envoie.
 
   
  Je vais quand même encore te soumettre un petit problème : guerre 14 - 18, Bruxelles, hôpitaux militaires...
j'ai deux photos qui m'intrigue et qui me viennent d'une soeur de mon gd.-père qui est arrivé dans la capitale belge, probablement fin août ou en septembre 1914.
Elle y est resté toute la durée de la guerre. Je pense qu'elle a dû être en rapport soit avec la Croix-Rouge ou elle a travaillé dans des hôpitaux ?
   
  Le peu d'information que je possède :
Hélène Valaeys, sœur de mon grand-père, était "en service" à Paris dans la bourgeoisie…
A la déclaration de guerre - août 14 - elle quitte la capitale pour se rendre auprès de ses parents, à Autryve (Prov. Flandre Occidentale). L'avance allemande l'a surprend et l'occupant ferme les frontières.
A partir de là, c'est le domaine des suppositions. La fille d'Hélène est aujourd'hui une dame de 83 ans, habitant St. Avold et ses souvenirs sont loin…
On dira donc d'Hélène qu'elle part à Bruxelles. Ce qui serait logique si elle pensait retrouver à s'y "placer". Tout ce que l'on sait avec certitude, c'est que durant cette période, elle avait coutume de porter le "mot du soldat". C'est l'expression qu'emploi sa fille. On supposera donc qu'elle portait des lettres de soldats (belge) à leurs familles. En pleine guerre, toute la Belgique étant occupée, où pouvaient bien être ces fameux soldats belges ? Il ne s'agit pas de ceux du front, Hélène était à Bruxelles qu'elle semble ne pas avoir quitté avant la fin de la guerre. Son fiancé était "déporté civil" en Allemagne et elle l'attendait. Ils se sont marié début 1919…
Quant on regarde la première photo, il semble bien qu'il s'agisse du personnel d'un hôpital, mais tous ces hommes ne sont pas des blessés ! Ils n'en ont pas l'air !
Sur le mur, un écriteau : "Prière de ne pas s'asseoir par terre", en français et en flamand…
Supposons qu'Hélène ait pu trouver à s'employer dans un hôpital de Bruxelles. J'ai cherché un peu et il semble qu'en 1914 - 1915 il y a effectivement eu des hôpitaux de la Croix Rouge dans la capitale…
Maintenant, si cette photo est arrivée jusqu'à nous, c'est qu'Hélène y voyait un souvenir précis…


 
 
 

Cette seconde photo m'intrigue davantage.
Sur la pancarte, il est écrit :

Refuge
Sainte Alène
Dilbeck
Août 1917

Dilbeck se trouve près de Bruxelles…
Ces hommes sont des ouvriers, pas des soldats ni des prisonniers…
Ils sont encadrés par des messieurs en costumes-cravates et on y remarque que deux femmes…
Rien qui fasse penser à un hôpital…
Et ce terme de "refuge" ?
Et l'année "1917" ?



 
 

Accueil | Généalogie | Ressources | Vieux chemins | Les moulins | Carnavals et Géants | Liens | Nous écrire